290 – l’avancée du 100% monnaie

Article paru le 13 mai 2014 sur le blog http://www.gaullistelibre.com/

______________________________________________

Martin Wolf, éditorialiste du Financial Time, dans un article du 24 avril 2014 intitulé  » Strip private banks of their power to create money  » (que vous pouvez retrouver sur ce lien) pense que la prochaine crise verra la mise en place d’un système monétaire à réserves totales (100% money) : « This will not happen now. But remember the possibility. When the next crisis comes – and it surely will – we need to be ready » (« ceci ne va pas advenir aujourd’hui. Mais souvenez-vous de cette possibilité. Quand la prochaine crise arrivera – et ça aura lieu – nous avons besoins d’être prêts »)

Il faut dire que depuis quelques années cette proposition imaginée par Irving Fisher en 1936 lequel tirait les conclusions de l’ensemble des débats entre l’École de la circulation et l’École de la banque (Currency school et Banking school) revient dans la réflexion des économistes et sans doute bientôt dans le public: nous ne pouvons que nous en réjouir.

En France Maurice Allais reprends la proposition de Fisher en l’améliorant (dans « la crise mondiale d’aujourd’hui« ) . Christian Gomez l’un de ses anciens élève devenu « grand banquier » écrit un article fondamental sur ce sujet (« Une « vieille » idée peut-elle sauver l’économie mondiale? » Un réexamen de la proposition d’une réforme radicale du système bancaire: L’imposition d’un coefficient de réserves de 100% « ) . Gabriel Galand (de « Chômage et monnaie ») présente lors du colloque monnaie des économistes atterrés en mars 2012 « Une monnaie à garantie totale, une vieille idée qui fait son chemin » . Votre serviteur pour sa part tente une vulgarisation de ces propositions en lui attribuant un nom plus accrocheur: le SMART (Système Monétaire A Réserve Totales)

En 2012 toujours, deux économistes du FMI, Jaromir Benes and Michael Kumho, publient en anglais une étude extrêmement détaillée et approfondie  » The Chicago Plan Revisited  » que résume Gaël Giraud dans la « Revue Banque » sous le titre « Rendre le monopole de la création monétaire aux banques centrales ?« , et dans lequel il explique  que cette étude « montre […] que le 100% money remplirait très probablement ses promesses s’il était mis en œuvre : réduction de l’amplitude du cycle du crédit, disparition du risque de bank run, réduction des dettes publique et privée« .

Réserver à la collectivité les gains de la création monétaire
– L’émission et l’utilisation de la nouvelle monnaie – totalement gratuite (sans intérêts) – fait partie des prérogatives du Gouvernement, du Parlement et de la Banque Centrale, mais toute autre formule démocratique qui aurait son mot à dire sur la quantité de monnaie annuellement créée peut être mise en place (ie; intervention de la Cour des Comptes par exemple). C’est en définitive le Trésor Public qui en est destinataire et ce montant annuel (de quelques pour cents de la masse monétaire déjà en circulation soit pour fixer une idée, entre 50 et 100 milliards d’euros annuels pour notre pays) correspondant à une recette de l’État. Celle-çi augmentera d’autant les capacités d’investissement collectives: on retrouve ici d’ailleurs une idée proche de celle du néochartalisme.

– D’autres avantages plus techniques sur lesquels je ne m’étendrai pas ici, et en particulier la possibilité (il s’agit d’un choix politique) de « geler » environ 2/3 de la dette publique.

Une organisation bancaire bien différente.

– Les banques de dépôt (les « Compagnie de Service Monétaire » ou  CSM, dans la terminologie de Christian Gomez)  devront observer un coefficient de réserves de 100 %. Tous les comptes de chèques ne pourront faire circuler que de la monnaie déjà  « en caisse ». Le but est d’aligner toutes les formes de monnaie bancaire sur les billets de la Banque Centrale et d’inverser la règle actuelle qui veut que « les crédits font les dépôts ». La monnaie sera remise aux banques de dépôts contre la partie de leurs actifs qui correspond à leurs prêts: il y aura donc substitution de cette monnaie aux titres des banques et un coefficient de réserves de 100 %  sera appliqué à tout moment.

– Les dépôts étant entièrement reliés aux réserves, tous les instruments de paiement se comporteraient comme s’il s’agissait d’une circulation de monnaie de Banque Centrale (monnaie fiduciaire) .

– L’épargne serait gérée par un autre type de banques, les banques de prêts, intermédiaires entre les emprunteurs et les épargnants,  sans aucune capacité pour elles d’utiliser l’épargne pour spéculer ni de prêter des sommes dont elles ne disposeraient pas.

Cerise sur le gâteau

Nos amis Suisses de VOLLGELD INITIATIVE, terminent la préparation (100 000 soutiens nécessaires et un peu de moyens financiers) d’une « initiative monnaie pleine » qui devrait aboutir à une votation nationale (et on peut se poser une question  à cette occasion : à quand la mise en place du Référendum d’Initiative Citoyenne qui nous manque cruellement en France, soit disant phare de la démocratie ?)

Lors du lancement officiel de l’initiative nous essayerons de donner le maximum d’impact médiatique à cette véritable révolution en préparation et de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour expliquer tous les avantages de ce qui se retrouve selon les pays sous les termes de « monnaie pleine », « positive money », « 100% money », « monnaie utile », « pouvoir monétatif » et « SMART ». Mais il s’agit toujours à quelques détails près de la même  proposition: les entreprises privées ne doivent plus disposer du droit d’émettre la monnaie, notre monnaie.

A-J Holbecq

Publicités

A propos postjorion

Le blog d'André-Jacques Holbecq
Cet article, publié dans 100% monnaie, Allais, Article invité, Débat monétaire, Fisher, Holbecq, Monétisation, Pinsolle, SMART, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

30 commentaires pour 290 – l’avancée du 100% monnaie

  1. brunoarf dit :

    Vendredi 16 mai 2014 :

    France/Chômage : à nouveau en hausse au premier trimestre.

    L’économie française a recommencé a détruire des emplois au 1er trimestre dans le secteur marchand, où 23 600 postes (-0,1%) ont disparu, notamment dans l’intérim, selon des estimations provisoires de l’Insee publiées vendredi.

    Tous les secteurs d’activité sont concernés par ces destructions d’emploi, mais celui du travail temporaire est particulièrement frappé.

    La baisse atteint 0,3% dans l’industrie, 0,4% dans la construction, et 0,1% dans le tertiaire, où sont comptabilisés tous les emplois en intérim.

    C’est ce secteur du travail temporaire qui subit le plus net repli, avec à lui seul 24 900 emplois détruits (-4,6%). L’intérim, qui avait connu une embellie à la fin de l’année dernière, retrouve ainsi son niveau de début 2013.

    Sur un an, 57 200 postes au total ont été rayés de la carte (-0,4%).

    Fin mars 2013, il y avait 5 947 700 personnes inscrites à Pôle Emploi. C’est une hausse de 5,1% sur un an.

    En clair :

    Les pays européens se sont embarqués dans le bateau « Union Européenne » car ce bateau devait apporter davantage de croissance économique, davantage de progrès social, davantage d’emplois …

    … malheureusement, à la fin de la croisière, le bateau « Union Européenne » va couler. Tout le monde va rejoindre les canots de sauvetage.

    Tout le monde va s’éloigner du bateau en train de couler.

    Un dessin génial :

    J'aime

  2. antoinerastoin dit :

    En attendant la prochaine crise. En attendant je nous vois fort mal embarqués et je doute que les multinationales et les banques laissent faire. L’état, n’en parlons pas. Alors comment cela pourra t ‘il advenir. Antoine

    Envoyé de mon iPad

    J'aime

  3. Ping : 290 - l'avancée du 100% monnaie | Econop...

  4. brunoarf dit :

    Bon anniversaire, la Décadence !

    Le 19 mai 1974, il y a 40 ans, c’était l’élection de Valéry Giscard d’Estaing.

    Mai 1974 – mai 2014 : les Quarante Décadentes.

    Depuis mai 1974, les européistes du centre, les européistes de gauche, les européistes de droite dirigent la France.

    Depuis mai 1974, tous les présidents de la République et tous les premiers ministres ont comme priorité numéro un : la construction européenne.

    Depuis mai 1974, les élites politiques et les élites médiatiques nous expliquent que plus on fera l’Europe, mieux ce sera.

    Depuis mai 1974, la majorité du peuple français a cru les belles promesses des européistes, la majorité du peuple français a voté pour les européistes … mais le résultat a été exactement le contraire de ce qui avait été promis.

    Depuis mai 1974, cette construction européenne aboutit à un désastre industriel, à un désastre économique, à un désastre financier, à un désastre social, à un désastre moral, à un désastre démocratique, à un désastre politique.

    Maintenant, il est temps de quitter le bateau « Union Européenne » : le bateau coule.

    J'aime

  5. bebecadum dit :

     » Strip private banks of their power to create money  » ( Enlevons aux banques privées le pouvoir de créer de la monnaie )

    La chose ne sera pas aisée. Les banques privées ont des moyens énormes, elles ont en main la grande majorité des leviers des divers pouvoirs.
    Il nous en reste un. C’est le pouvoir de nous passer d’elles. Tant que nous aurons besoin d’elles nous serons TOUJOURS perdants. Tant que nous serons demandeurs de leurs services nous serons à leur merci. Le jour que nous pourrons nous passer des banquiers, et ce n’est qu’une question de volonté (individuelle et où collective) nous n’aurons même plus besoin de leur interdire de créer de la monnaie. Elles arrêterons de créer de la monnaie.

    Que pourraient-elles bien faire avec?

    J'aime

  6. brunoarf dit :

    Le syndicat des patrons français (le CNPF, puis son successeur le MEDEF) a toujours été pour le « oui » à tous les traités européens.

    L’ancien président du syndicat des patrons français, Georges Villiers, était pour le « oui » au traité de Rome en 1957.

    Ensuite, son successeur, François Perigot, était pour le « oui » au traité de Maastricht en 1992.

    Ensuite, son successeur, Jean Gandois, était pour le « oui » au traité d’Amsterdam en 1997.

    Ensuite, son successeur, président du MEDEF, Ernest-Antoine Seillière de Laborde, était pour le « oui » au traité établissant une Constitution européenne en 2005.

    Ensuite, son successeur, Laurence Parisot, était pour le « oui » au traité de Lisbonne en 2008.

    Mardi 14 février 2012 :

    Le Medef s’invite dans la campagne présidentielle : un programme tourné vers l’Europe… et un âge de la retraite encore plus élevé.

    Laurence Parisot est entrée mardi dans le débat présidentiel en présentant les priorités du Medef pour le prochain quinquennat.

    Pour le Medef, la « top priorité » c’est le fédéralisme européen pour créer les « Etats-Unis d’Europe », a-t-elle dit, estimant que « tout protectionnisme, toute tentative de protectionnisme serait un désastre ».

    http://politique.lavoixdunord.fr/Election-presidentielle-2012/2012/02/14/article_le-medef-s-invite-dans-la-campagne-presidentielle.shtml

    Ceux qui veulent rester dans l’Union Européenne sont les idiots utiles du grand patronat.

    Ceux qui veulent le fédéralisme en Europe sont les idiots utiles du grand patronat.

    Et le plus triste, c’est qu’ils n’ont même pas conscience d’être les idiots utiles du grand patronat.

    J'aime

    • bebecadum dit :

      Et au milieu de 500 millions de tarés, un génie, brunoarf!

      J'aime

      • brunoarf dit :

        500 millions de personnes veulent rester dans l’Union Européenne ?

        Vous êtes sûr ?

        On va pouvoir faire les comptes lundi 26 mai 2014.

        On va voir.

        J'aime

        • bebecadum dit :

          Cher Bruno

          Que 1/3 des européens soient eurosceptiques personne ne le nie. Et c’est heureux. Les élections où il y a 98% de pour sont plus que douteuse.
          Sur le fond.
          Vos prévision anti-€ sont « auto validentes ». C’est à dire que le seul fait de l’annoncer va avoir tendance à provoquer ce que vous annoncez.
          Le cas est bien connu des spéculateurs.
          Un gourou de la finance annonce une envolée du titre wxyz, ce qui va provoquer des achats du titre wxyz et de son augmentation de cours.
          C.Q.F.D.
          Je vous rappelle aussi que dans un groupe d’enfant qui jouent, ce sont ceux qui perdent qui veulent changer les règles du jeu.
          En ce domaine nos « grosses têtes » ont toujours 6 ans.

          Bien à vous.

          J'aime

  7. Hadrien dit :

    antoinerastoin dit :
    En attendant je nous vois fort mal embarqués et je doute que les multinationales et les banques laissent faire…
    bebecadum dit :
    La chose ne sera pas aisée. Les banques privées ont des moyens énormes, elles ont en main la grande majorité des leviers des divers pouvoirs…

    En réponse à toutes ces jérémiades, c’est Étienne Chouard qui a raison:
    La mère de toutes les batailles, c’est la bataille institutionnelle pour garantir une représentation démocratique digne de ce nom. Tout le reste en dépend…
    Si nos représentants étaient tirés au sort, comme dans la démocratie directe de la Grèce antique, nous n’aurions pas ces députés-félons qui ont fait passer le traité de Lisbonne que le peuple avait rejeté comme TCE !
    Hier, dans l’émission attrape-tout « Mots croisés », Brice Hortefeux osait encore pérorer à ce sujet: ce traité n’est pas passé, nous disait-il… puis qu’il n’y a pas eu de Constitution européenne ! Comment peut-on oser se moquer des électeurs au point de les narguer ainsi, en se contentant de jouer sur les mots ?
    Toujours dans la même émission, le sinistre Hortefeux en remettait une couche avec l’inénarrable argument:
    « La France pourrait réformer, et je vous le démontre: voyez l’Allemagne…! »
    Avec quels résultats pour la population ? Jugeons-en :

    LA RÉALITÉ SUR L’ALLEMAGNE :

    La France a appliqué après 1949 une politique inflationniste keynésienne alors que l’Allemagne a appliqué le dogme de l’école autrichienne. Résultat sur la richesse patrimoniale après tant d’années:
    Les statistiques internationales (cf Piketty: Le capital au XXIe siècle) confirment que, partant après la guerre d’un capital national détérioré équivalent à 250-300% chacun en termes de revenu national annuel, la France est remonté à 600%, contre 400% seulement pour l’Allemagne !

    OÙ LE PATRIMOINE MÉDIAN DE LA POPULATION EST-IL LE PLUS BAS EN EUROPE ?
    … EN ALLEMAGNE !

    Voici, en valeur absolue (euros), le rapport original de l’étude récente de la BCE tant commentée par les médias avec une gêne évidente, concernant le patrimoine net des ménages en zone euro: http://www.ecb.europa.eu/pub/pdf/other/ecbsp2en.p…
    Le patrimoine ou NET WEALTH (Richesse nette, c.a.d. moins les dettes) comporte bien, en effet:
    – Real Assets (dont real estate assets, c.a.d. immobilier)
    – Financial assets (avoirs financiers)

    Patrimoine médian PAR MÉNAGE (Zone euro)
    Luxembourg: 398 KE
    Chypre: 267 KE
    Malte: 216 KE
    Belgique: 206 KE
    Espagne: 183 KE
    Italie: 173 KE
    France: 116 KE
    Paysbas: 104 KE
    Grèce: 102 KE
    Slovénie: 101 KE
    Finlande: 85 KE
    Autriche: 76 KE
    Portugal: 75 KE
    Slovaquie: 61 KE
    ALLEMAGNE: 51 KE

    Patrimoine médian PAR PERSONNE :

    Belgique: 95 KE
    Espagne: 70 KE
    Italie: 70 KE
    France: 55 KE
    Pays bas: 47 KE
    Finlande: 45 KE
    Grèce: 42 KE
    Autriche: 40 KE
    Portugal: 30 KE
    ALLEMAGNE: 30 KE

    On comprend que ce rapport ait fait scandale en Allemagne!
    Qu’a donc fait l’Allemagne de l’Ouest de tous ses excédents commerciaux durant toute la deuxième moitié du XXe siècle ?
    La réponse a malheureusement été donnée par Gaël Giraud et Cécile Rouard dans leur livre (Le facteur douze):
    « les ménages allemands possédant plus de 100 millions d’actifs sont au nombre de 900, juste derrière les USA avec 3000, (contre 300 en France) », soit le nombre proportionnellement le plus grand de ces très riches parmi toute la population mondiale, faisant désormais de l’Allemagne le pays le plus inégalitaire des grands pays développés!
    Là encore, un fait qui est soigneusement dissimulé par la doxa libérale qui nous engage à suivre ce modèle: les excédents allemands s’exercent au détriment des bas salaires et viennent gonfler la fortune des actionnaires d’entreprises (ce qui explique pourquoi on ne voit rien dans le patrimoine moyen qui intègre indistinctement les deux).
    On ne s’étonnera pas, après tout cela, que Alain Minc ait pu pousser ce cri du coeur dans le titre de son dernier livre: « Vive l’Allemagne » !

    OÙ LE CHÔMAGE (RÉEL) ÉLEVÉ EST-IL LE PLUS DISSIMULÉ ?
    … EN ALLEMAGNE !
    (http://www.wsws.org/en/articles/2011/11/unem-n12.html)
    UNEMPLOYMENT IN GERMANY : Appearance and reality

    Last week the Federal Employment Agency (BA) reported a further decline in unemployment in Germany. In fact, the BA statistics have relatively little to do with social reality.

    CHÔMAGE RÉEL

    A closer look at the BA statistics reveal that more than a million unemployed are not included in the official jobless figures. Some 376,000 unemployed people older than 58 years are not included in the statistics, together with nearly 190,000 persons employed in one-euro-per-hour jobs. In addition, more than 300,000 people engaged in various forms of vocational training and “occupational integration” schemes do not appear in the statistic. The same applies to the over 320,000 registered unemployed due to health problems.
    Also missing from the official figures are those unemployed persons whose benefits were cut off for one reason or another. In 2010 the number of penalties imposed by the employment authorities increased by 14 percent nationwide compared to the year before. This year the BA expects to issue nearly a million such penalties.
    In 2010 the number of penalties imposed by the employment authorities increased by 14 percent nationwide compared to the year before. This year the BA expects to issue nearly a million such penalties.

    It is only on the basis of such statistical trickery that the BA arrives at the relatively low unemployment rate for Germany compared to other countries.
    If one considers the total number of benefits recipients, the official figure swells enormously—bearing in mind that this total does not include the jobless who, for various reasons, draw no benefits.

    Furthermore, according to the BA’s preliminary estimate for October, over 5.1 million employed people between the ages of 15 and 65 years drew unemployment benefits.
    These recipients have jobs of one description or another, but their incomes are so small they qualify for unemployment benefits. This group includes 1.4 million people who are part-time, limited contract employees, or so-called “mini-jobbers”, who earn at most €400 ($US 550) per month, 230,000 part-time employees in other categories and around 320,000 people who actually work full-time, but earn less than the miserly basic unemployment payment, despite working a 40-hour week.
    The BA report reveals a good deal about current rates of unemployment benefits (Hartz IV payments). In June 2011, 6.2 million people in 3.4 million families received Hartz IV benefits. In these families, an average of 1.9 people received only €672 ($US 925) for their basic needs, i.e., around €340 ($US 468) per month, per person.

    EMPLOIS SOUS-PAYÉS

    A high percentage of those who slip through the employment statistics are immigrant youth or young women. Munk refers to these young people as a “reserve army of the disadvantaged in the labour market.” These young men and women are eventually forced to accept the worst-paid forms of work.
    It is not surprising therefore that the number of low-wage earners in Germany is growing steadily. According to a study released by the Prognos AG research company, some 1.2 million people earn less than €5 per hour and 5 million people earn less than € 8.50 per hour (gross).
    If one assesses the low-wage sector by international standards (which defines a “low wage” as less than two-thirds of the average), then nearly one in four full-time employees (22.8 percent) in Germany earns a poverty wage. This amounts to nearly 10 million workers.

    The official number of poor people in Germany is also growing steadily. In 2009 the Federal Statistical Office classified approximately 12.6 million people as poor. Those most affected by poverty are the unemployed and single parents.
    The growth of poverty in Germany is largely due to the policies of the Social Democrat (SPD)-Green coalition government led by Chancellor Gerhard Schröder (SPD), which in 1998 implemented the biggest social cuts in Germany since the Second World War.
    High unemployment, a rapidly growing low-wage sector and major cuts in social spending have set in motion a social disaster that will only deepen as the current crisis unfolds. The official statistics try to disguise and gloss over this. But unlike statistics, one cannot falsify the real experiences of millions of people.

    J'aime

  8. brunoarf dit :

    Depuis mai 1974, la France est devenue un laboratoire.

    Depuis mai 1974, les Français votent pour des savants fous.

    Depuis mai 1974, les savants fous de gauche, les savants fous de droite, les savants fous du centre font une expérience : la construction européenne.

    En France, des savants fous veulent continuer l’expérience européenne, en nous expliquant que cette expérience va nous apporter la croissance économique et le progrès social.

    Mais 40 ans plus tard, les Français commencent à comprendre le résultat de cette expérience : cette expérience a complètement foiré.

    Le résultat de l’expérience est exactement le contraire de ce qui avait été prévu par les savants fous.

    Aujourd’hui, si les Français ne veulent plus servir de cobayes à ces savants fous, ils peuvent virer les savants fous qui dirigent la France depuis 40 ans.

    – Les Français peuvent arrêter cette expérience de tarés.

    – Les Français peuvent sortir du laboratoire des savants fous.

    Sortons de l’Union Européenne !

    http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2014/05/Profession-de-foi-UPR-EP2014-France-metro.pdf

    J'aime

  9. Saint-Maurice dit :

    pourquoi pas revenir au temps des rois maudits pendant que tu y es?
    As tu une idée de ce que pourrait faire l’Angleterre pour aller mieux? Les usa? le japon ? ….

    J'aime

    • bebecadum dit :

      Non il n’ en a aucune.
      Ce qui les turlupine (car il n’est pas seul) ce n’est pas que l’Europe va mal. Mais le fait que qu’ils ne sont pas aux commendes.
      Les français n’ont pas de pétrole mais ils ont des idées suivant l’expression consacrée.
      Il faut croire que pour le moment le pétrole (russe, arabe,nigérian, chinois…..) est plus demandé, y compris en France, que les idées françaises.

      J'aime

  10. brunoarf dit :

    Jeudi 22 mai 2014 :

    Coup de tonnerre dans le secteur automobile : la Citroën C3 ne sera plus fabriquée en France, à Poissy. La Citroën C3 sera fabriquée à Trvarna, en Slovaquie.

    Pourquoi cette délocalisation ?

    Parce qu’en France, le coût horaire du travail est de 35 euros, tandis qu’en Slovaquie le coût horaire du travail n’est que de 8,80 euros.

    L’Union Européenne, c’est un grand marché intérieur, sans aucune frontière, dans lequel 28 nations sont en compétition les unes contre les autres.

    L’Union Européenne, c’est 28 nations qui sont condamnées à baisser toujours plus les salaires de leurs ouvriers pour attirer les entreprises sur leur territoire.

    L’Union Européenne, c’est 28 nations qui font une course sans fin vers les salaires bas, vers les salaires les plus bas, vers les salaires toujours plus bas.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

    Dimanche, votons pour que la France sorte de l’Union Européenne :

    http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2014/05/Profession-de-foi-UPR-EP2014-France-metro.pdf

    J'aime

  11. Saint-Maurice dit :

    Tu es bien certain ?
    Il y a le feu partout dans le monde ( si tant est que le feu représente ceux qui perdent leur boulot et ceux qui ont des fins de mois difficiles), tu es d’accord ?
    L’europe TELLE QU’ELLE EST CONÇUE ACTUELLEMENT n’arrange rien, on est d’accord, mais cela ne veut nullement dire que l’Europe est responsable, qui est responsable aux usa, GB, jap, bangladesh, pérou, sierra leone, chine….??????

    Parce que sinon, on s’arrête où? on refait l’aquitaine, les gascons…?

    Tu es un gars plein d’énergie, c’est con que tu ne l’utilises pas à changer l’europe plutôt que la détruire…

    Ensemble, c’est quand même beaucoup mieux non? si tu arrives à changer la donne au sein de l’europe, c’est encore mieux…

    Parce que encore une fois, c’est plus cool maintenant entre les gascogne et la bourgogne qu’avant non?

    J'aime

  12. brunoarf dit :

    Dans l’Organisation des Nations Unies, 197 nations sont représentées.

    Quand nous regardons ces 197 nations, que voyons-nous ?

    – Nous voyons 28 nations qui ont construit une union : l’Union Européenne.

    – Mais sur tous les autres continents, nous voyons 169 nations qui gardent précieusement le contrôle de leurs lois nationales, 169 nations qui gardent précieusement le contrôle de leurs frontières nationales, 169 nations qui gardent précieusement le contrôle de leur monnaie nationale, etc, etc.

    Bref : nous voyons 169 nations qui sont souverainistes.

    Partout ailleurs, sur tous les autres continents, 169 nations sont souverainistes.

    En Europe, nous sommes l’exception : il n’y a que nous, en Europe, qui ne sommes pas souverainistes.

    Les européistes sont comme les 28 neuneus qui sont montés dans un bus, et leur bus s’est engagé à contre-sens sur l’autoroute !

    A l’intérieur du bus « Union Européenne », les 28 neuneus n’arrêtent pas de rigoler. Les 28 neuneus disent en rigolant : « Regardez tous ces idiots : ils se sont tous engagés à contre-sens sur l’autoroute ! »

    Les 28 neuneus ne devraient pas autant rigoler.

    Nous savons comment finissent les véhicules qui s’engagent à contre-sens sur l’autoroute.

    Conclusion :

    Dimanche, votons pour que la France sorte de l’Union Européenne :

    http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2014/05/Profession-de-foi-UPR-EP2014-France-metro.pdf

    J'aime

    • Saint-Maurice dit :

      Mais où arrêtes tu le curser ? A quelle époque ? A celle des 197 nations répertoriées ? Pourquoi ? c’était super à cette époque ou cela correspond en gros à quand tu es né et tu voudrais vite t’y réfugier…?
      Pourquoi ne remontes tu pas à Charlemagne?

      J'aime

      • brunoarf dit :

        Non.

        Nous sommes en mai 2014, donc je regarde ce que font TOUTES LES AUTRES NATIONS DU MONDE, aujourd’hui, en mai 2014.

        Et je vois que, en mai 2014, nulle part ailleurs, sur aucun autre continent, nous ne voyons nulle part (je répète : nulle part) 18 nations détruire leur monnaie nationale pour créer une monnaie unique.

        Il n’y a que nous, en Europe, qui avons fait cette expérience de tarés.

        Et cette expérience a complètement foiré.

        J'aime

  13. Saint-Maurice dit :

    C’est vrai qu’elle a foiré (on va réessayer quelque chose de mieux) mais personne nulle part ne parle (beaucoup) de changer le système de change, ni du 100 % monnaie, et alors…on pourrait quand même essayer…
    Tu les emprunterais à qui tes francs ? On pourrait en fabriquer (assez) dans un système de change flottant ? sans que ceux à qui tu comptes emprunter les francs que tu ne feras pas fabriquer ne s’en débarrassent fissa avant même de te les prêter de peur que 1. ces francs ne valent plus rien car leurs copains auront aussi vendu en masse les leurs pour les mêmes raisons..
    2. dés fois, tu ne les rembourserais pas du tout… vu tes pensées que ces mêmes gars jugent coco à donf…

    Quant aux dévaluations perso, 1. si tu as l’habitude d’importer plus que tu exportes, tu sais bien que c’est pas cool
    2. si tout le monde la joue ainsi et perso, on se retrouve tous dans le purain…à la fin

    J'aime

  14. Saint-Maurice dit :

    si si, c’est pourquoi il faut changer les causes qui ne se résument pas à l’Europe ni à l’euro comme le pensent 197-28 = 169 nations + 70 % des populations des 28 autres qui votent UMPS…(toi qui aime bien faire comme tout le monde…)

    J'aime

    • brunoarf dit :

      Mai 1974 – mai 2014 : les Quarante Décadentes.

      Depuis mai 1974, les européistes du centre, les européistes de gauche, les européistes de droite dirigent la France.

      Depuis mai 1974, tous les présidents de la République et tous les premiers ministres ont comme priorité numéro un : la construction européenne.

      Depuis mai 1974, les élites politiques et les élites médiatiques nous expliquent que plus on fera l’Europe, mieux ce sera.

      Depuis mai 1974, la majorité du peuple français a cru les belles promesses des européistes, la majorité du peuple français a voté pour les européistes … mais le résultat a été exactement le contraire de ce qui avait été promis.

      Maintenant, c’est terminé.

      Maintenant, les partis politiques européistes sont discrédités.

      Nous entrons dans une nouvelle période historique.

      Malheureusement, le peuple français vote de plus en plus pour le Front National.

      Malheureusement, nous allons vivre la période des fureurs populaires et des passions nationalistes.

      L’idée européenne est morte.

      http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/05/25/europeennes-large-victoire-du-fn_4425528_823448.html

      J'aime

  15. Saint-Maurice dit :

    Ben t’as fait campagne pour non? t’as l’air inquiet maintenant…

    J'aime

    • brunoarf dit :

      Deux partis politiques français veulent une sortie de l’Union Européenne :

      – l’UPR : c’est un parti républicain et respectueux des Droits de l’Homme ;

      – le FN.

      Vu le choix du peuple français dimanche 25 mai, je suis très très inquiet pour les années qui viennent.

      J'aime

  16. Saint-Maurice dit :

    L’UPR 0,41 % non?

    J'aime

  17. brunoarf dit :

    La France au XXI ème siècle : le scénario « Guerre Civile Espagnole »

    Quel est le paysage politique ?

    Dans le camp des élites pro-européennes :

    – Le Parti Socialiste : le clan Hollande, contre le clan Valls. Discrédité.
    – L’UMP : le clan Sarkozy, contre le clan Copé, contre le clan Fillon, contre le clan Juppé. Discrédité.
    – L’Alternative (UDI + Modem) : le clan Jégo, contre le clan Bayrou. Discrédité.
    – Europe Ecologie Les Verts : trop de clans, je n’arrive pas à faire une liste complète, j’ai mal à la tête, c’est un bordel indescriptible. Discrédité.

    Dans le camp d’en face :

    – Le Front National : 24,95 % aux élections européennes. Un sondage IFOP montre que si le vote était obligatoire, 24 % des abstentionnistes voteraient FN. En clair : le FN dispose d’une très importante armée de réserve, qui, pour le moment, ne vote pas.

    http://www.valeursactuelles.com/abstentionnistes-fn-t%C3%AAte

    – Le Front de Gauche : 6,34 % aux élections européennes. Jean-Luc Melenchon a parfaitement décrit la dynamique historique en faveur du Front National :

    « Aux conditions actuelles, parce qu’elle est en dynamique, rien ne peut plus barrer la route de madame Le Pen. Mieux : le fruit va lui tomber tout droit dans la bouche. Toute la décomposition en cours du champ politique, ou bien alimente directement son fond, ou bien emporte sans combat les digues qui s’y opposeraient. La physique de l’Histoire n’a d’ailleurs jamais fonctionné autrement. Les grands mouvements comme les petits ne sont pas linéaires. Ils suivent des lignes de croissance ou décroissance saccadées où des pics succèdent à des paliers. Les prochains condiments qui vont alimenter le suivant pic sont en place. D’un côté l’implosion de l’UMP, libérant de vastes pans de sympathisants de tous niveaux, de l’autre la débilité de l’équipe au pouvoir et de ses supplétifs entretenant tous les ingrédients d’une implosion autrement plus dangereuse : celle de l’Etat. Que les auto-flagellant se rassurent, je ne nous oublie pas dans ce tableau. Notre score à l’orée du nouveau cycle politique ne nous permet pas d’être l’alternative dans le chaos qui s’avance. »

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/05/30/pendant-que-la-poussiere-retombe/

    – Debout la République : 3,82 % aux élections européennes.

    – Lutte Ouvrière : 1 %

    – UPR (Union Populaire Républicaine) : 0,41 %

    – NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) : 0,30 %

    Conclusion :

    Depuis mai 1974, les partis pro-européens dirigent la France. Ils n’ont réussi qu’une seule chose : remettre en selle les fachos.

    Aujourd’hui, la dynamique est en faveur du FN. Son armée de réserve d’abstentionnistes est très importante.

    Pour la France, le scénario le plus probable est un scénario de type « Guerre Civile Espagnole », comme entre 1933 et 1936.

    Si ce scénario-catastrophe se réalise, la France connaîtra une guerre civile entre :

    – les Républicains

    – et les Nationalistes.

    J'aime

  18. Saint-Maurice dit :

    Si on avançait dans les propositions (changes fixes, 100% monnaie, constituante…) plutôt que sembler jouir de ce futur possible (là j’ai cru voir de la perversité chez vous…?)
    Une preuve du travail qui reste à faire pour certains : où donc avez vous vu voir des écrits de Méluche pouvant faire penser qu’il est contre l’Europe, voilà un petit défi…

    J'aime

  19. Saint-Maurice dit :

    « Une preuve du travail qui reste à faire pour certains : où donc avez vous vu voir des écrits de Méluche pouvant faire penser qu’il est contre l’Europe, voilà un petit défi… »

    bon tu n’as pas trouvé, en 2 mois….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s