259 – « Hadrien »: nécessaires capitulations de la stabilité monétaire

LES NÉCESSAIRES CAPITULATIONS DE LA STABILITÉ MONÉTAIRE

On cite souvent la longue durée de l’après-guerre au XXe siècle en Europe où, jusqu’à l’euro, la monétisation en France a permis la même croissance qu’en Allemagne dont l’orthodoxie tant vantée aujourd’hui ne lui avait pourtant pas donné le moindre avantage.
Cela amène à se poser quelques questions sur le dogme autrichien originel de la neutralité de la monnaie (Menders, Von Mises, Von Hayek), ainsi que sur celui de la stabilité des prix.
Le lecteur ne manquera pas de voir dans ce qui suit quelques allusions non dissimulées aux errements actuels de la zone euro.

Tout d’abord, la neutralité: si ce dogme était exact, on pourrait parfaitement imaginer de bloquer la masse monétaire en numéraire, et peu importe la croissance des biens et services: les prix s’adapteraient en conséquence… La monnaie s’évaluerait en s’adaptant à cette croissance au fil du temps, et l’on renouvellerait simplement les billets usagés par des billets en unités, puis en centimes, puis en millésimes, etc. ce qui n’est pas moins normal qu’en centaines ou en milliers.
On pourrait inverser à ce sujet la question (faussement affirmative) sur la monétisation que posait O.Berruyer, le 11.10.2012, en commentaires sur son blog: ” Quand même fou qu’aucun pays ne s’amuse à le faire sur la planète, non ? ”
Ici, la réponse est plus évidente:
La monnaie de ce pays-là deviendrait rapidement plus recherchée que l’or, et ses propres citoyens des thésaurisateurs acharnés! Mais les placements-investissements disparaîtraient (pourquoi courir ce risque?) ainsi que tout progrès de la productivité et des innovations, l’économie stagnerait (ce qui fut le cas pendant des siècles, et même des millénaires) et régresserait par rapport aux autres…
On voit bien que ce raisonnement met en exergue, a contrario, les avantages de la monnaie fondante où la seule question qui vaille est: à qui profite-t-elle et quels sont ses résultats?
On voit bien aussi que les politiques monétaires courantes sont, dans tous les pays, un compromis entre les deux…

Ou est donc l’optimum, et cela ne dépend-il pas du pays (antécédents historiques, géographie et climat, ressources naturelles, culturelles et humaines, etc), et surtout de ce qu’on veut optimiser (PIB indifférencié ou individualisé?, Compétitivité ou collaborativité? Conservation ou redistribution? Liberté, égalité, ou fraternité? et/ou dans quel ordre?)
Là encore, la réponse est non moins évidente: « cigales » et « fourmis » peuvent tout aussi bien réussir, si on ne les oblige pas à des comportements contre-nature…

On peut aller plus loin et interroger de la même manière la stabilité, avatar austro-allemand ressuscité du dogme précédent: l’orthodoxie monétaire de l’euro affiche d’autorité une politique monétaire austère de “stabilité” des prix, c’est à dire une croissance monétaire proportionnelle à la croissance économique. Pourquoi ? Pourquoi, en vertu de ce qui vient d’être dit, ce “réglage” tout aussi arbitraire qu’un autre serait-il plus désirable ? Il convient apparemment à l’Allemagne, obsédée depuis longtemps par la nostagie du mark-or, remède à son hyperinflation passée, et qui l’a imposé en entrant dans la zone euro, mais ne convient pas à tout le monde.
Or, aucun des politiques au pouvoir ne pose actuellement le problème en ces termes.
Ils préfèrent tous brailler à l’unisson qu’il faut suivre l’Allemagne… sans se demander si les allemands et leurs satellites n’ont pas récolté tout simplement le fruit de leurs efforts diplomatiques pour imposer la politique leur convenant le mieux !

Un autre type de consensus arbitraire est celui, encore plus injustifié, d’un ancrage stable de la
monnaie par le prix de l’or. Cela revient à indexer la monnaie à l’aide d’une matière première, matière si particulière que son évolution dépend moins du flux de production que de celui des mises en vente, fonctions elle-mêmes d’une conjoncture et d’une spéculation bien souvent non économiques.
En tout état de cause, ce qui compte est le cours relatif des monnaies entre elles qui traduit l’évolution des économies respectives. L’adoption d’une valeur de référence extérieure comme valeur absolue est évidemment illusoire, et ne change rien au destin individuel des monnaies.
Une illustration de cette illusion est donnée ci-après, où le rapprochement avec les difficultés actuelles de la zone euro:

HISTOIRE D’UN CONSENSUS FRAUDULEUX… auri sacra fames (Virgile), à travers l’explication de texte:

Pour illustrer le caractère frauduleux dudit consensus, rien ne vaut en effet un exemple de la plus belle eau: celui-là nous est fourni par une paire d’auteurs (Philippe Simonnot, Charles Le lien) dont l’idéologie est si étrange que l’ultra-libéralisme (qui y mérite pour une fois son nom) le dispute au conservatisme le plus étroit…
Car voici qu’est paru en librairie, récemment, cet ouvrage intitulé « La monnaie. Histoire d’une imposture » dont l’orthodoxie est si conservatrice qu’elle va jusqu’à nier toute forme de monnaie qui ne serait indexée sur l’or !
Aussi le livre se termine-t-il sur les quatre impératifs:
« – mettre fin au monopole d’émission
– dénationaliser les banques centrales
– abroger les lois instituant le cours forcé des monnaies et leur cours légal
– défiscaliser la négociation de l’or, que sa fiscalisation punitive empêche d’utiliser comme moyen de paiement spontané… …un espace de liberté pour l’initiative et l’innovation. »
L’ennui, pour ses auteurs, c’est qu’ils démontrent sans le vouloir exactement le contraire !

Livrons-nous donc à ce petit exercice instructif qui consiste à prendre un ouvrage fort bien écrit (à l’exception d’une chronologie entrelacée), parfaitement documenté, et dont les auteurs sont des érudits à leur manière,… mais dont il suffit de mettre bout à bout les passages les plus significatifs, sans aucun commentaire ni ajout, ni déformation, pour s’apercevoir qu’ils démontrent très précisément le contraire de ce qu’ils voulaient prouver:

Le départ est donné dès qu’on aborde la période contemporaine, où l’on est averti d’emblée que, « pour bien comprendre », il faut « remonter le temps de six décennies, les plus meurtrières de l’humanité »:

LA MONNAIE [Extraits]
Histoire d’une imposture
(Philippe Simonnot, Charles Le lien)

Le déclenchement du conflit mondial « oblige » les États belligérants, pour financer les dépenses de la guerre, à suspendre en âout 1914, en apparence provisoirement, en fait définitivement, l’étalon-or…
Paradoxalement, la Suisse, pays neutre, ouvre le bal de la « suspension » le 2 août 1914, suivie par l’Allemagne le 4 août, la France le 5 août, et la Grande-Bretagne le 6; l’Italie quant à elle a déjà décrété le cours forcé de la lire depuis 1891. Seul le dollar, devise d’un pays non belligérant jusqu’en 1917 restera convertible et profitera de cette position pour devenir la monnaie la plus solide et la mieux « gagée » au monde.

Une fois la guerre de 14-18 terminée, les dirigeants politiques des grands pays occidentaux songent à refermer ce qu’ils croient être la parenthèse de la suspension de l’étalon-or.
En 1922 se réunit à Gênes une conférence monétaire dont l’objectif officiel est d’assainir la situation monétaire d’après guerre…
D’où l’invention du GOLD EXCHANGE STANDARD (en français l’ÉTALON DE CHANGE-OR), système dans lequel l’or et des devises vont servir de gages à l’émission de monnaie par les banques centrales. Les devises en question seront le dollar et la livre sterling, qualifiées de devises clés.
Rappelons qu’en régime d’étalon-or, le pays déficitaire est obligé de rétablir sans délai l’équilibre de sa balance de paiements… par un rétablissement de sa compétitivité sur les marchés étrangers.

[LA CAPITULATION MONÉTAIRE DE SA MAJESTÉ]

Un certain Winston Churchill va lancer sur la voie hasardeuse du rétablissement de la parité-or d’avant guerre non seulement la Grande Bretagne, mais à sa suite l’ensemble du système monétaire international, tant la place de Londres est encore prépondérante dans la finance mondiale.
Du reste, ressuscité en Allemagne en 1924 pour mettre fin à l’hyperinflation qui a ravagé le pays, le mark-or a ouvert la voie.

C’est en effet un véritable coup de théâtre à Londres, ce mardi 28 avril 1925, quand Winston Churchill, chancelier de l’Échiquier, lors de la présentation du budget à la chambre des communes, annonce le rétablissement de la convertibilité-or de la livre sterling à la parité d’avant-guerre de 4,86 dollars, soit 7, 32 grammes d’or fin. Cette dernière définition datait de 1816!
Cette réévaluation aura très vite des conséquences désastreuses sur le commerce extérieur britannique. La croissance est bridée. Le chômage, qui, déjà, avait atteint un niveau élevé, augmente encore…
Le chancelier persévère dans l’erreur – diaboliquement ! Pour redonner de la compétitivité au charbon, il décide de baisser les salaires des mineurs. Ce qui déclenche en mai 1926, par solidarité avec les gueules noires, une grève générale… De fait, il s’entêtera dans sa politique jusqu’à ce que le gouvernement soit chassé du pouvoir par la défaite des conservateurs aux élections de 1929. L’année du krach de Wall Street?
Deux ans après, il faudra dévaluer la livre en catastrophe… Du 1er au 20 juillet 1931, la Banque d’Angleterre perd deux cent quarante tonnes d’or. Le 21 juillet, le GOLD EXCHANGE AMENDMENT ACT légalise la suspension de l’étalon-or décidée la veille par le gouvernement britannique, « jusqu’à ce que Sa Majesté en ordonne autrement par proclamation ».

[LA CAPITULATION MONÉTAIRE DES ÉMULES]

Le coup monétaire de Churchill fait un émule: Mussolini…le Duce se lance dans une politique de lire forte, faisant adopter par ses ministres de sévères mesures déflationnistes. A Pesaro, le 18 août, il déclare: « De cette place, je dis à tous les citoyens que je défendrai la lire jusqu’à mon dernier souffle, jusqu’à la dernière goutte de mon sang ». Effectivement, la lire se redresse pour atteindre le taux de 92, 46 lires pour 1 livre sterling – soit une réévaluation de quelque 40%. Le résultat ne se fait pas attendre longtemps: diminution de la production et augmentation du chômage, incitant l’Italie à s’enfoncer plus avant dans la voie calamiteuse de l’autarcie, corrélative d’un durcissement du régime fasciste, qui ne s’en relèvera jamais.

La France a été plus raisonnable… Quand elle se décide enfin, le 25 juin 1928, à définir de nouveaux taux de sa monnaie par une parité métallique, elle le dévalue franchement. Poincaré opte pour la parité de 58,95 milligrammes d’or fin pour un franc, contre 230,32 avant guerre pour un franc germinal.

Malheureusement, l’origine réelle de la crise, à savoir une mauvaise « institution monétaire », est méconnue. Le seul résultat salutaire est l’abandon de l’étalon de change-or, mais il est ignoré. Les dirigeants occidentaux oublieront que la plupart des vices qu’ils prétendent combattre proviennent de l’ersatz d’étalon-or. Il le remettront en selle au seul profit du dollar lors de la conférence monétaire internationale réunie à Bretton Woods.

[LA CAPITULATION MONÉTAIRE DE L’ONCLE SAM]

Les accords internationaux qui vont incruster l’étalon de change-or, le GOLD EXCHANGE STANDARD, résultent des pourparlers entamés entre les mille représentants des quarante-trois pays invités par les Etats-Unis le 1er juillet 1944 à Bretton Woods… dès avant la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les discussions, qui durent du 1er au 22 juillet 1944, sont dominées par deux personnalités: l’anglais John Maynard Keynes et l’américain H.D. White. Keynes, à l’époque considéré comme le plus grand économiste du XXe siècle, croit tenir sa revanche sur ce qu’il appelle la « relique barbare », c’est à dire l’étalon-or. White oppose à cette utopie la restauration du système inventé à Gênes en 1922, le GOLD EXCHANGE STANDARD, mais cette fois avec une seule devise clé, le dollar… White va l’emporter.

Le GOLD EXCHANGE STANDARD est réinstauré… par le fait que son prix officiel, 35 dollars l’once, n’a pas bougé depuis la dévaluation opérée par Roosevelt en 1934. Tous les autres prix ont doublé, triplé, voire quintuplé. Or, cette parité de 35 dollars l’once est considérée par les américains comme sacro-sainte… jusqu’à la honteuse capitulation monétaire de Nixon…
Le 15 août 1971, le dollar est détaché de l’or par une décision unilatérale de Richard Nixon, alors président des États-Unis. Dans toutes les capitales du monde, on s’interroge sur les conséquences juridiques, financières, économiques, politiques du « coup » de Nixon… Aujourd’hui, les Européens n’en sont toujours pas sortis, [même] avec l’euro…

[LA CAPITULATION D’EUROPA ?]

Sur le plan strictement économique, force est de constater que l’euro n’a pas tenu ses promesses. Au moment du lancement de la monnaie unique, on avait fait miroiter un supplément de croissance économique. C’est le contraire qui s’est produit. La croissance dans la zone euro n’a cessé de ralentir:
Un ralentissement semblable ne s’observe dans aucune autre région du monde.
Comment en est-on arrivés à un résultat aussi contraire à ce qui avait été visé? où est l’erreur?
On ne peut répondre à cette question qu’en remontant aux origines mêmes de la monnaie européennes.

Pour [re]venir aux conditions tumultueuses de la naissance de l’euro, le marchandage franco-allemand entre Mitterrand et Kohl se sera présenté ainsi: d’accord pour la « Grande Allemagne », mais il faut alors que le Deutschemark  se fonde dans la monnaie européenne. Mais l’Allemagne n’accepte d’entrer dans le processus qu’à condition que la future monnaie européenne soit « au moins aussi forte que le mark ».
Ensuite, l’Allemagne n’aura de cesse de faire pression sur ses partenaires pour durcir les conditions de passage à l’euro. Dès décembre 1995, elle propose la signature d’un « pacte de stabilité »: en aucun cas, le déficit [budgétaire] ne doit passer au dessus des 3% du PIB. Bien évidemment, à peine l’encre était-elle sèche que les promoteurs du pacte, l’Allemagne et la France,
ne le respectaient pas…

Finalement, il a donc fallu construire en hâte le pilier manquant, « la gouvernance économique », sans avouer l’idée qui la sous-tend, l’instauration d’une Europe fédérale, de plus en plus difficile à cacher. Autrement dit, on impose aux peuples des pays qui composent la zone euro de faire ce choix fondamental pour des raisons de politiques monétaires – choix que les peuples, et notamment le peuple français… ont rejeté à plusieurs reprises.
En fait, on retrouvait en 2011 la configuration des années précédant l’avènement de l’euro. Début 2011, l’Allemagne, après une décennie de rigueur, sortait, seule en Europe, de la crise, et se trouvait en position de dicter sa loi. L’euro serait un euro-mark, ou ne serait plus.

Les petits génies du marketing politique qui ont lancé l’expression « règle d’or » ont fourni en fait aux princes qui nous gouvernent une occasion supplémentaire de montrer à quel degré d’impudence ils sont capables d’accéder… Nos gouvernants ont essayé de vendre au bon peuple ainsi qu’aux méchants marchés quelque chose qui brille dans la nuit de cette crise interminable, quelque chose d’inaltérable comme l’or qu’on essaye de faire revenir dans le système au moins au plan symbolique – bref, un ersatz de papier d’étalon-or.. [jusqu’à la prochaine capitulation ?]

« Hadrien »

Publicités
Cet article, publié dans Article invité, Hadrien, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour 259 – « Hadrien »: nécessaires capitulations de la stabilité monétaire

  1. Hadrien dit :

    C’est dans l’air !
    Étrangement, on trouve (il y a 13 heures) une analyse très voisine sur:
    http://www.next-finance.net/Les-memes-causes-produisent-les

    EXTRAITS:

    La zone euro a le même comportement aujourd’hui que pendant la grande dépression des années 1930 qui avait comme étalon monétaire l’or !
    À cette époque, l’Europe et l’Amérique ne pouvaient pas correctement fonctionner avec un système financier mondial basé sur l’or, où le prix des exportations (l’extérieur) d’un pays est dicté par les prix intérieurs et les salaires. Avec un tel système, le seul amortisseur de choc était le prix du travail, et non pas le taux de change ou le taux d’inflation.

    Le système de Bretton Woods fournit aux États souverains quatre amortisseurs en cas de crise économique : Inflation – Déflation – Dévaluation – Défaut.

    La crise économique des années 1970 entraina l’effondrement du système de Bretton Woods et de l’un de ses engagements : la fameuse parité fixe, mais ajustable.

    À la signature du traité de Maastricht en Décembre 1991, les européens décidèrent d’abandonner, une fois pour toutes, non pas un, mais deux de leurs amortisseurs – l’inflation et la dévaluation

    A la mise en circulation de l’euro le 1er janvier 2002, la BCE eut un seul et unique mandat : celui de maintenir l’inflation juste en dessous ou proche de 2 %, et assurer la stabilité financière. François Mitterrand et Helmut Kohl réussirent à reconstruire l’or comme étalon sous une forme moderne, mais avec tous ses défauts.
    Avec l’euro, les pays du sud ont perdu une variable d’ajustement et ont même acquis une variable de « désajustement »

    Patrick Jaulent

    J'aime

  2. Hadrien dit :

    C’est dans l’air… mais aussi dans les annales.
    Témoin, la fin de ce DISCOURS PRÉMONITOIRE DE P. MENDÈS-FRANCE tenu en 1957 devant l’assemblée nationale, dès le premier traité européen (celui de Rome), où il décrivait à l’avance tous les éléments de la situation aujourd’hui constatée
    sous la hâte des lobbies à tirer les marrons du feu :

    LE MODÈLE SOCIAL MENACÉ DE DISPARITION

    Concernant les charges sociales, la seule harmonisation prévue en principe concerne l’égalité des salaires masculins et féminins dans un délai de quatre, cinq ou six ans. Mais aucune autre généralisation d’avantages sociaux n’est vraiment organisée ni même garantie et cela apparaît si l’on énumère un certain nombre de ces avantages sociaux qui pèsent, dans une mesure qui est loin d’être négligeable, sur la productivité et sur les prix de revient.

    En fait, mes chers collègues, ne nous ne le dissimulons pas, nos partenaires veulent conserver l’avantage commercial qu’ils ont sur nous du fait de leur retard en matière sociale. Notre politique doit continuer à consister, coûte que coûte, à ne pas construire l’Europe dans la régression au détriment de la classe ouvrière et, par contrecoup, au détriment des autres classes sociales qui vivent du pouvoir d’achat ouvrier. La thèse française, à laquelle nous devons nous tenir très fermement, c’est l’égalisation des charges et la généralisation rapide des avantages sociaux à l’intérieur de tous les pays du marché commun. L’unification, la péréquation des charges doit se faire, elle doit être générale et elle doit toujours se faire par le haut.

    D’ailleurs, on peut se poser une question : la tendance à l’uniformisation n’implique-t-elle pas que les pays les plus avancés vont se voir interdire, au moins momentanément, de nouveaux progrès sociaux ? C’est bien ce que donne à croire l’article 48 du projet en discussion, et dont voici le texte : « Après l’entrée en vigueur du traité, les États membres, afin de prévenir l’apparition de nouvelles distorsions de la concurrence, se consulteront mutuellement avant de procéder à l’introduction ou à la modification de dispositions législatives ou administratives susceptibles d’avoir une incidence sérieuse sur le fonctionnement du Marché commun. » Tout relèvement de salaire ou octroi de nouveaux avantages sociaux n’est-il pas dès lors, et pour longtemps, exclu pour les ouvriers français ?

    Sur ce point, je mets le gouvernement en garde : nous ne pouvons pas nous laisser dépouiller de notre liberté de décision dans des matières qui touchent d’aussi près notre conception même du progrès et de la justice sociale ; les suites peuvent en être trop graves du point de vue social comme du point de vue politique. Prenons-y bien garde aussi : le mécanisme une fois mis en marche, nous ne pourrons plus l’arrêter.

    LA POLITIQUE FISCALE SOUS PRESSION

    Ce que je viens de dire de l’harmonisation des charges sociales s’applique dans une large mesure aussi à l’harmonisation fiscale. Je ne citerai qu’un cas, mais qui a son importance. Le taux des taxes sur les chiffres d’affaires est environ deux fois plus élevé en France que dans les autres pays européens. Il se pose donc un problème d’équilibre dont la solution ne nous est pas franchement proposée.

    Le rapport Spaak estime qu’il est impossible et inutile d’harmoniser les régimes sociaux, fiscaux, financiers et économiques des six pays, l’égalisation des conditions de concurrence entre producteurs de pays différents devant être obtenue par une fixation convenable des taux de change, ce qui signifierait évidemment, au départ, une dévaluation du franc français.

    Eh bien ! mes chers collègues, c’est l’une des lacunes les plus graves des projets qui sont aujourd’hui en discussion et c’est l’un des points sur lesquels l’Assemblée devrait demander au gouvernement d’insister auprès de nos partenaires pour leur faire comprendre qu’il serait impossible à la France de donner son adhésion aux projets qui lui sont soumis si, à cet égard, aucune garantie ne nous était donnée.

    DESINDUSTRIALISATION ET CHÔMAGE

    Certaines clauses me paraissent plus préoccupantes encore. C’est, d’abord, celle qui consiste à dire que le tarif externe, déjà très bas, qui protège l’industrie des six pays associés contre la concurrence des autres pays du dehors, pourra être, pour certains produits, totalement suspendu par simple décision de la majorité. Compte tenu des tendances vers la fixation de tarifs très bas qui règnent aujourd’hui en Allemagne et en Belgique, nous risquons donc de voir sacrifiées, totalement privées de protection, certaines productions essentielles pour nous et pour notre main-d’œuvre. C’est une clause parmi les plus préoccupantes, les plus graves.

    N’oublions jamais que, parmi nos associés, l’Allemagne, le Benelux et l’Italie, voudraient un tarif commun le plus bas possible. Demain, l’autorité supranationale étant chargée de fixer ce tarif, il sera donc inévitablement modéré, parfois même il sera nul ou bien, comme je viens de l’indiquer, il pourra être suspendu. Notre industrie se trouvera alors découverte contre toutes les concurrences du dehors, celle des États-Unis comme celle du Japon.

    Je le répète, il faut que nous sachions que le démantèlement, la libération vers lesquels nous nous acheminons ne vont pas seulement s’appliquer aux échanges entre les six pays participants, ils s’appliqueront aussi à l’égard des importations venues du dehors.

    Il me paraît impossible que l’Assemblée se prononce définitivement sur un objet aussi vaste et qui implique pour notre main-d’œuvre un risque terrible de chômage, sans qu’elle connaisse exactement les conséquences précises qui peuvent en résulter pour l’ensemble de nos productions.

    LIBÉRALISATION FINANCIÈRE ET CAPITAUX SANS FRONTIÈRES

    Il est prévu que le Marché commun comporte la libre circulation des capitaux. Or, si l’harmonisation des conditions concurrentielles n’est pas réalisée et si, comme actuellement, il est plus avantageux d’installer une usine ou de monter une fabrication donnée dans d’autres pays, cette liberté de circulation des capitaux conduira à un exode des capitaux français. Il en résultera une diminution des investissements productifs, des pertes de potentiel français et un chômage accru.

    Les capitaux ont tendance à quitter les pays socialisants et leur départ exerce une pression dans le sens de l’abandon d’une politique sociale avancée. On a vu des cas récents où des gouvernements étrangers ont combattu des projets de lois sociales en insistant sur le fait que leur adoption provoquerait des évasions de capitaux. Nous-mêmes, en France, avons vécu en 1936 une période, que beaucoup d’entre vous n’ont pas oubliée, durant laquelle un certain nombre de lois sociales importantes ont été adoptées. Il est de fait que, dans les années suivantes, cette attitude a entraîné des évasions, une véritable hémorragie des capitaux français.

    Mais les capitaux français ne sont pas les seuls qui risquent de s’évader. Il n’y a pas que les capitaux européens qui risquent de s’investir ailleurs que chez nous. Les capitaux étrangers, par exemple ceux des institutions internationales ou ceux des États-Unis, risquent aussi de se concentrer sur l’Allemagne, sur l’Italie ou sur le Benelux. On peut redouter, par exemple, que certaines grandes affaires américaines, désireuses de créer des filiales en Europe, les implantent de préférence en Allemagne où il est probablement plus avantageux aujourd’hui de monter une usine, non seulement pour les besoins allemands, mais aussi, désormais, pour les besoins de tous les pays du Marché commun.

    IMMIGRATION ET CHÔMAGE

    Si le mouvement des capitaux et des biens peut à première vue ne pas paraître toucher aux concepts de Nation et de Patrie, il n’en est pas de même pour les migrations de populations.

    Dans une certaine conjoncture, lorsque nous manquons de main-d’œuvre, c’est tant mieux pour nous si nous pouvons en trouver dans un pays voisin. Mais dans d’autres cas, lorsque nous sommes menacés par le chômage ou lorsqu’il s’en produit dans notre pays, l’afflux de chômeurs venus du dehors et susceptibles, souvent, d’accepter des salaires sensiblement inférieurs à ceux qui sont pratiqués dans notre pays est évidemment de nature à provoquer des contrecoups et des difficultés que nous avons intérêt à éviter.

    Certaines de nos industries, tout au moins, ne pourront pas s’adapter ou s’adapteront mal. Il en résultera du chômage dans divers secteurs de nos régions sous-développées, notamment celles du sud de la Loire qui ont beaucoup à craindre de la rivalité commerciale et industrielle qui va se déclencher à l’intérieur du marché unifié et dont les populations peuvent être poussées à émigrer, à moins de consentir sur place à un niveau de vie très bas pour ne pas s’expatrier.

    Je voudrais faire observer que le problème de la contagion des effets économiques n’est pas théorique et qu’il a donné lieu dans le passé à des expériences qui doivent nous faire réfléchir. Après l’unité italienne, l’Italie du Sud a souffert beaucoup du contact et de la concurrence de la région du Centre et du Nord. Contrairement à ce que nous croyons trop souvent, l’Italie du Sud avait atteint, avant l’unité italienne, un degré d’industrialisation et de développement comparable et probablement même supérieur à celui du reste du pays. L’unité lui a porté un coup qui s’est traduit par une large émigration à l’intérieur de l’Italie unifiée et aussi vers l’extérieur, un coup que même les gens du Nord reconnaissent et auquel ils essayent maintenant de remédier. La situation est comparable dans d’autres pays. Les États méridionaux des États-Unis se sont toujours plaints et se plaignent aujourd’hui encore d’avoir été défavorisés économiquement du fait de leur rattachement aux États du Nord.

    Le traité doit donc nous donner des garanties contre les risques qui se sont ainsi matérialisés en Allemagne, aux États-Unis, en Italie, ailleurs encore. Parmi ces garanties figurent le droit, que nous devons conserver, de limiter l’immigration en France, surtout lorsque la conjoncture économique le rendra nécessaire, et des sauvegardes contre le risque d’un chômage et d’un abaissement du niveau de vie importés du dehors.

    LE POUVOIR D’ACHAT

    L’élévation du niveau de vie n’est pas seulement fonction de l’ampleur du marché national, mais d’autres conditions aussi qu’on ne peut pas négliger.
    Il est bien vrai que les États-Unis, avec leur marché de 150 millions d’habitants, sont en tête du palmarès des pays si on les classe d’après le niveau des conditions d’existence qui y règnent. Mais derrière les États-Unis, en rangeant les pays d’après l’importance du revenu par tête, on trouve le Canada, avec un marché de 13 millions d’habitants seulement, la Suisse, avec 5 millions, la Suède, avec 7 millions d’habitants. La relation qui existe entre l’importance du marché et le revenu moyen, le niveau de vie, n’est donc pas si simple qu’on le dit parfois. D’autres facteurs aussi importants entrent en jeu, qu’il ne faut pas sacrifier dans l’entreprise d’élargissement du marché, sans quoi on risque de perdre d’un côté beaucoup plus qu’on ne gagnera de l’autre.

    On nous a dit hier qu’on ne peut pas demander à un traité de régler tous les détails, toutes les modalités jusqu’aux plus minimes. Mais, lorsqu’il s’agit du statut de l’agriculture, de l’harmonisation des lois sociales, du statut des territoires d’outre-mer, on est bien en droit d’affirmer que ce ne sont pas des détails, des modalités secondaires, mais des points véritablement les plus importants. La procédure suivie, qui consiste donc à renvoyer à plus tard la solution des problèmes qui n’ont pas pu être réglés dès maintenant est une mauvaise procédure. Pour un certain nombre de problèmes essentiels que je viens de mentionner, la France sera seule ou à peu près seule de son avis. Elle a donc intérêt à ce que ces problèmes soient tranchés avant la signature du traité, car, après, elle sera désarmée.

    Nous avons eu des lois-cadre. Nous demandons fermement au gouvernement de ne pas accepter un traité-cadre. Les affaires les plus importantes doivent être tranchées clairement par le traité lui-même ; de même que les garanties obtenues doivent y figurer. Auprès, il sera trop tard. On nous dit qu’il faut aller très vite, qu’il faut conclure dans les jours ou dans les semaines à venir. J’avoue que je me demande par moment pourquoi tant de hâte.

    DÉFICITS, MONNAIE ET INDÉPENDANCE NATIONALE

    Une clause de sauvegarde prévoit qu’en cas de crise grave de la balance des payements, le pays en difficulté peut prendre des mesures d’urgence. A vrai dire, il n’est en droit de le faire que s’il n’a pas reçu préalablement de recommandation de l’autorité supranationale. Supposons que ce n’ait pas été le cas et qu’il ait pris librement les mesures qui lui paraissaient appropriées. Ces mesures peuvent et doivent aussitôt disparaître sur la simple injonction de l’autorité internationale qui a le droit d’imposer d’autres mesures qu’elle estime devoir substituer aux premières.

    En quelque sorte, l’autorité internationale, dans le cas particulier, va avoir le droit de légiférer d’une manière autoritaire à laquelle nous ne pourrons pas échapper et de prendre des décisions qui primeront celles du gouvernement et même celles du Parlement. Ce sera une loi supérieure à la loi française qui s’imposera à nous.

    Eh bien ! mes chers collègues, le salut de la monnaie exige parfois une politique financière de courage et de rigueur. Des sacrifices peuvent être nécessaires et peut-être avons-nous quelquefois dans ces dernières années manqué du courage qu’il aurait fallu pour les faire aboutir. Mais il appartient néanmoins au Parlement de choisir ces sacrifices et de les répartir et je supporte mal l’idée que ces sacrifices peuvent être demain dosés pour nous, choisis pour nous, répartis pour nous par les pays qui nous sont associés et dont l’objectif premier n’est pas nécessairement le mieux-être en France pour la masse de nos concitoyens et le progrès de notre économie.

    L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale.

    Si la France est prête à opérer son redressement dans le cadre d’une coopération fraternelle avec les autres pays européens, elle n’admettra pas que les voies et moyens de son redressement lui soient imposés de l’extérieur, même sous le couvert de mécanismes automatiques.

    J'aime

  3. Hadrien dit :

    Pas de chance pour le « modérateur » du blog P. Jorion qui a frauduleusement échangé mon identité (Hadrien) pour attribuer ce long post sur les prémonitions de Mendès-France à « dissy » (sans doute comme « d’ici »), tout en lui enlevant mon préambule significatif devant l’aveuglement du billet de F. Leclerc sur les récents propos de Christine Lagarde (« Tenu publiquement, ce discours est nouveau. Il sonne comme la reconnaissance d’un échec… Mais il témoigne aussi d’une prise de conscience exprimée es qualité par la responsable du FMI. « La résistance s’intensifie », voilà ce qui en est à l’origine. »).

    Ledit préambule :
    – AAhaha ! On voit mal par quel miracle les peuples pourraient renverser les rapports de force au point de choisir leur scenario, quand le suffrage universel lui-même est contourné… Et il faudra que l’échéance soit bien proche pour que les choses bougent, tant le lobby financier est implanté jusque dans les esprits. A peine Hollande est-il élu qu’il nomme le lieutenant néolibéral de son ex-concurrent Strauss-Khan au ministère le plus décisif, et place l’ex-responsable de l’AMF sous Sarkozy à la tête du financement public par la BIP. Il faudrait une véritable révolution qui secoue au moins toute l’Europe du Sud, avec danger pour la vie des puissants (comme on l’a vu ailleurs), pour que les choses changent vraiment (on a bien vu ce que veut dire: « le changement c’est (pas) maintenant! ». Car les discours n’ont jamais empéché d’avancer ceux qui poursuivent la satisfaction d’intérêts puissants. Témoin, l’essentiel du –
    DISCOURS PRÉMONITOIRE DE P. MENDÈS-FRANCE tenu en 1957… (copié-collé ci-dessus!).

    Cette usurpation d’identité était d’autant plus inutile qu’un post précédent ( Hadrien, 22 octobre 2012 à 17:15) , dans la même lignée, détaillait ce qu’il fallait penser des intentions de Christine Lagarde, lorsque convenablement décodées:
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=42668#comments

    J’ai heureusement pris la précaution d’enregistrer auparavant le tout comme commentaires identiques chez :
    – La démystification de la finance (G. UGEUX)
    – Les crises (O. Berruyer)
    – PostJorion (AJ Holbecq)
    – Le Plan C (E. Chouard)
    J’y ajoute, de ce pas, le présent commentaire de manière à ce que chacun soit informé de l’appropriation et de l’usurpation…
    dont on s’empressera, sans aucun doute, de faire disparaître la trace !

    J'aime

  4. Hadrien dit :

    MENDÈS-FRANCE (suite)

    J’espère ne pas ennuyer (mais n’est-on pas, après tout sur « PostJorion »?), en signalant cette suite, aprés réponse de Jorion:
    « Justification: rendre paranoïaque ceux qui ne le sont pas déjà. »

    Hadrien
    27 octobre 2012 à 17:07

    @ Paul Jorion

    COMMENT LA RÉALITÉ ET LA VÉRITÉ SONT INVENTÉES… par substitution d’auteur,
    ou
    MISÈRE DE LA PENSÉE ÉCONOMIQUE… au point d’usurper ainsi le post d’autrui !

    Je résume (il faut suivre!) :
    Le post mettant en exergue les prémonitions de MENDÈS-FRANCE il y a 55 ans, sur-titrées en conséquence, est bien d’Hadrien qui n’a pas changé. Ce post était une critique humoristique du billet, par un préambule qui apparait maintenant à sa suite après protestation (Hadrien 26 octobre 2012 à 21:03).
    Pourquoi donc le « modérateur » a-t-il crû bon de se livrer à cette double manipulation ?
    Une réponse en forme de pirouette ( « rendre paranoïaque ceux qui ne le sont pas déjà » ) ne fait qu’accentuer le doute… sur l’humour belge: s’ils ne le sont pas, pourquoi donc les y amener ?

    J'aime

  5. brunoarf dit :

    Lundi 29 octobre 2012 :

    Henri Regnault écrit ces phrases très importantes :

    « Dans la période actuelle où faillites bancaires et défauts des Etats rodent dans les bilans des banques centrales, c’est la crédibilité de ces banques centrales qui est en cause : elles sont devenues les bad banks par excellence, et leurs bilans… les poubelles de la crise. Si des créances sont irrécouvrables et reconnues comme telles, le capital de la banque centrale peut devenir négatif : elle doit dès lors être recapitalisée par les Etats et donc par les contribuables. Si la banque centrale est le prêteur en dernier ressort, le contribuable est bien le payeur en dernier ressort ! »

    http://www.les-crises.fr/documents/2012/la-crise-henri-regnault-n-21.pdf

    Concernant la Banque Centrale Européenne, Henri Regnault aurait pu rappeler que c’est déjà arrivé. En décembre 2010, le capital de la BCE était de seulement 5,76 milliards d’euros. En décembre 2010, la BCE avait racheté 72 milliards d’euros d’obligations d’Etat pourries.

    Conséquence : pour se couvrir contre des pertes causées par ces créances irrécouvrables, la BCE a été obligée de demander à ses actionnaires de recapitaliser la BCE.

    Concrètement : la BCE a demandé aux 16 banques centrales nationales de recapitaliser la BCE. Autrement dit : en décembre 2010, les contribuables de la zone euro ont été obligés de payer 5 milliards d’euros pour recapitaliser la BCE.

    Conclusion : le capital de la BCE est aujourd’hui de 10,76 milliards d’euros … mais la BCE a dans ses livres 210 milliards d’euros d’obligations d’Etat pourries !

    Contribuables, préparez-vous à payer.

    Contribuables, préparez-vous à payer pour recapitaliser la BCE.

    J'aime

  6. Shadok dit :

    Remarquable Hadrien
    Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s