2014 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 56 000 fois en 2014. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 21 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour 2014 en révision

  1. brunoarf dit :

    Bonne année !

    Le bateau « Union européenne » est en train de couler.

    Deux pays européens se préparent à quitter le bateau.

    La Grèce et le Royaume-Uni se préparent à quitter le bateau.

    Dimanche 4 janvier 2015 :

    Le Premier ministre britannique conservateur David Cameron a déclaré dimanche souhaiter organiser plus tôt que prévu le référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne, promis en 2017.

    Sous la pression des eurosceptiques au sein de son propre parti et face à la popularité croissante du Parti de l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), qui prône une sortie de l’UE et un durcissement de la politique d’immigration, David Cameron a promis de rénégocier le traité qui lie le Royaume-Uni à l’UE et d’essayer de récupérer certains pouvoirs auprès de Bruxelles.

    Il a promis pour cela d’organiser un référendum en 2017, en cas de victoire des conservateurs aux élections législatives de mai prochain.

    «  Le référendum doit avoir lieu avant la fin de 2017. Si nous pouvions faire cela plus tôt, j’en serais ravi. Plus tôt je pourrai tenir ma promesse d’une renégociation et d’un référendum (…), mieux ce sera », a déclaré le chef du gouvernement lors d’une émission de la BBC.

    http://www.lesechos.fr/monde/europe/0204053007651-cameron-dit-vouloir-avancer-son-referendum-sur-lue-1079919.php

    Merkel serait prête à laisser la Grèce sortir de la zone euro.

    La chancelière allemande Angela Merkel est prête à laisser la Grèce sortir de la zone euro, au cas où la Gauche radicale remettrait en cause la politique de rigueur budgétaire dans ce pays, affirme l’édition en ligne du magazine Spiegel.

    « Le gouvernement allemand juge quasiment inévitable une sortie de la Grèce de la zone euro, si le chef de l’opposition Alexis Tsipras (Gauche radicale Syriza) dirige le gouvernement après les élections législatives, abandonne la ligne de rigueur budgétaire et ne rembourse plus les dettes du pays », affirme le site web de l’hebdomadaire, en s’appuyant sur « des sources proches du gouvernement allemand ».

    Angela Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schäuble (tous deux conservateurs) ont changé d’avis et désormais « ils jugent supportable une sortie de la Grèce de la monnaie unique en raison des progrès accomplis par la zone euro depuis le sommet de la crise en 2012 », assure le Spiegel Online, toujours sur la base de ces sources.

    « Le risque de contagion pour d’autres pays est limité car le Portugal et l’Irlande sont considérés comme assainis. Par ailleurs, le MES (mécanisme européen de stabilité) fournit un mécanisme de sauvetage puissant et l’Union bancaire assure la sécurité des instituts de crédit », auraient encore confié ces sources.

    J'aime

  2. brunoarf dit :

    Que nous apprend l’Histoire à propos des constructions supranationales ?

    Réponse :

    1- Au début du cycle, il y a des nations, des nations indépendantes et souveraines.

    2- Ensuite, à l’intérieur de ces nations, certaines élites décident de commencer à bâtir une construction supranationale.

    3- Ensuite, grâce à la propagande, ces élites parviennent à convaincre les peuples que cette construction supranationale va leur apporter la croissance économique, le progrès social, la baisse du chômage, la solidarité entre tous les hommes, et patati, et patata.

    4- Ensuite, les peuples votent pour cette construction supranationale, en pensant qu’elle va réaliser toutes ces belles promesses. Pendant des décennies, il y a de plus en plus d’intégration. C’est la PHASE ASCENDANTE.

    5- Ensuite, il arrive toujours un moment où les peuples finissent par comprendre que cette construction supranationale NE profite PAS aux peuples, mais qu’elle profite aux élites. Les peuples finissent par comprendre que cette construction supranationale ne profite qu’à la nomenklatura dans les pays communistes, aux élites politiques et aux élites financières dans les pays occidentaux.

    6- Ensuite, les peuples commencent par se révolter, parfois dans la rue, parfois dans les urnes. La construction supranationale entre dans une phase d’implosion, d’effondrement. C’est la PHASE DESCENDANTE.

    7- Dernière étape, la construction supranationale se désintègre, se disloque. Les nations qui la composaient reprennent leur indépendance. Fin du cycle.

    Aujourd’hui, l’Union européenne est à l’étape 5.

    Lundi 5 janvier 2015 :

    Europe : l’implosion qui vient.

    http://www.michelsanti.fr/europe-implosion/

    J'aime

  3. brunoarf dit :

    Lundi 5 janvier 2015 :

    Grèce : pour la Commission européenne, l’appartenance à la zone euro est « irrévocable ».

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/01/05/grece-pour-la-commission-europeenne-l-appartenance-a-la-zone-euro-est-irrevocable_4549370_3214.html

    L’appartenance à la zone euro est « irrévocable » !

    J’éclate de rire !

    Lisez ce dialogue entre Charles de Gaulle et Alain Peyrefitte :

    – De Gaulle : Le Marché Commun, il n’y a en fait que deux ans qu’on a commencé à le réaliser. Or notre expansion industrielle remonte à bien avant deux ans. L’expansion industrielle allemande, italienne, de même. Ceux qui racontent des histoires sur les bienfaits incomparables de l’intégration européenne sont des jean-foutre.

    – Alain Peyrefitte : Le traité de Rome n’a rien prévu pour qu’un de ses membres le quitte.

    – De Gaulle : C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : « Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! » Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça.

    Alain Peyrefitte, « C’était De Gaulle », Fayard, tome 2, page 267.

    J'aime

  4. brunoarf dit :

    Le mot de l’année 2015 : le Grexit (= Greece exit).

    Mardi 6 janvier 2015 :

    Allemagne : pour le patron de l’Ifo, la Grèce doit quitter la zone euro pour éviter le défaut.

    Après Angela Merkel, c’est au tour de Hans-Werner Sinn, patron de l’Ifo, d’évoquer sans tabou l’hypothèse du Grexit.

    C’est ce que l’on appelle « jeter de l’huile sur le feu ». Après la chancelière allemande Angela Markel, qui a fait savoir qu’une sortie de la Grèce de la zone euro n’est plus un problème, le patron de l’institut Ifo, Hans-Werner Sinn, scelle le destin de la Grèce. Ces propos sont rapportés par l’agence Handelsblatt. Pour Hans-Werner Sinn, la Grèce peut éviter un défaut en sortant temporairement de la zone euro.

    « Avec une forte coupe de la dette, évidente ou dissimulée, il y aurait une autre banqueroute. S’ensuivraient de nouveaux prêts et de nouvelles coupes de la dette, encore et encore lors des prochaines années, si on ne rétablit pas la compétitivité du pays via une sortie de la zone euro et une dévaluation de la monnaie », renchérit-il.

    Ce n’est pas la première fois que l’homme évoque le « Grexit », un scénario qui coûterait 77 milliards d’euros à l’Allemagne, selon les calculs de l’Ifo. Et 66 milliards d’euros à la France. « La situation grecque est insupportable pour la population et les prêts continus ne sont pas soutenables pour la communauté », a-t-il déclaré, rappelant que la Grèce a subi une chute de 30 % de sa production industrielle par rapport aux niveaux d’avant la crise.

    http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/pour-le-patron-de-l-ifo-la-grece-doit-quitter-la-zone-euro-pour-eviter-le-defaut-1023134.php

    J'aime

  5. brunoarf dit :

    Lundi 12 janvier 2015 :

    Cent Houellebecq pour cinq Zemmour !

    « Soumission », le dernier livre de Michel Houellebecq, s’est écoulé à 250 000 exemplaires depuis sa sortie le 7 janvier, jour de l’attentat contre « Charlie Hebdo ».

    Profondément affecté par la mort de son ami Bernard Maris, l’un des journalistes assassinés à Charlie Hebdo, Michel Houellebebq avait décidé jeudi 8 janvier de suspendre la promotion de « Soumission », son nouveau roman.

    Le livre, sorti le 7 janvier, le jour même du passage à l’acte des frères Kouachi, était promis à une polémique sans fin. Et pour cause, l’écrivain y décrit une France dirigée par le chef d’un parti musulman. Un sujet rendu encore plus sensible par les événements tragiques de ces derniers jours.

    Reste que le livre fait un véritable carton dans les librairies. Le premier tirage de 150 000 exemplaires est déjà épuisé. Un deuxième de 50 000 exemplaires a été livré vendredi 9 janvier. Et un troisième de 50 000 exemplaires est diffusé depuis ce lundi matin.

    http://www.lepoint.fr/culture/cent-houellebecq-pour-cinq-zemmour-12-01-2015-1895752_3.php

    J'aime

  6. Catherine B dit :

    Allez en ces temps plus que mouvementés, je vous invite à écouter ce Monsieur, philosophe et sinologue de son état, qui nous fait part de son approche de l’art de la guerre.

    Où l’on y apprend des tas de choses et d’abord à ré-interroger nos implicites tellement implicites que nous ne les pensons même plus tant ils sont figés, fixés, murés, en nous.

    Où nous sommes invités à passer de la notion de modélisation européenne à des notions de situation, de configuration, bref de potentiel de situation..

    C’est bigrement décoiffant et très stimulant. Ce monsieur parle bien, il est clair et passionné par son sujet et du coup ce sujet est passionnant et met en appétit!

    Il s’appelle François Jullien, voici le lien, mais il y en a plein d’autres si vous êtes hameçonnés!

    J'aime

  7. Catherine B dit :

    « L’événement, nous dit Monsieur Jullien, n’est que l’affleurement sonore d’une transformation silencieuse »

    Lisez, lisez, lisez, lisez encore et encore cette phrase, laissez cet aphorisme tranquillement dans un coin de votre tête, et voyez comment il parle en vous quand il est mis en contact avec les événements actuels.

    C’est comme si alors, l’événement était le visible de l’invisible, ouï de l’in-ouï, le dit de l’indicible… etc, etc,

    La transformation silencieuse à l’oeuvre depuis plus de cinquante ans est une transformation sans sujet, sans date, sans lieu, sans héros, c’est une transformation globale, mais si tout cela reste flou, ses effets en terme de dictature eux commencent à se préciser de plus en plus, de mieux en mieux. Enfin, c’est ma lecture!

    J'aime

  8. brunoarf dit :

    A propos du QE à 1140 milliards d’euros, lisez cet article qui explique l’envers du décor :

    Vendredi 23 janvier 2015 :

    QE : comment la BCE se moque du monde.

    http://www.les-crises.fr/comment-la-bce-se-moque-du-monde/

    J'aime

  9. Catherine B dit :

    Je n’aime pas souvent France Culture, mais parfois, il y a des exceptions, en voilà une.

    L’émission  » A voix nue » qui recevait François Jullien, la cinquième émission, je vous mets le lien si cela en intéresse certains:

    http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-francois-jullien-55-2015-01-09

    Des bribes, de ci, de là…

    « vivre, c’est l’intensif, c’est dans l’intensif que les choses se découvrent. Le problème, c’est de penser l’intensif, non pas des extrêmes comme l’ont fait les grecs, mais penser quel peut être l’entre de la transition, pour ne pas être focalisé pas les extrémités. Le monde meurt tous les jours et naît tous les jours. Toute fin est aussi un début, vivre, cette transition, qui n’est pas la vie, entre son point de départ et d’arrivée, mais qui est une TRANSITION CONTINUE. La question est l’intensitivité de cet ENTRE. L’intime, c’est de ça dont il s’agit. Et la pensée de l’écart dont je tiens tant vient de là nous dit FJ. C’est que l’écart tient en tension, donc tient dans le désir. L’intime, c’est de l’infini, de l’absolu. C’est l’infini de l’être auprès. Non pas le coudoiement ou le côtoiement, mais la capacité de rencontrer et de nouer un rapport où se défait la frontière entre le sujet, là où s’entame la frontière entre les sujets…
    donc c’est le refus d’une intériorité close, en soi, repliée sur soi, mais au contraire une ouverture à l’autre. L’intime, c’est la capacité d’entamer la position de chacun des sujets, des frontières entre eux, de façon à ce qu’un NOUS du partage advienne…
    etc, etc, etc….pure merveille pour ma part, à vous de juger!!!

    Je vous salue bien.

    J'aime

  10. Catherine B dit :

    2014, en re-vision comme il est dit dans l’entête. Alors pour ce qui est que la re-vison, ou plutôt de la revisitation, je me suis laissée aller hier à une promenade dans les rues de Lille, ça faisait longtemps que ça ne m’était plus arrivé, et j’en suis revenue ravagée, rompue, saccagée. Les gens sont laids, tristes, aucun regard n’est croisé, c’est gris, c’est morne, c’est sans vie, c’est la course à je ne sais « quoi » comme s’il fallait donner le change, faire semblant que ça vit alors que dedans c’est mort, mais on n’est pas là, là, où il faudrait qu’on soit, personne dedans, y’a pas de répondant, il est aux abonnés absents le dedans alors du coup le dehors il a perdu de son attrait, il prend les habits qui sont les siens, la sinistrose. Alors bien sûr, vous allez me dire et vous aurez raison, mais qui c’est celle-là qui se permet de juger, d’où elle sort et pour qui se prend-elle? Serait-elle jolie, aurait-elle un dedans? Pour sûr que mes atours n’ont pas l’éclat de la présence et de la beauté, mais n’empêche, un tout petit peu quand même, la fausse humilité ne vaut guère mieux que la prétention, et c’est de ma toute petite flamme que j’ai constaté que toutes les lumières en gestation que j’ai croisé hier risquent fort de le demeurer encore longtemps…

    J'aime

  11. brunoarf dit :

    Juncker dit « non » à la Grèce et menace la France.

    « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens », affirme notamment le président de la Commission européenne.

    Intraitable. Dans un entretien au Figaro (29 janvier, édition abonnés), le président de la Commission européenne adresse une fin de non-recevoir au gouvernement grec conduit par Alexis Tsipras. Sur l’annulation de la dette, Jean-Claude Juncker oppose à la Grèce un « non » catégorique :
    « Athènes a accepté deux plans d’ajustement (de redressement, NDLR), elle doit s’y sentir tenue. Il n’est pas question de supprimer la dette grecque. Les autres pays européens ne l’accepteront pas. »
    On a connu le président de la Commission plus conciliant quand, Premier ministre du Luxembourg, il autorisait des dizaines de multinationales à s’affranchir des législations fiscales des pays membres de l’UE.

    Les élections ne changent rien, affirme en substance le président de la Commission européenne. Sans prendre beaucoup de gants :
    « Dire qu’un monde nouveau a vu le jour après le scrutin de dimanche n’est pas vrai. Nous respectons le suffrage universel en Grèce, mais la Grèce doit aussi respecter les autres, les opinions publiques et les parlementaires du reste de l’Europe. Des arrangements sont possibles, mais ils n’altèreront pas fondamentalement ce qui est en place. »
    Vous n’êtes pas certain d’avoir compris ? « Dire que tout va changer parce qu’il y a un nouveau gouvernement à Athènes, c’est prendre ses désirs pour des réalités », ajoute encore Jean-Claude Juncker, qui lâche une phrase terrible, qui résume toutes les limites de la démocratie dans l’Union européenne :
    « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

    http://www.politis.fr/Juncker-dit-non-a-la-Grece-et,29890.html

    La construction européenne est anti-sociale.
    La construction européenne est anti-populaire.
    La construction européenne est anti-démocratique.
    Elle doit être détruite.

    J'aime

  12. brunoarf dit :

    En France, la situation est en train de dégénérer.

    Sondage publié dans l’hebdomadaire Marianne à propos des intentions de vote des Français : Marine Le Pen a entre 29 % et 31 %.

    Exemple :

    Marine Le Pen a 29 %. François Hollande a 21 %. Nicolas Sarkozy a 23 %. François Bayrou a 9 %. Jean-Luc Mélenchon a 8 %.

    Les chiffres qui font peur :

    Marine Le Pen obtient :

    24 % chez les retraités

    28 % chez les chômeurs

    34 % chez les jeunes de 18 à 24 ans

    42 % chez les employés

    42 % chez les artisans et commerçants

    45 % chez les ouvriers.

    http://www.marianne.net/choc-marine-le-pen-30%25

    Dimanche 1er février 2015 :

    Législative du Doubs : le FN (largement) en tête au 1er tour.

    Le Point – Publié le 01/02/2015 à 20:01

    La candidate du Front national frôle les 35%. Elle sera opposée au PS au second tour. L’UMP est éliminé. Les électeurs ont boudé les urnes.

    Sophie Montel (FN) arrive largement en tête au premier tour avec près de 35 % des voix, contre plus de 30% pour Frédéric Barbier (PS) suppléant du député sortant Pierre Moscovici. L’UMP Charles Demouge est éliminé avec moins de 29 % des suffrages exprimés.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s