365 – Trop tard

Les 0,1% , c’est-à-dire les grands banquiers, les grands capitalistes et autres « grands » ont gagné, c’est pour moi évident. Voyant que la population continue à croître et veut augmenter son niveau de vie (donc sa consommation globale), que la pollution s’installe, que les réserves d’énergie fossiles et celles de matériaux s’amenuisent, que le climat se réchauffe trop, que les océans s’acidifient et leurs ressources naturelles disparaissent, que voulez vous qu’ils fassent pour sauver leur classe, leur mode de vie et leurs descendants, puisqu’il n’est pas question de partager et que même le partage ne suffirait pas?

Selon moi, et sans chercher à être complotiste, leur seule solution – je dis bien « de leur point de vue » – consiste à créer les troubles amenant partout aux guerres et aux guerres civiles, afin de laisser se réduire drastiquement les populations et peut être ensuite de se poser en sauveurs / dictateurs avec la pauvreté installée partout mais beaucoup d’argent à prendre en taxes et reconstruction.

C’est à mon avis le plan mis en œuvre: attendez vous dans un délai très court à un effondrement global (voir lien wikipédia) de nos sociétés de consommation,et nous ne pourrons rien y faire si ce n’est « sauver les meubles »

C’est dans cet esprit que nous avons créé sos maires, parce que les Maires des communes rurales restent le seul canot de sauvetage collectif.

Et c’est dans cet esprit que nous avons créé   entraide-humanum parce que la coopération entre ruraux et urbains sera pour beaucoup le gilet de sauvetage individuel.

N’attendez pas trop!

Publicités

A propos postjorion

Le blog d'André-Jacques Holbecq
Cet article, publié dans Banques, Effondrement, Holbecq, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour 365 – Trop tard

  1. Renaud dit :

    Oui, je suis de cet avis pour l’essentiel.

    Les gens réagissent presque uniquement s’ils sont menacés physiquement, visiblement. C’est ça notre point de « réaction » face aux dangers collectifs, toutes choses égales quant à la nature et aux effets exacts et réels de ces dangers.
    Nous ne réagissons que quand c’est trop tard. Ceux qui annonçaient les dangers étaient moqués ou éconduits, souvent avec commisération…
    Maintenant une chose me frappe, mais cette fois si je me trompe je serais le dernier à insister.
    C’est que quand l’ « opinion », « travaillée », voire déterminée par les médias, mais aussi, c’est évident, par des faits et du vécu qu’on ne peut nier, l’opinion dis-je, se persuade qu’il va y avoir ceci ou cela de terrible, et ceci pour toutes les raisons imaginables s’accumulant en ampleur et en intensité à la fois dans le temps et à cause de la mondialisation désastreuse. Et bien presque immanquablement, il ne se passe rien, ou toute autre chose qu’on avait imaginé.

    Nous étions, et pensons être encore, à un stade du « peu à peu » et du « progressivement dans le temps », cet adverbe: progressivement, est décisif dans l’intimité de nos comportements, ce qui nous « rassure » à chaque degré d’alerte… C’est, par exemple, ce qui se passe avec les marchés… Ou bien alors, il se passe tout autre chose, mais qui peut aussi désarçonner… C’est ça la soudaineté, c’est à dire un télescopage d’événements puis se produisant par le télescopage-même en quelques jours ou quelques semaines et qui changeraient le cours de la vie courante et qui alors nous surprend physiquement et psychiquement.

    Jamais il a fallu voir et observer, écouter et lire autant entre les lignes dans toutes sortes de domaines!

    En attendant, effectivement, tout ce qui peut être fait comme précautions possibles à prendre ou entreprendre est positif en se disant (nous et/ou nos enfants,etc.) pourvu qu’un jour on se dise: « et bien on n’aura pas eu à utiliser notre système de survie, mais c’était beaucoup mieux et responsable de s’y prendre ainsi »

    Amitiés à tous

    Renaud

    J'aime

  2. Cher A.J. Holbecq : Les Communes sont les plus à même de réagir à un effondrement car elles sont plus ouvertes et plus agiles que les États. Les liens ville-campagne bénéficient localement de quantités de circuits courts (Amap, vente directe à la ferme, jardins partagés…). En cas d’effondrement, ils seront prêts à fonctionner. Mais ce sont là des solutions de type “survisme” : tout s’écroule autour de nous mais nous pouvons tirer quelques marrons du feu ! C’est bien mais c’est insuffisant. Il faut aussi un plan B global, une organisation à plus haut niveau qui puisse permettre aux populations de penser qu’il y a un autre monde possible. Et pour l’instant, les seuls à proposer quelque chose de réaliste, de concret, de faisable, sont ceux qui réfléchissent à une désargence !
    Toutes nos sociétés modernes, industrialisées, technologiques, sont fondées sur la nécessité de l’échange. Pour qu’un échange soit possible, il faut qu’il soit équitable et donc que les termes de l’échange aient une valeur mesurable. La logique c’est qu’un convertisseur universel (ce qu’on appelle l’argent quelle que soit sa forme) est le moyen le plus pratique. Or l’argent, c’est justement ce qui nous a conduits à l’effondrement. L’argent a en effet la caractéristique de se condenser entre des mains de moins en moins nombreuses et de plus en plus pleines. D’autre part, l’argent induit la notion de rareté, la seule chose qui puisse augmenter la valeur. Rareté et concentration, c’est exactement ce qui s’est passé jusqu’au paroxysme de la mondialisation, du néolibéralisme sauvage qui oppose le 1 % aux 99%.
    La seule solution globale est de s’attaquer à la source, l’échange marchand. Tant qu’il y aura échange marchand, il ne pourra y avoir d’autre fin de l’histoire que le collapsus ! Or il se trouve que nous avons désormais le moyen d’échapper à l’échange marchand. C’est un phénomène nouveau, certes, mais réel, concret, déjà en œuvre un peu partout, et ce pour trois raisons : une productivité qui était encore inimaginable au siècle dernier, des connaissances techniques et scientifiques qui se sont développées en marge du productivisme et de l’extractivisme classique, l’outil numérique qui nous permettrait de gérer les flux de matières et des savoirs, les productions et les besoins, non plus par l’échange mais par l’ACCÈS.
    Voilà plusieurs années que nous sommes de plus en plus nombreux à travailler sur ce passage de l’échange à l’accès direct et sans condition, pour tous, à tous les biens et services qui nous sont nécessaires, voire superflus. La question qui se pose pour accéder à un bien n’est plus “j’ai l’argent ou pas” mais “il y a ou pas, c’est renouvelable ou pas, c’est utile ou pas…” Mettre en place un tel système social n’est en rien un problème technique, seulement un problème mental, car abolir l’argent, la valeur, l’échange, le profit, c’est-à-dire le paradigme premier de notre civilisation, c‘est tout remettre en cause, du plus prosaïque au plus poétique. L’effondrement annoncé, le risque de chaos et de violence qui s’en suivrait sont des atouts puissants qui peuvent aider à surmonter ce problème mental. Mais cela ne se fera que si nous avons préalablement pensé des solutions, des formes nouvelles d’organisations, fait des propositions concrètes, imaginé les avantages et les problèmes que pose une société sans argent. Nul ne sait ce que serait l’après effondrement, à quoi ressemblerait réellement l’après civilisation marchande. Nous n’avons donc pas de programme clé en main et n’en voulons pas. Mais nous savons qu’y travailler, la mettre en forme dès aujourd’hui est la seule chose qui puisse limiter les dégâts et surtout qui puisse donner envie, qui fasse un peu plus rêver que la fin du monde, la troisième guerre mondiale, le survivalisme dans des zones à défendre les armes à la main !
    Pour en savoir plus, les sites de trois collectifs : http://www.desargence.org/ https://www.voter-a-m.fr/ http://mocica.org/fr/Project
    Deux romans sur la commune et la désargence : “le Porte-Monnaie”, “La Commune libre de St Martin” en ligne gratuitement sur https://lirenligne.net/auteur-a-decouvrir/informations-auteur/Jean-Fran%C3%A7ois%20AUPETITGENDRE/4946
    Et je reste à la disposition de quiconque voudrait en savoir plus que ce que l’on peut dire sur ce blog. JFA.

    J'aime

    • postjorion dit :

      L’argent (la monnaie) me semble être une fabuleuse invention (les 3 fonctions d’Aristote) , et je comprends pas pourquoi vouloir une société sans cet intermédiaire.
      Mais il est évident que son émission et son utilisation ont été dévoyées.
      Ceci dit, dans le même genre d’utopie que vous, il fut un temps où j’avais écrit  » l’écosociétalisme » ( http://www.ecosocietal.org/ ), mais quand même, je gardais ces 3 fonctions 😉

      J'aime

      • En effet, cher Jorion, la monnaie est une fabuleuse invention. Sinon, elle n’aurait pas perduré 5 000 ans ! Le postulat d’Euclide aussi a été une fabuleuse idée. Depuis le IV° siècle av. J.-C., il a fondé la géométrie et permis de résoudre quantité de problèmes. Si ce postulat avait aussi ses limites, y renoncer n’a pas été si évident. Il a fallu attendre la fin du XIX° siècle pour qu’un mathématicien ose une “géométrie non euclidienne”, laquelle fut contestée jusqu’en 1932 par les “quadrateurs” qui voulaient, à tout prix, démontrer le postulat d’Euclide. Ce qui sépare les tenants d’une abolition de la monnaie et les “réformateurs” qui pensent pouvoir en corriger le dévoiement, c’est l’idée que les limites de l’échange marchand, de la valeur (au sens marxien du terme), du profit financier, étaient inscrites dès le départ dans le postulat monétaire (“l’échange est indissociable d’une société complexe”). Bien sûr, l’argent, en tant que convertisseur universel, a permis une évolution certaine, un progrès considérable. Mais, il arrive au bout de son cycle et empêche aujourd’hui plus qu’il ne permet. Comment résoudre les inégalités sociales croissantes avec une monnaie dont la principale caractéristique est de se condenser ? Comment résoudre les problèmes écologiques avec cette croissance, cette nécessité de réaliser des profits qui nous place dans un insoluble conflit d’intérêt ? N’entendez-vous pas l’écho des scientifiques, toutes disciplines confondues, qui de plus en plus nombreux nous parlent d’effondrement, de collapsus, et cela à échéance de plus en plus brève ? Il y a des dévoiements qui peuvent un temps se corriger, se compenser, se contrôler, et qui, passé un seuil d’irréversibilité, exigent l’amputation, l’abolition. L’esclavage a été aménagé par quantité d’humanistes qui ont pratiqué un esclavage “à visage humain”. J’ai connu des colonisateurs qui ont honnêtement œuvré pour des colonies douces et morales et qui passé un temps, ont admis l’indépendance comme seule issue…
        Nous n’avons plus le temps de créer des monnaies justes, locales, fondantes…, plus le temps de réguler une finance internationale avant que la planète devienne invivable, plus le temps d’inventer un partage du gâteau avant que les plus gros prédateurs rendent tout partage impossible.
        Nous avons tout ce qu’il faut aujourd’hui, techniquement et intellectuellement, pour dépasser ce qui fut un jour d’une grande commodité. Les jeunes, nés avec les potentialités et les dangers du numérique, sont déjà dans un autre univers. Pourquoi résister à ce qui est possible au nom d’un habitus qui mène au collapsus ? C’est dur de l’accepter, soit ! J’y ai longtemps résisté moi aussi, c’est vrai. Mais il a bien fallu un jour, qu’en dépit des Livres, des autorités morales, d’une science millénaire, on admette que la terre tourne autour du soleil et pas l’inverse ! C’est du même ordre…
        PS : Le “sociétalisme” a fait partie des pistes que j’ai jadis explorées, comme le “distributisme”, le “communalisme libertaire”, l’économie “sociale et solidaire”…. Toutes ces théories sont séduisantes, éthiquement parfaites, mais malheureusement obsolètes. Elles sont devenues utopiques dans le contexte d’effondrement actuel alors qu’une “désargence” est devenue la seule forme de réalisme qui puisse, en attendant que d’autres proposent mieux, répondre aux véritables enjeux dans le temps qui nous est imparti !

        J'aime

        • postjorion dit :

          Juste une mise au point : le blog s’appelle « postjorion » pour une raison historique de débats sur la monnaie avec Paul Jorion… moi je suis A-J Holbecq.
          Bien à vous, bonne continuation.

          J'aime

  3. Aupetitgendre Jean-François dit :

    Je sais, mais comme Jorion a répondu au commentaire qui vous était adressé, j’ai poursuivi. Il n’empêche que votre avis personnel m’intéressait au plus haut point et continue à m’intéresser. Bien à vous, JFA.

    J'aime

  4. RST dit :

    Mais non, Jorion ne vous a pas répondu. C’est POSTJORION qui vous a répondu et c’est …André-Jacques !

    J'aime

    • Aupetitgendre Jean-François dit :

      Milles excuses, j’ai fait erreur. Je rends donc à César ce qui est à César et à vous ce qui est à vous. JFA.

      J'aime

  5. brunoarf dit :

    Du 27 septembre 1995 au 1er octobre 1995, à San Francisco, le grand hôtel Fairmont accueille 500 membres de l’élite mondiale : chefs d’Etat, hommes politiques, dirigeants d’entreprises multinationales, universitaires, chercheurs, etc.

    Cette réunion du Fairmont se déroule dans le cadre de la fondation de Mikhaïl Gorbatchev. Elle a une grande importance historique.

    Elle fait intervenir George Bush père, George Schultz, Margaret Thatcher, Ted Turner de l’entreprise CNN, John Gage de l’entreprise Sun Microsystems, des dizaines d’autres personnalités de tous les continents … et bien sûr l’incontournable Zbigniew Brzezinski. Elle a pour thème « l’avenir du travail ».

    Lisez cet extrait :

    « L’avenir, les pragmatiques du Fairmont le résument en une fraction et un concept : « Deux dixièmes » et « tittytainment ».

    Dans le siècle à venir, deux dixièmes de la population active suffiraient à maintenir l’activité de l’économie mondiale. « On n’aura pas besoin de plus de main d’œuvre », estime le magnat Washington Sycip. Un cinquième des demandeurs d’emploi suffira à produire toutes les marchandises et à fournir les prestations de services de haute valeur que peut s’offrir la société mondiale. Ces deux dixièmes de la population participeront ainsi activement à la vie, aux revenus et à la consommation – dans quelque pays que ce soit. Il est possible que ce chiffre s’élève encore d’un ou deux pour cent, admettent les débatteurs, par exemple en y ajoutant les héritiers fortunés.

    Mais pour le reste ? Peut-on envisager que 80 % des personnes souhaitant travailler se retrouvent sans emploi ? « Il est sûr, dit l’auteur américain Jeremy Rifkin, qui a écrit le livre La Fin du travail, que les 80 % restants vont avoir des problèmes considérables. » Le manager de Sun, John Gage, reprend la parole et cite le directeur de son entreprise, Scott McNealy : à l’avenir, dit-il, la question sera « to have lunch or be lunch » : avoir à manger ou être dévoré.

    Cet aréopage de haut niveau qui était censé travailler sur « l’avenir du travail » se consacre ensuite exclusivement à ceux qui n’en auront plus. Les participants en sont convaincus : parmi ces innombrables nouveaux chômeurs répartis dans le monde entier, on trouvera des dizaines de millions de personnes qui, jusqu’ici, avaient plus d’accointances avec la vie quotidienne confortable des environs de la baie de San Francisco qu’avec la lutte quotidienne pour le survie à laquelle doivent se livrer les titulaires d’emplois précaires. C’est un nouvel ordre social que l’on dessine au Fairmont, un univers de pays riches sans classe moyenne digne de ce nom – et personne n’y apporte de démenti.

    L’expression « tittytainment », proposée par ce vieux grognard de Zbigniew Brzezinski, fait en revanche carrière. Ce natif de Pologne a été quatre années durant conseiller pour la Sécurité nationale auprès du président américain Jimmy Carter. Depuis, il se consacre aux questions géostratégiques. Tittytainment, selon Brzezinski, est une combinaison des mots entertainment et tits, le terme d’argot américain pour désigner les seins. Brzezinski pense moins au sexe, en l’occurrence, qu’au lait qui coule de la poitrine d’une mère qui allaite. Un cocktail de divertissement abrutissant et d’alimentation suffisante permettrait selon lui de maintenir de bonne humeur la population frustrée de la planète. »

    Source :

    Hans-Peter Martin, Harald Schumann, « Le piège de la mondialisation », Actes Sud, page 12.

    https://www.amazon.fr/mondialisation-Lagression-contre-d%C3%A9mocratie-prosp%C3%A9rit%C3%A9/dp/2742731040/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1519886350&sr=8-1&keywords=LE+PIEGE+DE+LA+MONDIALISATION

    J'aime

  6. brunoarf dit :

    Italie : les partis anti-européens font le plein.

    Le parti anti-européen M5S arrive en tête avec 32 % des suffrages.

    « Tout le monde va devoir venir nous parler », a commenté, dimanche soir, le responsable du M5S, Alessandro Di Battista.

    Le futur allié du M5S se cache peut-être du côté de la coalition de droite, qui subit un revers. Si la formation, qui rassemble les trois partis Forza Italia (Silvio Berlusconi), la Ligue du Nord (Matteo Salvini) et Fratelli d’Italia, est en tête du scrutin avec environ 37 % des votes, elle est, elle aussi, loin de la majorité.

    Surtout, au sein même de cette coalition se joue peut-être le plus gros bouleversement de ce scrutin. Le parti d’extrême droite de Matteo Salvini, la Ligue, dépasse de 5 points (18 %) le parti historique de Silvio Berlusconi, Forza Italia (13 %), selon les premiers résultats.

    Un score qui illustre là encore la montée en puissance des partis anti-européens, vrais gagnants de cette élection.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2018/03/05/elections-legislatives-en-italie-les-partis-antieuropeens-font-le-plein_5265638_3214.html

    J'aime

  7. brunoarf dit :

    En Europe, les classes moyennes deviennent de plus en plus pauvres.

    Les classes populaires deviennent de plus en plus pauvres.

    C’est une régression sociale historique.

    La construction européenne, c’est l’explosion de la pauvreté.

    La construction européenne, c’est un échec total.

    Vendredi 9 mars 2018 :

    Travailleurs pauvres en Europe : des chiffres alarmants.

    https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/travailleurs-pauvres-en-europe-des-chiffres-alarmants-769827.html

    J'aime

  8. brunoarf dit :

    Par référendum, les citoyens de la Nouvelle-Calédonie pourront voter pour ou contre leur indépendance le 4 novembre 2018.

    Et les citoyens français ?

    Les citoyens français seront-ils consultés sur leur indépendance ?

    En France, y aura-t-il un référendum pour ou contre la sortie de l’Union européenne ?

    Le peuple français sera-t-il consulté par la procédure de démocratie directe : le référendum ?

    A votre avis ?

    Le suspens est insoutenable.

    https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0301454260720-la-nouvelle-caledonie-votera-sur-son-independance-le-4-novembre-2162310.php

    J'aime

  9. brunoarf dit :

    La construction européenne, c’est une régression sociale historique.

    La construction européenne, c’est un échec total.

    De plus en plus de sans-abri partout en Europe.

    Selon une étude de la Fondation Abbé-Pierre et de la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri, 11 millions de ménages sur 220 millions n’ont pas de logement personnel.

    Paris est loin d’être la seule capitale européenne à déplorer un nombre croissant de sans-abri. La préfecture d’Ile-de-France, qui a créé le 16 mars son propre Observatoire francilien des personnes hébergées et à la rue, parvient au chiffre affolant de 100 000 personnes logées chaque soir par l’Etat, soit une augmentation de 50 % en trois ans.

    La Fondation Abbé-Pierre (FAP) et la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri (Feantsa, sise à Bruxelles) révèlent, mercredi 21 mars, leurs statistiques à l’échelle européenne : sur 220 millions de ménages, près de 11 millions sont en état de privation sévère de logement, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de domicile personnel, sont à la rue ou hébergés chez un tiers, en centre d’hébergement, en foyer, en hôtel social…

    « La définition du sans-abrisme a beau ne pas être la même d’un pays à l’autre, partout en Europe les hausses sont spectaculaires », révèle Sarah Coupechoux, de la FAP : + 150 % en Allemagne, entre 2014 et 2016 ; + 145 % en Irlande, entre 2014 et 2017 ; + 169 % au Royaume-Uni entre 2010 et 2017 ; + 96 % à Bruxelles entre 2008 et 2016 ; + 20,5 % en Espagne entre 2014 et 2016 ; + 17 % en France entre 2016 et 2017, en tenant compte des 20 845 personnes qui ont demandé un hébergement au « 115 » en juin 2017 par rapport à juin 2016.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/03/21/de-plus-en-plus-de-sans-abri-partout-en-europe_5273875_3224.html

    Vous vous rappelez toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ?

    – « Quand on dit que l’Europe de Maastricht créera des emplois, ça reste vrai. Il se trouve que le traité de Maastricht n’est pas encore appliqué. Lorsqu’il le sera, il est évident qu’il y aura une très forte croissance qui en découlera, car nous aurons un grand espace économique avec une monnaie unique. »  (Jacques Attali, sur France 2, débat télévisé « Polémiques » animé par Michèle Cotta)

    – « Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL)

    – « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

    – « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

    – « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

    – « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

    – « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)

    – « Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix)

    J'aime

  10. brunoarf dit :

    Toute l’économie mondiale n’est qu’une bulle de dette.

    La dette mondiale vient d’atteindre la somme de 237 000 milliards de dollars (192 000 milliards d’euros). Record historique battu.

    Malheureusement, les bulles ne peuvent jamais gonfler jusqu’au ciel.

    Préparez-vous au grand « Plop ! »

    La dette mondiale atteint de nouveaux records.

    https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0301544450403-la-dette-mondiale-atteint-de-nouveaux-records-2167916.php

    J'aime

  11. brunoarf dit :

    Les banques européennes ont dans leurs livres 900 milliards d’euros de créances irrécouvrables.

    Vous avez bien lu : 900 milliards d’euros.

    Depuis des mois, la Banque centrale européenne essayait d’imposer des nouvelles règles plus sévères pour les nouvelles créances pourries.

    Finalement, la BCE va renoncer à imposer ces nouvelles règles.

    Les 900 milliards d’euros de créances irrécouvrables vont pouvoir continuer à grossir.

    A la prochaine crise financière, le feu d’artifice sera grandiose.

    La BCE envisage d’assouplir sa position sur le stock de créances douteuses.

    https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/0301604621721-la-bce-envisage-dassouplir-sa-position-sur-le-stock-de-creances-douteuses-2171524.php

    J'aime

  12. brunoarf dit :

    Un choc pétrolier arrive.

    Préparez-vous.

    Le pétrole s’envole en Asie.

    Les cours du pétrole s’envolaient mercredi en Asie après l’annonce par Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire avec l’Iran et le rétablissement des sanctions contre Téhéran.

    Vers 05H00 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en juin, gagnait 1,56 dollar à 70,62 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

    Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juillet, prenait 1,81 dollar à 76,66 dollars.

    Donald Trump a annoncé le retrait pur et simple des Etats-Unis de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien avec un retour de toutes les sanctions.

    Les marchés avaient anticipé cette annonce – atteignant des plus hauts de plus de trois ans ces derniers jours – et dans un premier temps, les cours ont reculé.

    Mais ils ont nettement rebondi en Asie, certains analystes évoquant la possibilité d’un baril à 80 dollars.

    La hausse est alimenté également par la crise au Venezuela, l’accord Opep/Russie sur la limitation de la production, une demande mondiale qui a le vent en poupe et des données sur une baisse de la production américaine.

    « Les marchés sont portés principalement par le refus de Washington de renoncer aux sanctions contre l’Iran, et la perspective d’un resserrement de l’offre dans un marché aux marges de manoeuvres déjà étroites », a jugé Benjamin Lu, analyste chez Phillip Futures à Singapour.

    « Les observateurs dressent un parallèle avec le Venezuela, où, après les sanctions, les niveaux de productivité ont décliné et il y avait moins d’offre dans un marché resserré ».

    https://www.zonebourse.com/WTI-2355639/actualite/Le-petrole-s-envole-en-Asie-26544274/

    J'aime

  13. brunoarf dit :

    La France est championne du monde !

    Championne du monde … de quoi ?

    En France, les entreprises du CAC 40 reversent 67,4 % de leurs bénéfices aux actionnaires !

    67,4 % pour les actionnaires !

    Record du monde !

    https://www.minutenews.fr/?p=342216

    J'aime

  14. brunoarf dit :

    Le ralentissement de la croissance se confirme en Europe.

    La progression du PIB s’est limitée à 0,4 % de janvier à mars dans la zone euro, contre 0,7 % lors des trois précédents trimestres.

    Les « vents porteurs », pour reprendre l’expression chère à Jean-Claude Juncker, retombent en Europe. Selon les données publiées mardi par l’Office européen des statistiques (Eurostat), la progression du PIB s’est limitée à 0,4 % de janvier à mars dans la zone euro, contre 0,7 % lors des trois précédents trimestres.

    Sur un an, la hausse est ainsi repassée de 2,8 % à 2,5 % dans les 19 Etats dotés de la monnaie unique. Pour comparaison, cette hausse annuelle atteint 2,9 % aux Etats-Unis.

    https://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/0301679531388-le-ralentissement-de-la-croissance-se-confirme-en-europe-2176067.php

    J'aime

  15. brunoarf dit :

    Le retour des frontières.

    D’abord, ce sera le retour des frontières maritimes.

    Dans quelques années, ce sera le retour des frontières terrestres.

    Pour finir, ce sera le retour des taxes douanières aux frontières nationales.

    L’Union européenne est en train d’agoniser.

    La soi-disant « mondialisation heureuse » est en train d’agoniser.

    La démondialisation a commencé.

    Lundi 21 mai 2018 :

    Migrants : l’Italie a déjà quasiment fermé sa frontière maritime.

    https://www.romandie.com/news/ZOOM-Migrants-l-Italie-a-deja-quasiment-ferme-sa-frontiere-maritime/919812.rom

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s