338 – Planche à billets

(reprise du billet paru sur « le blog gaulliste libre » le 11 mars 2017)

A Nicolas Dupont-Aignan qui, lors d’une émission le 8 mars sur la 5 (« C’à vous ») disait grosso modo « la BCE prête à zéro pour cent aux banques, je demanderai donc à la BCE de prêter à l’État français au même taux», le journaliste Patrick Cohen a rétorqué instantanément « planche à billets !» avec une moue qui en disait long sur son jugement concernant cette proposition.

Ceci m’amène à deux critiques :

1 – NDA a tort d’espérer pouvoir financer les déficits de l’État par des emprunts auprès de la BCE . Outre que l’article 123 du Traité de Lisbonne l’interdit formellement, bon nombre des autres membres de la BCE s’y opposeraient de toute façon (et en premier lieu l’Allemagne). Aucun espoir de ce coté là tant que nous sommes tenus par Bruxelles et cette proposition serait sans intérêt si nous quittions l’euro..

2 – Mais Cohen se trompe également. D’où pense t-il que vient l’épargne qui actuellement alimente la dette des États ? Eh bien, des épargnants en grande majorité. Et d’où vient l’argent des épargnants ? Eh bien de monnaie secondaire émise par les banques à l’occasion de crédits, monnaie qui a« transité » sur différents comptes avant d’aboutir sur le compte de l’épargnant- prêteur,  crédits dont la contrepartie à l’actif sont des « obligations «  (hypothèques, nantissements, reconnaissances de dettes) qui ne sont pas publiques mais privées ! Si ce n’est pas aussi « la planche à billet » c’est quoi ?

Et Cohen se trompe une autre fois car il ne se demande pas non plus d’où vient la monnaie du Quantitative Easing des Banques Centrales, que ce soit celui de la BCE, de la FED ou de la BoJ (Banque du Japon) qui achète chaque année environ 650 milliards d’euros, 13% du PIB du pays (La Banque Centrale du Japon possède aujourd’hui plus de 40% de la dette du pays). N’est ce pas « la planche à billets » ?

En fait, seule la Banque de France, réquisitionnée, pourrait apporter à l’État le financement des 100 milliards de déficits annuels qu’induit nécessairement un programme de relance (qui est une nécessité absolue !), simultanément au rachat des titres arrivant à échéance de l’ordre de 675 milliards sur les 5 ans

(complément) C’est aussi le seul moyen de voir diminuer la dette publique « externe » en transférant à la Banque de France (c’est à dire à nous même) la dette passée et les besoins futurs

En complément, lire https://postjorion.wordpress.com/2017/02/20/334-ah-si-jetais-candidat/

Publicités
Cet article, publié dans Budgets publics, Débat monétaire, Dette publique, Holbecq, Monétisation, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 338 – Planche à billets

  1. Catherine dit :

    Il va se le prendre dans la tronche un de ces quatre Le Sapir, son contexte!

    Je viens d’écouter l’entretien Zemmour/ Sapir: y’a pas photo, c’est à désespérer d’entendre quelqu’un parler comme lui. Faudra qu’il me dise où il habite car moi, dans mon « contexte » géographique, culturel, etc, etc, j’ai plus beaucoup de place.

    A la niche Sapir!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s