181 – Droit de Tirage Spécial

Extrait du site du FMI

_______________________

Le DTS est un actif de réserve international, créé en 1969 par le FMI pour compléter les réserves de change officielles de ses pays membres. Sa valeur est basée sur un panier de quatre grandes devises. Les DTS peuvent être échangés contre des devises librement utilisables. Avec l’entrée en vigueur d’une allocation générale de DTS le 28 août et d’une allocation spéciale le 9 septembre 2009, le montant de DTS a augmenté de 21,4 milliards à 204 milliards (soit l’équivalent de quelque 308 milliards de dollars EU), converti au taux au 31 août 2010.

Le rôle du DTS

Le droit de tirage spécial (DTS) a été créé par le FMI en 1969 pour soutenir le système de parités fixes de Bretton Woods. Tout pays adhérent au système devait disposer de réserves officielles — avoirs en or de l’État ou de la banque centrale et devises largement acceptées — qui pouvaient servir à racheter sa monnaie nationale sur les marchés des changes internationaux, au besoin, pour maintenir son taux de change. Mais l’offre internationale de deux grands avoirs de réserve, l’or et le dollar EU, s’est révélée insuffisante pour étayer l’expansion du commerce et l’évolution financière auxquelles on assistait alors. La communauté internationale a donc décidé de créer un nouvel avoir de réserve mondial sous les auspices du FMI.

Or, quelques années à peine après la création du DTS, le système de Bretton Woods s’est effondré et les grandes monnaies sont passées à un régime de taux de change flottant. D’autre part, l’expansion des marchés de capitaux internationaux permettait aux gouvernements solvables d’emprunter plus facilement. Cette double évolution a réduit le besoin de DTS.

Le DTS n’est pas une monnaie, et il ne constitue pas non plus une créance sur le FMI. Il représente en revanche une créance virtuelle sur les monnaies librement utilisables des pays membres du FMI. Les détenteurs de DTS peuvent se procurer ces monnaies en échange de DTS de deux façons : premièrement, sur la base d’accords d’échange librement consentis entre pays membres; deuxièmement, lorsque le FMI désigne les pays membres dont la position extérieure est forte pour acquérir des DTS de pays membres dont la position extérieure est faible. Outre son rôle d’avoir de réserve complémentaire, le DTS sert d’unité de compte du FMI et de plusieurs autres organisations internationales.

La valeur du DTS est déterminée par un panier de devises

La valeur du DTS a été fixée initialement à 0,888671 gramme d’or fin, ce qui correspondait alors à un dollar EU. Après l’effondrement du système de Bretton Woods, en 1973, la valeur du DTS a été déterminée par rapport à un panier de monnaies, qui comprend actuellement le dollar EU, l’euro, la livre sterling et le yen. La contre-valeur du DTS en dollars EU est affichée quotidiennement sur le site Internet du FMI. La valeur représente la somme de la part de chacune des quatre monnaies du panier dont se compose le DTS, exprimée en dollars EU et calculée sur la base du taux de change coté à midi chaque jour sur le marché de Londres.

La composition du panier est revue tous les cinq ans par le Conseil d’administration pour veiller à ce que la pondération des monnaies rende bien compte de leur importance relative dans les échanges et les systèmes financiers internationaux. Lors du dernier réexamen de la valeur du DTS, en novembre 2005, les pondérations des monnaies du panier ont été révisées sur la base de la valeur des exportations de biens et de services et du montant des réserves libellées respectivement dans chaque monnaie qui étaient détenues par les autres membres du FMI. Ces modifications ont pris effet le 1er janvier 2006. Le prochain réexamen aura lieu à la fin de 2010.

Taux d’intérêt du DTS

Le taux d’intérêt du DTS sert de base de calcul pour le taux d’intérêt dont le FMI assortit les financements ordinaires (non concessionnels) qu’il accorde à ses pays membres, les intérêts qu’il verse aux pays membres sur leurs avoirs en DTS et ceux qu’il perçoit sur leurs allocations de DTS, et la rémunération qu’il verse aux pays membres sur une fraction de leur quote-part au FMI. Le taux d’intérêt du DTS est fixé chaque semaine sur la base de la moyenne pondérée des taux d’intérêt représentatifs de certaines obligations à court terme émises sur le marché monétaire des pays dont la monnaie entre dans la composition du DTS.

Allocations de DTS aux pays membres

En vertu de ses Statuts, le FMI peut allouer des DTS aux pays membres en proportion de leurs quotes-parts respectives. Ces allocations fournissent à chaque pays membre des actifs (avoirs en DTS) et des passifs équivalents (allocation de DTS). Toutefois, si les avoirs en DTS détenus par un pays membre dépassent son allocation, cet excédent est porteur d’intérêts; à l’inverse, s’il détient un montant de DTS inférieur à son allocation, il verse des intérêts sur la différence.

Il existe deux sortes d’allocations

1 – Allocations générales de DTS.

Elles doivent correspondre à un besoin global à long terme de compléter les avoirs de réserve existants. Les décisions d’allouer des DTS sont intervenues à trois reprises. La première allocation générale, d’un montant total de 9,3 milliards de DTS, a été distribuée sur la période 1970–1972 en versements annuels. La deuxième, pour 12,1 milliards, a été distribuée sur la période 1979-1981 en versements annuels.

La troisième allocation générale a été approuvée le 7 août 2009 pour un montant de 161,2 milliards et est entrée en vigueur le 28 août 2009. L’allocation a eu pour effet d’accroître simultanément les avoirs en DTS des pays membres et leurs allocations cumulatives de DTS d’environ 74,13 % de leur quote-part.

2 – Allocations spéciales de DTS.

Une proposition visant à effectuer une allocation spéciale ponctuelle a reçu l’aval du Conseil des gouverneurs du FMI en septembre 1997, dans le cadre du projet de quatrième amendement des Statuts. L’objectif visé est de permettre à tous les pays membres du FMI de participer équitablement au système des DTS et de corriger les disparités envers les pays qui, ayant adhéré au FMI après 1981 – soit plus du cinquième des membres actuels du FMI -, n’avaient jamais reçu d’allocation de DTS.

Le quatrième amendement a pris effet pour tous les pays membres le 10 août 2009 lorsque le FMI a certifié qu’au moins trois cinquièmes des pays membres du FMI (112 membres), totalisant 85 % du total des voix attribuées l’avaient entériné. Le 5 août 2009 les États-Unis se sont associés à 133 autres membres pour accepter la proposition d’amendement. L’allocation spéciale a pris effet le 9 septembre 2009. Elle a augmenté les allocations cumulatives des pays membres de 21,5 milliards de DTS à partir d’un ratio de référence commun tel que le décrit l’amendement.

Achat et vente de DTS

Les membres doivent souvent acheter des DTS pour s’acquitter de leurs obligations envers le FMI ou peuvent décider de vendre des DTS pour moduler la composition de leurs réserves. Le FMI sert d’intermédiaire entre membres et détenteurs agréés pour veiller à ce que les DTS puissent être échangés contre des monnaies librement utilisables. Pendant plus d’une vingtaine d’années, le marché des DTS a fonctionné à partir d’accords d’échange volontaires. Aux termes de ces accords, plusieurs membres et un détenteur agréé se sont portés volontaires pour acheter ou vendre des DTS dans les limites prescrites dans leurs accords respectifs. Suite aux allocations de DTS de 2009, le nombre et la portée des accords volontaires ont augmenté pour veiller à maintenir la liquidité du marché volontaire des DTS.

Si la capacité des accords d’échange volontaires venait à être insuffisante, le FMI pourrait recourir au mécanisme de désignation. En vertu de ce dispositif, les membres dont la position extérieure est suffisamment forte sont désignés par le FMI pour acheter des DTS jusqu’à un certain montant en échange de monnaies librement utilisables auprès de membres dont la position extérieure est faible. Ce dispositif sert à garantir la liquidité et le caractère de réserve du DTS.

Cet article, publié dans FMI, Monétisation, Offshore, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

70 commentaires pour 181 – Droit de Tirage Spécial

  1. François JERU dit :

    En HugeOffshoreFeodality,
    le DTS est un virus délétère
    comme la nomenclature d’eurodevises aux procédés pourris (LIBOR, BBA) et
    le subalterne subsytem zone_€ (sans existence propre).

    Rien d’étonnant :
    le DTS se compose des mêmes fausses références pirates et scélérates. Il est plus prédateur et égorgeur que la Dette maniée par les topPatriciens offshore de la Rome Impériale après César à l’encontre des hordes de débiteurs de l’époque

    J'aime

  2. A-J Holbecq dit :

    Il me semble que vous n’avez toujours pas intégré que sans dette il n’y aurait pas d’argent… je veux dire « pas du tout de monnaie ».
    C’est malheureux car vos analyses seraient encore plus intéressantes.

    J'aime

    • François JERU dit :

      Personnellement vous ne me verrez jamais parler de MONNAIES
      au singulier.
      Je distingue toujours plusieurs catégories hétérogènes de flux monétaires
      Croyez moi,
      pour ce qui est de la catégorie des flux monétaires garantissant le PLEIN EMPLOI cela s’obtiendra SANS DETTE.
      Ce que j’exprime ici est imprimé dans aucun manuel d’économie; ne cherchez pas.
      Quant à la dette de la France auprès d’étrangers, exprimée en euros, je compte bien — en respectant les engagements contractés — la faire tomber de 1000 milliards d’€ à ZERO, parfaitement légalement
      Pas en deux ans.

      J'aime

    • François JERU dit :

      Voici une question
      J’invite toute lectrice ou tout internaute à y répondre :
      Question:
      Q1: Qu’est-ce que le Duc-de-Francfort promet en échange de son bout de papier sur lequel est imprimé 50 € ?

      Parmi les monnaies dont un peuple pourrait disposer il en est une,
      première,
      élémentaire,
      lambda [λ]
      qui doit circuler pour subvenir aux besoins
      premiers,
      élémentaires,
      lambdas [λ]
      des citoyens et de leurs enfants
      [ Se nourir à prix stables, connus et cohérents avec les rémunérations perçues – payer de façon stable les utilitaires, qq autres budgets élémentaires]
      Q2: La masse_monétaire_lambda requise par cette première catégorie de flux monétaires a t-elle besoin d’être grand oeuvre du Duc de Francfort (BCE) ?
      Q3: Comment diable pouvez-vous justifier qu’il faille une DETTE pour mettre à disposition cette première masse-monétaire_lambda, élémentaire, incontournable quoiqu’il arrive à l’humanité

      Ma mère (elle est décédée) disait :

      Il n’en meurt point de sec sur les buissons

      En France tout au moins
      Merci de répondre à ces trois questions

      J'aime

  3. BA dit :

    Mercredi 25 mai 2011 :

    Union Européenne : la commissaire grecque évoque le risque que son pays quitte l’euro.

    La commissaire européenne grecque Maria Damanaki a mis en garde mercredi contre un risque de sortie de son pays de la zone euro s’il n’arrivait pas à faire les efforts nécessaires pour réduire son énorme dette.

    “Le scénario d’un éloignement de la Grèce de l’euro est désormais sur la table”, a-t-elle indiqué dans un communiqué publié sur son site internet grec.

    “Je suis obligée de parler clairement”, a-t-elle poursuivi, évoquant un “dilemne : soit nous tombons d’accord avec nos bailleurs de fonds sur un programme de durs sacrifices apportant des résultats en prenant nos responsabilités pour notre passé, soit nous retournons à la drachme”.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/afp_00347014-ue-la-commissaire-grecque-evoque-le-risque-que-son-pays-quitte-l-euro-168337.php

    J'aime

  4. François JERU dit :

    En référence:


    http://www.europaforum.public.lu/fr/actualites/2010/12/jcj-tremonti-ft-e-bonds/index


    http://www.eur-usd.fr/trading/garantie-communautaire-sur-la-dette


    celluledecrise.owni.fr/2011/03/02/faillite-etats/


    blog.lefigaro.fr/economie/2010/11/plaidoyer-pour-une-agence-europeene-de-la-dette

    – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

    Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe //wkpd défend les intérêts de ses commanditaires dont les protecteurs de Clearstream. Peut-on parler de la richesse des Maîtres du Luxembourg comme si cet « Etat » était encore un royaume-duché du XVIIIe ou XIXe siècle ? Assurément pas. C’est l’une des places finacières les plus pourries de la zone euro avec Francfort, Zurich et, bien entendu Bruxelles (Euroclear_Ops).
    En 2010 ce M. Juncker avança l’idée d’une « garantie européenne » sur une partie de la dette des seize pays de la monnaie unique (submmonnaie insensée). Ce M. Juncker contribue à la mise en place d’une « garantie communautaire » sur une part importante des dettes publiques des pays voisins pour (?) . . pour « accroître la solidarité entre Etats« . En 2010 il déclara au Figaro.

    « Ce serait une façon adroite de rendre les pays fragiles plus attrayants aux yeux des investisseurs « 

    Il fut appuyé par la présidence belge de l’UE.
    http://www.lnr-dz.com/actualites/detail/87031

    AED : Agence Européenne de la Dette

    Ce matin 26 mai 2011, le mainstream Daniel Cohen était l’invité du jour de l’émission Les Matins (France Culture).
    Il s’exprime avec aisance; il présente bien … comme tout aimable séide du SMI_ni
    (Système Monétaire (dit) International qui est nullement inter-nations)

    Daniel Cohen et Alain-Gérard Slama sont largués ou bien mentent ou sont inconsciemment enfumés par le milieu parasité (et parasitaire) dans lequel ils baignent depuis des décennies.

    En a t-il seulement conscience ? Je ne sais pas; je suis tenté de le croire.

    D. Cohen, membre du CAE auprès du Premier Ministre

    http://www.franceculture.com/emission-l-invite-du-jour-l-invite-des-matins-2011-05-26

    Les topBanksters se sont volontairement engagés dans les plus infâmes crapuleries, ultra rentables dans les comptes consolidés tant en Tax&Law_Haven domestique (Dover Delaware State, Amsterdam, Bern, Brussels, etc.) qu’en Tax&Law_Haven Common-Wealth (Nassau, etc.) ou en Tax&Law_Haven hors OCDE.

    Les bureaux politiques européens sont lâches ou corrompus ou soumis ou aveuglés ou honorés-fiers d’être où ils sont (appelés par les medias)
    ou un mix à doser selon X ou Y.
    Sollicités par les non médiatisés Haute Finance (style John Lipsky ShadowBoss de DSK), les bureaux politiques ont transférés toutes ces « Pertes_Fabriquées_par_BankCEO-topHydre » sur les livres (aux endettements croissants) des états régaliens,
    en élevant simultanément (à la démence) leur dépendance aux topTooBigToFail.

    Cette manoeuvre de meta-endettement (dit) « Juncker » est scandaleuse et cancéreuse supercherie, mortelle.
    C’est le noeud coulant autour du cou comme en Grèce; ça suffit ! Bas les masques !
    Les acquoquinages aux émissaires saxons cosmopolites sont insupportable;
    prochainement le peuple français (99,99%) à la fois
    (1) clamera Dehors ! et
    (2) bâtira du neuf à côté.
    Ne souscrivons pas à cette perte définitive, programmée, d’autonomie.

    J'aime

  5. François JERU dit :

    Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe //wkpd défend les intérêts de ses commanditaires dont les protecteurs de Clearstream. Peut-on parler de la richesse des Maîtres du Luxembourg comme si cet « Etat » était encore un royaume-duché du XVIIIe ou XIXe siècle ? Assurément pas. C’est l’une des places finacières les plus pourries de la zone euro avec Francfort, Zurich et, bien entendu Bruxelles (Euroclear_Ops).
    En 2010 ce M. Juncker avança l’idée d’une « garantie européenne » sur une partie de la dette des seize pays de la monnaie unique (submmonnaie insensée). Ce M. Juncker contribue à la mise en place d’une « garantie communautaire » sur une part importante des dettes publiques des pays voisins pour (?) . . pour « accroître la solidarité entre Etats« . En 2010 il déclara au Figaro.

    « Ce serait une façon adroite de rendre les pays fragiles plus attrayants aux yeux des investisseurs « 

    Il fut appuyé par la présidence belge de l’UE.
    http://www.lnr-dz.com/actualites/detail/87031

    AED : Agence Européenne de la Dette

    Ce matin 26 mai 2011, le mainstream Daniel Cohen était l’invité du jour de l’émission Les Matins (France Culture).
    Il s’exprime avec aisance; il présente bien … comme tout aimable séide du SMI_ni
    (Système Monétaire (dit) International qui est nullement inter-nations)

    Daniel Cohen et Alain-Gérard Slama sont largués ou bien mentent ou sont inconsciemment enfumés par le milieu parasité (et parasitaire) dans lequel ils baignent depuis des décennies.

    En a t-il seulement conscience ? Je ne sais pas; je suis tenté de le croire.

    D. Cohen, membre du CAE auprès du Premier Ministre

    http://www.franceculture.com/emission-l-invite-du-jour-l-invite-des-matins-2011-05-26

    Les topBanksters se sont volontairement engagés dans les plus infâmes crapuleries, ultra rentables dans les comptes consolidés tant en Tax&Law_Haven domestique (Dover Delaware State, Amsterdam, Bern, Brussels, etc.) qu’en Tax&Law_Haven Common-Wealth (Nassau, etc.) ou en Tax&Law_Haven hors OCDE.

    Les bureaux politiques européens sont lâches ou corrompus ou soumis ou aveuglés ou honorés-fiers d’être où ils sont (appelés par les medias)
    ou un mix à doser selon X ou Y.
    Sollicités par les non médiatisés Haute Finance (style John Lipsky ShadowBoss de DSK), les bureaux politiques ont transférés toutes ces « Pertes_Fabriquées_par_BankCEO-topHydre » sur les livres (aux endettements croissants) des états régaliens,
    en élevant simultanément (à la démence) leur dépendance aux topTooBigToFail.

    Cette manoeuvre de meta-endettement (dit) « Juncker » est scandaleuse et cancéreuse supercherie, mortelle.
    C’est le noeud coulant autour du cou comme en Grèce; ça suffit ! Bas les masques !
    Les acquoquinages aux émissaires saxons cosmopolites sont insupportable;
    prochainement le peuple français (99,99%) à la fois
    (1) clamera Dehors ! et
    (2) bâtira du neuf à côté.
    Ne souscrivons pas à cette perte définitive, programmée, d’autonomie.

    J'aime

  6. François JERU dit :

    En référence :
    Supra 26 mai à 12:26
    – – – – – – – – – – – – –

    Q1: Qu’est-ce que le Duc-de-Francfort promet en échange de son bout de papier sur lequel est imprimé 50 € ?

    J'aime

    • A-J Holbecq dit :

      La BCE n’a rien à promettre … la monnaie ce n’est QUE de la confiance.
      Ceci dit les bouts de papiers ne représentent que moins de 7% du total de monnaie (ou 15% de M1), et sans doute moins de 3% si on considère ceux qui dorment sous les matelas

      J'aime

    • François JERU dit :

      « bout de papier »
      signifiait référence abstraite qui conditionne tous les autres papiers et enregistrements dans le prolongement : toutes transactions (chèques, virements, engagements) et tous soldes comptabilisés exprimés en €

      Vous avez néanmoins délivré une réponse, compacte.
      La BCE ne promet rien. En effet personne ne peut décrire la valeur prochaine de ces 50€ ni dans la zone euro, ni en contrepartie d’un dollar ou d’un DTS

      Ce type de monnaie sans étalon ne serait
      QUE de la confiance, autant dire
      QUE de la défiance (comme à l’égard de fednewyork par ex.)
      pour toute une série de motifs dont nous pourrions faire la liste.

      Tout le monde ne jure plus que par l’or, l’argent pur, des bouteilles de vin, une chaine de boulangeries

      J'aime

  7. BA dit :

    Jeudi 26 mai 2011 :

    Si jamais le Fonds monétaire international (FMI) décidait de ne pas verser la prochaine tranche à la Grèce dans le cadre d’un plan d’aide de 110 milliards d’euros pour le pays, alors il est attendu des pays européens qu’ils interviennent, a déclaré Jean-Claude Juncker.

    « Si les Européens apprennent que les fonds que doit débloquer le FMI le 29 juin ne peuvent l’être, alors le FMI attend des Européens qu’ils prennent le relais et assurent la part FMI du financement de la Grèce », a déclaré jeudi le président de l’Eurogroupe.

    « Mais ceci ne sera pas faisable en raison de la réticence de certains parlements – en Allemagne, en Finlande, aux Pays-Bas et ailleurs – à intervenir de la sorte », a-t-il poursuivi lors d’une conférence de presse.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/05/26/97002-20110526FILWWW00606-l-ue-doit-aider-la-grece-si.php

    J'aime

    • François JERU dit :

      (souriant)
      Au passage ces « Européens » pourront y ajouter les 600 milliards de Nicolas Hulot et « Fondation pour la Nature et l’Homme »🙂
      Non ?

      J'aime

      • A-J Holbecq dit :

        Sans ces « bouts de papier » (disons sous forme électronique), vous allez peut être nous proposer de distribuer des bouteilles de vin pour payer les gens qui vont travailler à produire ces 70 Md€ par an de richesses réelles utiles à toute la société ?
        D’ailleurs peut être vous même souhaiteriez-vous recevoir des bouteilles de vin en paiement de votre retraite (« retraite » … simple hypothèse)
        Vous me faites vraiment marrer aussi …

        J'aime

  8. François JERU dit :

    B A N C O R
    Relevé sur le blog [R]évolution http pat.philum.org/tag/Bancor

    pat.philum.org/tag/Bancor

    7 articles
    Les deux ou trois premières lignes sont reprises ci-après

    J'aime

  9. François JERU dit :

    b>|1|
    Thierry Meyssan voltairenet.org Finance 26/05/2011 12:37 FMI DSK Monnaie Dollar DTS Bancor Etats-Unis
    Obama, la guerre financière et l’élimination de Dsk
    Le Fmi de Dsk était prêt au remplacement du dollar comme monnaie de réserve internationale !

    On ne peut comprendre la chute de Dominique Strauss-Kahn sans la replacer dans le contexte du projet qu’il incarnait de création d’une nouvelle monnaie de réserve internationale prévue pour aujourd’hui 26 mai 2011. Un projet paradoxalement attendu par les États émergents tout autant que par la finance apatride, mais refusé par le complexe militaro industriel israélo-états-unien. Thierry Meyssan lève le voile sur le coup-fourré de l’administration Obama pour ne pas tenir ses engagements.

    Article_670
    Q1 : Quels sources FMI (ou autres) procurent à la fois le projet en question et des rapports d’évaluation qualifiés ?
    Q2 : Quelles preuves tangibles que les forces démocratiques des BRIC ( Brésil, Inde ) attendaient un tel hypothétique projet ?

    J'aime

  10. François JERU dit :

    |2|
    Une Assurancetourix agoravox.fr – Finance 26/05/2011 08:13 7 articles FMI DSK Monnaie Dollar DTS Bancor Etats-Unis
    Le Fmi de Dsk était prêt au remplacement du dollar comme monnaie de réserve internationale !

    Face à la déstabilisation monétaire internationale, il est urgent d’instaurer, en substitution du dollar, une nouvelle monnaie de réserve internationale et de référence des échanges internationaux, afin de préserver les économies réelles des nations des fluctuations de la monnaie, de l’économie et de la politique États-Unienne

    Article_668
    Q1 : Cette « substitution » n’est-elle pas une fausse ou feinte substitution, notamment vu les masses d’eurodollars et eurodevises subalternes incontrôlables en circulation, à la vitesse de la lummière, sur la planète ?
    Q2 : En quoi cette prétendue substitution serait-elle un facteur de « stabilisation » ? Au contraire n’est-elle pas un levier additionnel complexe moyen de tripatouillage élevant davantage les opportunités de déstabilisation à la demande, ciblée un peu comme les « frappes chirurgicales » pouvant conduire, avec les moisn à des centaines de milliers de morts ?

    J'aime

    • catherine dit :

      Pour vous renvoyer un feed-back timide et bien peu au fait de la question, veuillez m’en excuser, il me semble en effet que cette substitution est une entourloupette de plus, un enfumage de première classe comme d’hab.

      En quoi en effet le fait de remplacer monnaie truc par monnaie bidule aurait une hypothétique vertu bienfaisante si la structure chromosomique pathogène n’est pas nettoyée( j’allais dire karsherisée!)???

      ça sert en tout cas il me semble à complexifier encore davantage cette question qui est au coeur du coeur de ce qui nous occupe .

      Le quidam de base se détournera encore plus volontiers de ces dites questions de « phynance » qui ne devraient pourtant relever d’aucune spécialité et être l’affaire de tous. L’affaire de tous car ce sont d’elles que dépendent nos conditions d’existence.

      C’est comme dans mon boulot tout compte fait, il faudrait faire un travail de femme de ménage, cad enlever tout ce qui est inadéquat dans tous les éléments de la construction et se faire aider par un travail de jardinier qui viendrit aérer la terre sur laquelle on pourrait espèrer faire germer quelque chose de plus sain que ce cancer qui ruine l’humain et son environnement.

      Enlever tout ce qui obstrue c’est donc un vrai boulot,aller au simple, épurer, nettoyer, rien de plus complexe.

      Décidément, rien de plus simple que de rendre compliqué, rien de plus compliqué que de rendre simple.

      Au boulot!

      J'aime

    • catherine dit :

      Bref, plus ça se complique, plus ça échappe à la conscience et plus ces viles forces en action s’autonomisent et gagnent en puissance!

      J'aime

    • François JERU dit :

      à Catherine
      (en réponse à son message de 11:40)
      – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
      Voici déjà 16 points, numérotés, pour planter le décor
      Je vous invite à prendre une feuille de papier et, en lisant,
      noter l’éventuelle petite inquiétude ou question qui pourrait vous venir à l’esprit
      ou observation sur la forme (vous avez dû relire deux fois)

      Bonne lecture

      Peut-être est-ce un peu long
      A ce stade, il m’est encore difficile de faire beaucoup plus court
      j’en suis désolé :

      -1- Bidule (lambda et autres unités) n’est pas Truc ( €$, Euroclear)

      -2- Truc est ultra-compliqué, féodal, ancestral, rendu inextricable sur plus d’un siècle, corrompu, etc (des dossiers entiers pour décrire tout cela n’y suffisent pas), toujours rendu plus compliqué et plus incontrôle

      -3- Le G20 ne contrôle pas le SMI_ni , le pool d’eurodevises qui se swappent dans un véritable imbroglio indénoubale (j’allais écrire autre chose) sauf pour 1

      -4- Le G20 est une brassée de pantins à laquelle il est impossible d’accorder la moindre confiance; ce n’est pas du tout de leur faute; ils sont dans le Système un peu comme des gardiens ou malfrats dans une prison, ici c’est celle du Trio_Vassal (BRI+FMI+BCE)

      -5- Le G20 sera tenu à l’écart du contrôle des unités de compte Bidule

      -6- Le mot Reita10 désigne le pack des structures régaliennes en charge des engagements (Sources et Emplois de Fonds) en euros. En France : AFT, BdFr, Minefi, CDC, AMF, etc

      -7- Reita10 poursuivra ses responsabilités pour ce qu’il a l’habitude de faire, la gestion des comptes de l’Etat en euros

      -8- La Société Civile structurée de bonne manière ( présentation à plus tard) débattra de la façon de « Poser des limites » aux tentacules toxiques de l’euro. Ensuite, un pool ad hoc hors Paris ajustera le projet de loi ad hoc à présenter à l’Assemblée Nationale

      -9- Pour ce qui me concerne on ne changera(it) rien à la présente Constitution Française. Pourquoi ? Les citoyen(ne)s ou « les masses » ont généralement horreur du changement même si celui-ci apparait bénéfique pour 99,99% pour toutes les générations y compris les jeunes et autres (plus de 7 millions en difficulté) ; je crois (peut-être à tort) qu’il y a toujours une sorte de doute réflexe même si le maximum de réflexions et mesures sont anticipées pour que ce soit le plus sain possible et agréable pour tout le monde. Les parlementaires du SMI_ni, système fasciste, nous mettent dans un stress perpétuel. Pas étonnant que les citoyen(ne)s aient peur, se méfient et souvent ne croient plus à rien
      ni même qu’il soit humainement possible de redresser quoi que ce soit. Etc. On peut continuer. Il est vrai qu’une parole encourageante n’est pas même écoutée plus de quelques secondes; l’interlocuteur détourne la tête; inutile d’insister. Ma soeur me dit que je ferais mieux de peindre des tableaux; elle trouve que c’est en cela que je suis le meilleur; c’est dire !
      J’écris en direct; je me suis laissé aller

      Revenons à la continuité du point 8
      -10 – Reita10 poursuivra ses activités habituelles en euros, en partie rognées. Il ne sera pas fait appel à Reita10 pour gérer les comptoirs des réseaux NOOP opérant avec d’autres unités compte

      -11- Les réseaux NOOP sont simples et spécialisés, simples

      -12- Les réseaux NOOP sont presque directement contrôlé par l’Anneau représentatif des intérêts_99,99% selon le principe de tirage au sort préconisé par Etienne Chouard,
      à ceci près que les tirés_au_sort pour contrôler
      (a) sont des cabinets d’expertise comptable indépendants triplement français à plus de 55% que ce soit pour les salariés, les apporteurs en capital et les créanciers. Le Quatuor Big Four est exclu que cela plaise ou non aux satrapes de l’UE grands seides de l’actuel SMI_ni, prédateur à la folie et carcéral
      (b) sont tirés au sort en dehors de l’espace de proximité (j’expliquerai plus tard) de l’établissement à contrôler. C’est un écart complet par rapport au concept de subsidiarité qui est partout défendu commeune bonne chose alors qu’il est féodal et INDEFENDABLE.

      -13- Pour des raisons trop longues à expliquer ici, l’une des unités de compte du Monde_Neuf est ultra-stable, saine, à pouvoir d’achat optimalmeent protégé et insubmersible. Aucune forme de spéculation n’est possible contre elle. Selon un concept que je ne compte pas exposer avant plusieurs mois sa thésaurisation sur quelques semestres (années) fait l’objet d’une loi particulière. Il y a conversion entre autre chose avant de passer en eurodevise (€$, €£, €Y, €€, €, $, £, Y) pourrie où la notion de « monnaie_domestique » n’est actuellement plus même reconnue par la BRI
      [ ‘a’ folie pure ou
      ‘b’ scélératerie indéfendable et impardonnable –
      Réponse: ‘b’ ]
      Idem en chemin inverse. Pas de conversion directe entre une monnaie SMI_ni (BRI+FMI+BCE) et cet étalon non parasitable par les « top grands argentiers » du SMI_ni fasciste.

      -14- [ Ref. votre ligne 6 ] la structure chromosomique pathogène de l’existant, je ne sais pas la nettoyer. Il m’apparait impossible d’arriver avec un manuel et de vouloir y changer les règles, les mentalités, l’ambiance, les cooptations depuis plusieurs générations, les procédés rôdés, les croyances absolues gravées dans le cerveau, les argumentaires automatiques (réflexes), les moqueries ou la non-écoute a priori, etc. Je peux développer si vous voulez. Pour moi c’est impossible. D’autres peuvent essayer. Mon expérience fait que je n’y crois pas. Ne serait-ce que recenser les pratiques de façon appropriée, etc. Et tout ce qui est important, ultra protégé, non écrit, secret (cf. Clearstream à double comptabilité si ce n’est pas triple. Lisez Révélations. Ce n’est qu’un exemple. J’en ai d’autres; beaucoup d’autres. Non, bref, non. Le « nettoyage » dont vous parlez est impraticable. En outre l’action à mener ne serait pas de nettoyer et rabibocher. Même en mobilisant 300.000 femmes et 300.000 hommes je ne vois pas comment je pourrais y arriver. Je n’y ai même jamais songé tellement (…)

      -15- [Votre ligne 8]

      ça sert en tout cas il me semble à complexifier encore davantage (je fais l’hypothèse que présentez cela sous forme de question)

      Adray versus Ubak
      Le Versant simple et éclairé (l’adret) versus le Versant (comme au Nord) toujours dans l’ombre et incertain (l’ubac)

      Adray : propre, simple, composé d’unités simples et spécialisées … à taille humaine (et vivables !)

      Ubak vous connaissez, c’est l’existant : avec sièges sociaux acier-verre sur 30 étages, mandat universel à transférer des capitaux incontrôlables à la vitessse de la lumière, doubles-fonds inconnus par 99,999999% c.a.d. sauf 1 et un second dans un sachet sous enveloppe et dans un coffre à numéro en cas de décès. Bon j’abrège : la partie émergée de l’iceberg vus l’avez dans la presse depuis 2008.

      CENN Les connecteurs EuroMéditerranée Noop-Noop entre
      Adray_99.99% de Sociétés_Civiles au drapeau national différent.
      Exemple :
      Noop en Tunisie et autre Noop à Benghazi (à côté et bien séparé de HSBC)
      ou autre Noop à Athènes, Madrid, Lisbonne ou Porto, Dublin, Aix-en-Provence, Bièvres

      NTSU Noeud de Transit entre Systèmes d’Unités_Comptables et Systèmes_monétaires [ NTSU ]. Un peu comme le NTI (Noeud de TRansit International) en téléinformatique transfrontières ou comme les moyen-âgeux contrôles à l’entrée des cités ou passages de fleuves.
      le Sas étanche entre
      d’une part, le SMI_ni (SMI non_internations) aux flux incontrôlables par quelque organisation_99.99% que ce soit et
      d’autre part, l’arête dorsale des réseaux NOOP à taille humaine

      -16- [Ref. votre § 4, celui du quidam ]
      Sur les 99,99% il est à parier que 99,97% ne s’intéresseront qu’à la simplicité de ce qu’ils utiliseront les réseaux NOOP et à la garantie des contrôles externes précités en -12- (E. Chouard) par exemple sur la saine gestion des crédits documentaires (CREDOC) en Commerce (Véritablement) Equitable courcircuitant les actuels circuits offshore, préleveurs systématiques de marges détournées. Vous souvenez vous de mes articles sur les « transfer prices » par exemple mon exemple sur le marché des bananes où le montage juridico-financier offshote fonctionnait avec 6 ou 7 paradis fiscaux. C’est sur ce blog. Je ne sais plus le n° du billet.
      Il est à parier que seuls 0,02% de la Sté Civile investigueront avec soin l’architecture NTSU assurant le pontage avec l’actuel monde financier toxique (petrodollars, etc.)
      Ce pontage est néccessaire. Il faut pouvoir acheter du pétrole comme aujourd’hui sur les marchés extérieurs et l’amener jusqu’à la pompe de la petite station où le salarié lambda comme tout autre automobiliste paiera le litre en monnaie lambda (λ) pas en € (euro-international sans étalon et sans repère, sans frein et sans limite, à pouvoir d’achat inconnu à distance même de 2 ou 3 ans).

      Bon, 16 points
      C’est beaucoup 16 points
      Ce serait plus clair en plaçant certaines définitions ou précisions au début ou à la fin
      J’ai répondu en direct dans le formulaire; moyennement pratique
      et je commence à avoir faim; ce fut plus long que prévu au départ
      A suivre

      J'aime

      • catherine dit :

        J’essaie de répondre aux deux premiers points seulement car je n’ai beaucoup de temps, des obligations !

        1) un euro n’est pas un dollar certes, au même titre qu’un franc n’est pas un euro non plus, j’ai sans doute dit une ânerie! n’empêche ce qui est vrai sur un niveau de réalité peut être faux sur un autre niveau de réalité qui n’a pas les mêmes lois ni même les mêmes concepts.

        Ainsi, sur le plan factuel, linéaire, sans doute ai-je tort, mais sur un plan supérieur, le plan organisationnel, peut-être n’ai-je pas si faux??( je ne cherche pas à avoir raison, je cherche juste à comprendre) pas si faux dans le sens où ils servent tous deux un même plan, un même objectif, une même architecture,un même génome!

        Pour le point 3, pouvez-vous me donner la définition précise du verbe « swapper », merci et excusez mon ignorance!

        à deux mains!

        J'aime

      • catherine dit :

        J’essaie de poursuivre le fil de vos points:

        3)le G20 ne contôle pas dites-vous, moi, je dois dire que je vois cet appendice G20 comme la courroie de trans-miss-ion d’une volonté qui est placée plus haut.

        La volonté supérieure ce serait en quelque sorte l’axe structurel de la machine folle!

        le G20 serviteur du maître qui est dans l’ombre, dans l’ombre le maître ab-solu, mais qui décide du sens à donner à la roue, est-ce juste selon vous?

        J'aime

        • François JERU dit :

          Votre §1 : oui

          Votre §3 : oui

          Votre §2 : La Machine polyHydre n’est qu’une infrastructure, c.a.d. sans capture de sensations humaines et sans sentiment en réaction (admiration, stress, colère, tendresse, méchanceté et douceur, etc.)
          Quant au conducteur de la Machine, il n’est pas tout seul et ses actuels alliés dont les grands-parents n’étaient pas antérieurement aussi proches partagent la même ligne générale, même s’il peut y avoir qq écarts déplorables, un peu comme dans ue famille, parfois. Le conducteur de la Machine décide par exemple (…)
          Est-ce de la folie ?
          Pour nous (99.99%) oui c’est frappa dingue
          Mais pour le conducteur, non, nullement. C’est ce qu’on lui appris; il ne sait rien faire d’autre, même avec tous les conseillers très très grassement payés, honorés, à paiements échelonnés pour les années utérieures (omerta). Ils pensent tous pareil et la plupart ont été choisis pour leur soumission (outre leur milieu d’origine). Leur goût de la découverte est très réduit. Leur imagination créative est nulle.
          Ils ignorent ce M. Georg Simmel comme moi d’ailleurs.

          Je viens de lire avec beaucoup d’intérêt la contribution de Bernard83 le 16 mai à 09:37 (il y a 15 jours)
          C’est exactement cela le problème.
          Par contre je n’ai pas lu le long billet avec M1, M2, etc.
          Pour moi c’est presque sans intérêt. Même pour suivre la monnaie qui n’en est pas une, l’euro.
          L’€ est perverti par des trillions de petrodollars ou fonds de la drogue, trafics d’armement, commissions et retrocoms sur des décennies, fonds en attente de ruées et placements temporaires, etc. Inutile de détailler ici.
          Je dois aller acheter cet outil de jardin à deux lames plates pour couper les branchettes pas trop épaisses mais en grand nombre; j’en profiterai pour passer à la FNAC et jeter un coup d’oeil à ce poche Flammarion au cas où il serait en rayon.

          A l’évidence,
          pour répondre aux attentes de 99.99%
          la solution n’est pas dans le système régalien du XIXe perverti en ULTRA_FEODAL indémêlable et non modifiable par la House_of_Morgan au XXe avec ses alliés les plus récents depuis 1957.

          la solution est dans aucun livre d’économie existant
          encore moins s’il a été honoré par Prix dit (à tort) Prix Nobel d’Economie, alors que c’est un prix de la Banque de Suède c.a.d. du vassal Warburg.

          J'aime

    • François JERU dit :

      Deux définitions pour commencer
      – TINA : There Is No Alternative
      – TIOA : There is One Alternative avec NOOP et d’autres ingénieries (dont Kanal, Loch) et plusieurs grans programmes entrelacés.

      Par chance vous n’avez pas demandé comment
      le mix « Nouvelles unités de compte, concepts+procédés inédits et jeu de lois ad hoc
      garantissait le Plein Emploi ( 8 ùillions d’emplois en plus)
      à côté du tandem_TINA réputé inexpugable et « Fin de l’Histoire »
      composé du |_| « Secteur Public Régalien » (ses mammouths : + 50% du PIB : les Budgets Reita dans lesquels sont pratiqués des coupes sombres) et du|_| « Secteur Marchand » (transnationales et PME).
      C’est bien ainsi. Ne me le demandez pas; cela viendra tout seul en son temps

      J'aime

  11. François JERU dit :

    |3|
    imf.org – Finance 21/05/2011 12:56 FMI DSK Dollar DTS Bancor Dominique Strauss-Kahn
    Une architecture financière plus solide pour le monde de demain
    Le Fmi de Dsk était prêt au remplacement du dollar comme monnaie de réserve internationale !

    Le système monétaire international (SMI) est un vaste sujet qui englobe toute une série de questions – les monnaies de réserve, les taux de change, les mouvements de capitaux et le filet de sécurité financière mondial, pour n’en citer que quelques-uns. C’est l’un des thèmes centraux du programme de travail du G-20 pour 2011 (les 3 & 4 novembre 2011 en France à Cannes), et l’objet d’un débat animé, ainsi que le montre par exemple le récent rapport riche d’enseignements du groupe présidé par Michel Camdessus, connu sous le nom d’Initiative du Palais-Royal.

    Article_645
    Q1 : Où est l’architecture ?
    Q2 : Où sont les portillons quant à la non circulation entièrement libre des capitaux ?
    Q3 : Où sont les murs d’endigument ou de confinement des virus et parasites ? Où sont es filets de sécurité et les contrôleurs démocratiquement tirés au sort de bonne manière, parmi les cabinets d’expertise comptable indépendants et non parmi les Big_Four ultra corrompus ?
    Q4 : Est-on sûr que l’on ne trouvera pas un jour M. Camdessus devant un tribunal populaire ?

    J'aime

  12. François JERU dit :

    |4|
    Ben Rooney money.cnn.com – Finance 21/05/2011 11:37 FMI Dollar DTS Bancor
    Le 10 février 2011, le Fmi appelait au remplacement du dollar comme monnaie de réserve internationale
    Le Fmi de Dsk était prêt au remplacement du dollar comme monnaie de réserve internationale !
    Le Fonds Monétaire International a publié jeudi 10 février 2011 un rapport sur un éventuel remplacement du dollar comme monnaie de réserve internationale.

    Le FMI a déclaré que les droits de tirage spéciaux, ou DTS, pourrait aider à stabiliser le système financier international.
    Article_644
    Q1 : Que dit ce rapport ?
    Q2 : En quoi le DTS stabiliserait-il quoi que ce soit du SMI_ni, hégémonique et, disons-le, comparable aux banquiers centraux de 1939-44 (réunis à Chateau d’Oex Berne et Bâle) c.a.d. fascistes.

    J'aime

  13. François JERU dit :

    |5|
    pierresartondujonchay.over-blog.com – Finance 05/05/2011 19:53 Monnaie FMI DTS Bancor (Pierre Sarton du Jonchay)

    Réconcilier l’homme et la monnaie
    Le Fmi de Dsk était prêt au remplacement du dollar comme monnaie de réserve internationale !

    QUELLE MONNAIE INTERNATIONALE VOULONS-NOUS ?

    I – Monnaie flottante
    1. La monnaie introuvable

    Pourquoi le monde ne se dote-t-il pas d’un vrai ordre monétaire international ?

    Faisons une hypothèse. La valeur économique n’est pas une simple quantité de quelque chose mesurée en unité monétaire. C’est aussi du crédit, c’est à dire quelque chose de proprement humain qui vient du cœur de la personne.

    Article_614
    – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
    à : Assurrancetourix, BA, Catherine, J-A. Holbeck, Postjorion, autres
    Q1 : Phrase 1 : Quel argumentaire justifie d’écrire monnaie au singulier ?
    Q2 : Est-il bienfondé de vouloir une (ou plusieurs) monnaie(s) porteuse du statut « Monnaie_inter_nations » avant même de savoir qui en serait les gestionnaires ?
    Q3 : A supposer que la réponse soit positive, c.a.d. qu’il y aurait plus d’avantages que d’inconvénients, ne faudrait-il une monnaie différente pour, d’une part, garantir le Plein Emploi et d’autre part et d’autres unités de compte pour maîtriser d’autres catégories de flux monétaires ou stocks ou réserves ou patrimoines immobilisés ou actifs circulants ?
    Q4 : Quel est l’étalon Assurancetourix (Pierre Sarton du Jonchay ?) ?&nbszp;    
    une martingale de cie d’assurance co-pilotée par HSBC+JP_MORGAN ?
    Q5: Où trouve t-on une définition de « Désordre Monétaire Non_Internations » et d’Ordre Monétaire Internations ?

    J'aime

  14. François JERU dit :

    |6|
    Pierre Sarton du Jonchay pierresartondujonchay.over-blog.com – Finance 05/05/2011 18:05 Monnaie FMI DTS Bancor
    Abolition des privilèges financiers
    Le Fmi de Dsk était prêt au remplacement du dollar comme monnaie de réserve internationale !

    Politique de liberté financière

    Imputer les pertes abyssales du système financier sur ses créanciers, c’est allumer la lumière dans la chambre noire où la ploutocratie nous a enfermés. Au premier dollar ou premier euro de dette restructurée, c’est la réalité vraie qui est restaurée derrière son masque financier.
    En l’occurrence, la vraie valeur est politique, sociale et économique et n’a pas grand chose à voir avec les modèles de prix abstraits imposés par des marchés financiers captés par des intérêts particuliers sans nationalité et exonérés de toute responsabilité de bien commun.
    Article_613
    Q1 : Le droit de veto au FMI étant détenu par une organisation privée, la FED, gouvernée par fednewyork, peut-on écrire que son capital est une « réserve inter-nations » ou « internationale » ? [ Pour moi, c’est NON ]
    Q2 : Peut-on abolir les privilèges financiers sans abolir le FMI ?
    Q3 : Les pertes abyssales du système (privé) financier n’ont-elles pas, tout au contraire, été « épargnées » aux créanciers malhonnêtes
    et intégralement sur les orgas Reita10 des Etats [ Reita10 désigne les structures « grands argentiers » des Etats] ?
    En France, Reita10 c’est InvertTrésor (« Trésor » de Dettes), AFT, BqDeFrance, CDC, Minefi, Budget et d’autres orgas
    Q3 : Reita10 étant l’un des ‘n’ subalternes subsystems du SMI_ni
    [ Système Monétaire (dit) International_Non_Interations]
    n’est-on pleinement fondé à écrire, vu le report des pertes abyssales à la charge des contribuables, que
    Reita10 défend à 100% les seuls intérêts SMI_ni, avant tout oligarchiques, offshore et privés ?
    Q4 : Vu la réponse donnée à Q3 n’est-on pas pleinement fondé à écrire que Reita10 est de facto de nature essentiellement privée beaucoup plus que « Bien Commun » (99,99%) ?
    Q5 : La réponse à Q4 n’est-elle pas la preuve que la situation actuelle de 2011 est comparable à 1941 en pire [ plus aucun référentiel à quoi que ce soit; même la stupide référence à un métal, l’or, a disparu – Déluge d’eurodevises incontrôlable par le G20 – Shadow_Banking – etc etc ] ?

    J'aime

  15. François JERU dit :

    |7|
    Pierre Sarton du Jonchay pauljorion.com – Finance 30/04/2011 09:57 Monnaie FMI DTS Bancor
    Réformer le système monétaire international : création du bancor
    Le Fmi de Dsk était prêt au remplacement du dollar comme monnaie de réserve internationale !

    Il y a 2 ans

    Le 23 mars 2009, dans un texte intitulé : « Réformer le système monétaire international », Zhou Xiaochuan, le Gouverneur de la banque centrale de Chine (People’s Bank of China), établissait un bilan précis et étayé de la crise mondiale dans sa dimension monétaire. Il expliquait que l’actuel système international, fondé sur l’utilisation d’une monnaie nationale, le dollar américain, est inédit dans l’histoire monétaire mondiale

    Article_580
    Le mot « fascisme » n’est pas à réserver à l’unique contexte d’origine de l’empire romain et ses manoeuvreurs de faisceaux.
    Julie Clarini rappellait hier, opportunément, une phrase de George Orwell

    les fascistes ne reviendront pas le crâne rasé et la croix gammée en étendard : ils reviendront le parapluie bien roulé sous le bras et avec le chapeau melon.

    Rappelée dans la Revue Vacarme avec le commentaire

    Croire que ne sont anti-démocratiques (anti-égalitaires, anti-humanistes, porteurs d’un projet politique autoritaire destructeur des libertés individuelles et politiques) que ceux qui ne réussissent pas à se mettre totalement dans les formes et dans les règles de la démocratie est pour le moins court en analyse.


    http://www.franceculture.com/emission-les-idees-claires-une-novlangue-inquietante-2011-05-26

    Maintenant les questions :
    Q1 : « Etait prêt au remplacement » … Et alors ?
    Le changement proposé n’est-il pas pire pour 99.99% ?
    N’est-il pas, au contraire,
    • abstraction accrue ?
    • complexification ?
    • élévation du hors sol incontrôlable ?
    • renforcement de l’Hydre parasitaire hégémonique ?
    • pire que tout ce que George Orwell aurait pu (vainement) essayer d’anticiper ?

    Q2 : En quelles activités (sociales, financières, offshore, HSBC, économiques) peut-on dire que le 0,0001% de topChinois (cosmopolites et continentaux) est un modèle d’anti-fascisme, c.a.d. un modèle de réel humanisme et de guide pour une vraie demo-cratie comme les jeunes en rêvent à Tunis et Madrid ?

    J'aime

  16. François JERU dit :

    Préconisation
    Mieux vaudrait, peut-être,
    commenter dans la continuité ci-après
    en citant, en référence,
    Article 1, Article 2, etc. jusqu’à Article 7

    Ainsi, la liste des 7 articles resterait groupée
    ce qui est sans doute plus commode pour s’y référer,
    (plus commode que si des commentaires éventuellement nombreux s’accumulent entre eux)

    J'aime

  17. postjorion dit :

    François Jéru: 8 commentaires d’affilé, là vous exagérez un peu en saturant les échanges. Merci de vous modérer vous même.

    J'aime

    • François JERU dit :

      Le billet est « flat » sans aucune question, sans enjeu, sans préconisation, sans proposition de décision
      Ma contribution est proactive; elle pose le problème et propose un Ordre-du-Jour en 7 items
      Vérifions :
      – Est-ce pleinement en phase avec l’objet du billet (DTS, FMI) et l’actualité ?
      Oui
      – N’est-ce pas simplement 7 items d’Ordre-du-Jour (élémentaire)
      sur l’objet en question ?
      Oui

      J'aime

      • postjorion dit :

        Je ne pense pas que nous soyons assez « puissants » pour faire des propositions ou des critiques au FMI et au G20.

        Merci cependant de nous informer.. et chacun(e) est évidemment libre de répondre à vos commentaires.

        J'aime

  18. BA dit :

    Jeudi 26 mai 2011 :

    L’exposition de l’Eurosystème à la Grèce serait de 135 milliards d’euros.

    « Il faut savoir que l’Eurosystème (les banques centrales de la zone euro) serait exposé à la dette grecque à hauteur de 135 milliards d’euros, selon nos calculs », explique Andrew Bosomworth, gérant chez PIMCO Europe.

    « C’est pourquoi la Banque Centrale Européenne est contre un défaut de la Grèce. La Banque nationale grecque serait à genou, ainsi que les établissements de crédit du pays. Quant aux banques européennes exposées à la Grèce, certaines pourraient absorber ces pertes grâce à leurs bénéfices, mais d’autres auraient besoin d’être recapitalisées. »

    Un défaut de paiement de la Grèce est-il inévitable ?

    Andrew Bosomworth : « En théorie, la Grèce pourrait y échapper grâce à des privatisations massives, mais la population ne laissera sans doute pas l’Etat céder environ 200 milliards d’euros d’actifs. Il est aussi peu probable d’envisager une annulation de la dette comme pour l’Allemagne après la guerre. Et si l’on choisit un simple reprofilage de la dette, on ne résout pas la question du stock, on ne fait que gagner du temps. »

    http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/0201396529526-l-exposition-de-l-eurosysteme-a-la-grece-serait-de135-milliards-d-euros-168564.php

    J'aime

  19. BA dit :

    L’Eurosystème est une institution européenne, qui regroupe la Banque centrale européenne (BCE) et les banques centrales nationales (BCN) des États membres de l’Union européenne ayant adopté l’euro.

    L’Eurosystème serait exposé à la dette grecque à hauteur de 135 milliards d’euros, selon Andrew Bosomworth, gérant chez PIMCO Europe.

    Problème : en capital et réserves, l’Eurosystème n’a que 81,187 milliards d’euros.

    http://www.ecb.int/press/pr/wfs/2011/html/fs110524.fr.html

    Version optimiste :
    Si la Grèce fait défaut, c’est tout l’Eurosystème qui s’effondre. La Grèce ne fera pas défaut.

    Version pessimiste :
    Quand la Grèce fera défaut, tout l’Eurosystème s’effondrera.

    J'aime

  20. BA dit :

    Dimanche 29 mai 2011 :

    L’Irlande pourrait demander un nouveau prêt à l’UE et au FMI.

    L’Irlande pourrait devoir demander un nouveau prêt à l’Union européenne et au Fonds monétaire international si elle n’arrive pas à retourner sur le marché obligataire pour lever des fonds l’an prochain, a déclaré le ministre des Transports Leo Varadkar.

    Dans des commentaires publiés par le Sunday Times, Leo Varadkar s’interroge publiquement sur la capacité de l’Irlande à lever des fonds sur le marché obligataire en raison des rendements prohibitifs exigés par les investisseurs.

    « Il est très improbable que nous puissions revenir l’an prochain. Cela pourrait prendre un peu plus de temps. 2013 pourrait être possible, mais qui sait ? », déclare le ministre.

    « Cela voudrait dire un deuxième programme (de prêts de la part de l’UE et du FMI) », ajoute-t-il. « Soit une extension du programme existant ou un second programme. Je pense que c’est ce que pensent la plupart des gens ».

    Le programme de 85 milliards d’euros d’aide à l’Irlande prend fin en 2013.

    Le vice-Premier ministre Eamon Gilmore a pour sa part estimé que les craintes d’un effet domino lié aux problèmes de la Grèce étaient exagérées. La possibilité d’un défaut de la Grèce a fait flamber les rendements obligataires de l’Irlande, du Portugal et de l’Espagne, trois pays de la zone euro considérés comme fragiles.

    « On n’est pas dans le cas où, si la Grèce fait défaut, alors il y a des conséquences immédiates pour l’Irlande », a déclaré Eamon Gilmore. « Si la Grèce fait défaut, il y aura des conséquences pour l’ensemble de la zone euro et, naturellement, nous en faisons partie. »

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20110529.REU1003/l-irlande-pourrait-demander-un-nouveau-pret-a-l-ue-et-au-fmi.html

    J'aime

  21. BA dit :

    Bisounours, Pet Shop, Hello Kitty, Charlotte aux Fraises, Mon Petit Poney, Jean-Marc Vittori.

    Lundi 30 mai 2011 :

    La piste d’un doux défaut grec.

    Disons-le franchement : la salade grecque tourne au vinaigre. La semaine dernière, les débats sur la meilleure façon d’en finir avec la crise des finances publiques helléniques ont dépassé tout ce qui était imaginable en termes de cacophonie.

    Comme dans un couple qui se déchire, on en est même venu aux menaces. Le FMI pourrait ne pas verser à Athènes les 3 milliards d’euros prévus en juin. La BCE pourrait ne plus accepter les obligations publiques grecques en garantie. Et pour faire bonne mesure, des dirigeants grecs menacent de quitter la zone euro.

    Dans un tel enchevêtrement, il faut revenir aux fondamentaux. L’Etat grec a trop emprunté auprès de créanciers qui lui ont donc trop prêté. Pour éviter tout défaut, les pays de l’Union européenne ont mis en place avec le FMI un plan de sauvetage de 110 milliards d’euros, il y a un an, accompagné d’un plan d’austérité drastique. Aujourd’hui, il est clair que cette stratégie a échoué.

    En récession, le pays n’aura pas de sitôt les moyens de rembourser et d’emprunter à nouveau dans des conditions normales. Il ne parvient pas à augmenter assez ses recettes fiscales, parmi les plus faibles de l’Union Européenne, et c’est normal – il faudra une décennie pour transformer la passoire des impôts grecs en un outil efficace de collecte.

    Dès lors, il n’y a que deux solutions.

    Soit les pays de l’Union continuent de monter des plans de sauvetage à coups de dizaines de milliards d’euros, dont il deviendra évident qu’il s’agit de fonds perdus – un choix de plus en plus difficile à défendre devant l’opinion.

    Soit la dette grecque est rééchelonnée d’une manière ou d’une autre. C’est la plus mauvaise des solutions, mais elle est sans doute inévitable dans une Europe non fédérale. La question prioritaire est d’agir en faisant le moins de casse possible.

    Pour éviter le pire, les banques européennes peuvent décider volontairement de renouveler leurs prêts à la Grèce quand les anciens viennent à échéance – comme « l’initiative de Vienne » prise en 2009 pour venir en aide aux pays de l’Est de l’Europe. La BCE pourrait aussi prendre sa part du fardeau, même si elle hurle à cette idée.

    Reste à éviter l’implosion des banques grecques surchargées de dizaines de milliards d’euros de dette publique, ce qui demandera beaucoup d’imagination. Mais si on y arrive, la Grèce aura inventé le défaut en douceur. Une invention promise à un aussi grand succès d’exportation qu’une autre de ses inventions, la démocratie.

    Jean-Marc Vittori.

    http://www.lesechos.fr/opinions/edito/0201403151838-la-piste-d-un-doux-defaut-grec-170048.php

    J'aime

  22. François JERU dit :

    Encore un message dans cette série au n°181 avant d’aller au n°180 Burda

    En reférence [DTS+FMI] :
    ce jour 30 mai à 14:35

    La situation en Grèce, en Irlande, en Espagne au Portugal ne vous est pas totalement étrangère
    N’est-elle pas identique en France ? Si vous répondez « pas encore tout à fait comme la Grèce ou l’Espagne » pour combien de temps encore ?

    Peut-être avez vous une idée
    des pressions supranationales sur les budgets étatiques,
    du stress sur la montée des taux par ceux qui en ont les leviers,
    des suretés réelles à abandonner la mort dans l’âme (ou avec une retrocommission),
    des biens et secteurs à privatiser d’urgence (exemple Port du Pirée)

    Imaginez que le NOOP ait été expérimenté, fonctionne, soit entré en vigueur
    Les événements pourraient faire sauter les vassaux des TooBigToFail (les « vassaux universels » tels que BNP, SG, CA, etc.) le réseau NOOP, lui continuerait à fonctionner. Il n’a pas besoin de la BRI ni des concepts féodaux et malhonnêtes de la BRI, établissement créé en 1930 en pleine crise de 29, les signataires ayant le couteau sous la gorge.
    De surcroit le système Plein Emploi continuerait de fonctionner.
    Attendons l’effondrement de type grec et les serpettes sous la gorge de nos grands argentiers (Woerth, DSK, Lagarde, O. Pastré, etc.)
    Alors ce qui est écrit ci-dessus deviendra réalité
    Soyons patient.

    J'aime

  23. François JERU dit :

    Réponse à Catherine 17:49
    J’avais écrit

    -1- Bidule (lambda et autres unités) n’est pas Truc ( €$, Euroclear)

    Bidule se compose uniquement des unités de compte neuves de l’Adray
    Truc se compose uniquement des monnaies du Trio_Vassal (BRI+FMI+BCE) dont les constituants DTS sont poussés vers le haut ou le bas par les top Grand Maîtres du LIBOR (prétendument concurrentiel) et aussi accapareurs, tels des pirates, de gigantesques Vultur_Funds (Fonds Vautours) en petrodollars ou eurodevises. L’écriture avec les caractères du clavier est impropre faute de signes officiels pour les désigner; à défaut (ce qui est impropre) je frappe €$, €£, €Y comme on l’entend sur un plateau de Foregn Exchange. Dans ces trois cas il n’y a pas un pou-ième d’euro en jeu mais ça s’appelle pourtant comme ça, de façon incompréhensible pour le non initié. Il y a 10-15 ans et plus on disait eurodollar pour un dollar extérieur au territoire financier réputé être sur le radar de US_Treasury, c.a.d. ailleurs notamment en Europe (d’où le nom) ou en Asie, au Moyen-Orient.
    Maintenant la confusion est telle que la BRI ne sépare plus ce qui est domestique et ce qui (avant) ne l’était. Autrement dit c’est la « circuiterie cancérigène universelle » sans limite
    sans limite aucune, in(d..), inqualifiable.
    Peut-être comprenez-vous mieux pourquoi il faut des limites à ce fluide toxique, mortel pour le grand nombre, déjà 7 millions en France à ce stade de la maladie.
    Swap est un terme de salle de marchés qui est propre à ce système ULTA_FEODAL. Déjà le mot « salle des marchés » est ultra trompeur car se cotoient à l’échelle mondiale deux empereurs (eurodevises, ctrl central banks, clearings, etc.) intouchables, qq rois de 2-ieme catégorie, des roitelets et ducs pouvant chavirer à la moindre vague décidées par le sommet sur leurs « Max Lending Limits«  de la part de l’Ogre Chef de la Piraterie générale.
    Face à une telle hiérarchie démentielle on ne devrait pas parler d’une salle de marchés. Et pourtant les uns crient « I Take » et les autres « I give » … Je prends, Je donne
    Justement pour exécuter des swaps, des échanges
    – pour être plus court ou plus long en échéances
    – pour être dans une autre monnaie
    etc. nombreuses transactions inter-monnaies certaines complexes


    fr.wikipedia.org/wiki/Swap_%28finance%29


    en.wikipedia.org/wiki/Swap_%28finance%29

    # Constant maturity swap
    # Credit default swap (CDS)
    # Cross currency swap
    # Equity swap
    # Foreign exchange swap
    # Fuel price risk management
    # Interest rate swap
    # Total return swap
    # Variance swap

    – – – – – – – – – –
    Vous écrivez

    un euro n’est pas un dollar certes, au même titre qu’un franc n’est pas un euro non plus

    Le franc quand il existait était dans ce même merdier ci-dessus de cotations féodales
    Supra _régaliennes. Il était balloté par tous les ordres d’engagement imprévisibles.
    Pensez à Soros qui attaqua la livre avec ses commanditaires Fonds Vautours. La Banque d’Angleterre perdit la bataille n’ayant pas pu réunir suffisamment de dizaines de milliards de £ suffisamment vite (je n’ai plus montant en tête; il manquait qq milliards de £ à la BoE).
    Je vous parle d’un mix d’unités de compte inédites, dont l’une d’elles (lambda) n’est pas en frontal et n’est pas coté sur le marché des monnaies BRI. Elle n’est même pas cotable. C’est un étalon qu’aucun groupe d’engagements financiers extérieurs (même un déluge) ne peut modifier. C’est ainsi; c’est son essence. Il n’est pas sujet à dévaluation ou ré-évaluation. Il est le résulat de la force de 99.99% par rapport à une poignée de profiteurs invraisemblables, pas même salopards : ils ont hérité du système. On ne peut même pas leur jeter la pierre.
    N’hésitez pas à ré-interroger
    C’est mon plaisir de vous éclairer.
    Je l’ai pris sur mon temps arrache-d’orties
    (je reçois samedi; vous êtes bienvenue 12:00)
    Pas de retour au franc français pour ce qui me concerne.
    pas de Banque de France sous tutelle BRI dans l’organisation_Adray
    L’architecture de l’ossature n’a absolument rien de commun, rien
    Nous sommes au XXIe siècle pas au XVIIIe ou XIXe ou en 1930
    La monnaie lambda ne réclame pas de réserves ni en or ni en DTS.
    C’est différent pour les autres unités de compte inédites (Adray) qui sont en conversion avec l’euro (Ubak)
    Ai-je répondu sur 1 à 3 ?

    J'aime

  24. BA dit :

    Jeudi 26 mai et vendredi 27 mai, le « bank run » a continué en Grèce. Les épargnants grecs ont retiré 1,5 milliards d’euros en deux jours.

    http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/2011/05/panic-capital-flight-in-greece.html

    J'aime

  25. BA dit :

    Les épargnants grecs ont retiré et placé 280 milliards d’euros dans des banques suisses. 280 milliards d’euros, ça fait 344 milliards de francs suisses.

    Affolés, les Grecs ont caché 344 milliards en Suisse, soit 280 milliards d’euros.

    http://www.lematin.ch/actu/economie/affoles-grecs-cache-344-milliards-suisse-411703

    J'aime

  26. BA dit :

    Mercredi 1er juin 2011 :

    Le FMI ne verserait sans doute pas sa part d’aide à la Grèce.

    BERLIN (Reuters) – Il semble certain que le Fonds monétaire international (FMI) ne versera pas sa part d’une nouvelle tranche d’aide financière qui doit être allouée à la Grèce fin juin mais il devrait participer à un nouveau programme d’assistance, écrit mercredi le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

    « Il est pour l’heure considéré comme certain que le FMI ne versera pas sa part de la nouvelle tranche du programme d’aide en cours fin juin », rapporte le quotidien financier, sans citer de source.

    Le Fonds, explique-t-il, ne peut débourser le montant prévu que si le financement du programme de consolidation budgétaire est assuré pour une période de 12 mois, et la « troika », qui réunit FMI, Union européenne et Banque centrale européenne, est apparemment parvenue à la conclusion que ce n’est pas le cas.

    L’euro a perdu un demi-cent environ contre le dollar, en réaction à cet article et s’échangeait autour de 1,4425 dollar vers 8h50.

    J'aime

  27. BA dit :

    Irlande : la décote sera de 80 à 90 % ! ! !

    Mardi 31 mai 2011 :

    Les banques irlandaises Bank of Ireland, Irish Life & Permanent (IL&P) et Education Building Society (EBS) ont annoncé mardi qu’elles allaient mettre à contribution certains créanciers privés pour se recapitaliser, imitant ainsi leur rivale Allied Irish Banks.

    Dans des communiqués séparés, ces établissements ont indiqué qu’ils allaient rembourser avant l’échéance prévue certaines dettes dites « subordonnées » ou « junior », mais avec d’énormes décotes, économisant ainsi d’importantes sommes par rapport à ce qu’elles auraient dû verser à leurs créanciers.

    Les investisseurs détenant des dettes dites « seniors » bénéficient, à des degrés variables, d’une protection supérieure à ceux possédant des dettes « juniors », dites aussi « subordonnées », plus rémunératrices mais plus risquées.

    Bank of Ireland prévoit de racheter jusqu’à 2,6 milliards d’euros de dettes avec une décote de 80 à 90 % par rapport à leur valeur nominale, IL&P va racheter 840 millions de dettes avec une décote de 80 %, et EBS reprendra 260 millions de dettes avec une décote, là encore, de 80 à 90 %.

    http://www.news-banques.com/irlande-boi-ilp-et-ebs-mettent-a-contribution-leurs-creanciers-junior/012177804/

    J'aime

  28. BA dit :

    Mercredi 1er juin 2011 :

    Dette de la Grèce : Moody’s voit un risque réel de non-remboursement.

    L’agence de notation financière Moody’s a annoncé mercredi avoir abaissé la note qu’elle attribue à la dette publique de la Grèce à un niveau (Caa1) reflétant un risque réel de non-remboursement.

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=f8440d263f73f9670fd661a947316a69

    J'aime

  29. Boss dit :

    Bon alors moi je nage total ici…

    J’ai pourtant pas mal lu. Sur l’administration Obama, sur le Bilberderg, j’ai bien aimé la ‘prophétie’ d’Orwell, j’ai même poussé le vice à vouloir comprendre la logique (ou les mensonges c’est selon) de Jorion…C’est vous dire que j’essaye.
    Et la vraiment les bras m’en tombent : la plupart des contributeurs sur ce blog me parlent ‘Chinese’. Remarquez il va peut-être falloir s’y faire au made in China.
    Sauf peut-être Catherine mais je n’ai pas l’intellect pour la suivre dans ses raisonnements philosophiques sur l’humanité…en tout cas j’ai mal au crane au bout du deuxième paragraphe ce qui revient au même sans doute.
    Depuis plusieurs mois on peut lire sur des sites non-autorisés (j’entends des sites autres que la pravda habituelle), nous prédire une catastrophe économique sans équivalent a ce jour(ou alors 1929 suivi de la Grande Depression en pire) qui jetterait des millions d’âmes du monde occidental et d’ailleurs dans la misère absolue, puis dans la 3eme guerre mondiale – le but ? le pognon, le pognon et accessoirement…le pognon, d’une certaine classe de privilégiés.
    Donc n’étant pas aussi ‘érudit’ que certains, je m’inquiete, c’est légitime… »Et si on ne nous disait pas tout? », évidement non, mille fois non.

    On peut lire aussi ici ou la, mais c’est a se demander si on n’est pas dans de la pure science-fiction, que la crise des subprimes et ce qu’on va se prendre en pleine poire comme réplique sont des événement sinon programmés a l’avance par quelques initiés ultra-riches, ultra-puissants qui veulent par tous les moyens l’avènement d’un gouvernement mondial forcément d’essence totalitaire, au moins fortement orientés.

    Bref on nage en plein cauchemar orwellien depuis quelques temps et l’actualité (Grece, Espagne…) ne fait rien pour nous rassurer. On apprend même qu’Aldous Huxley aurait peut-être écrit ‘Brave new World’ pour y décrire un programme politique mondialiste sous couvert d’un roman…de mieux en mieux…belle réjouissance pour nos enfants…qu’on regrette du même coup d’avoir mis au monde.

    Internet c’est ‘achement dangereux quand meme, si je n’avais pas la tête sur les épaules je me serais déjà tiré une balle dans la dite tête.

    Bon alors, quelques questions pratiques pour les initiés.
    – J’ai un crédit immobilier a taux variable sans plafond…dois-je m’inquiéter car les taux vont forcément être catapultés vers le haut en cas de crise ?
    – J’ai quelques sous a la banque, dois-je les retirer car il y a de grande chance que les banques sous leur forme actuelle disparaissent sans laisser d’adresse?
    – J’ai pensé acheter du concret avec ces quelques sous, de l’Or par exemple et faire un gros trou dans mon jardin pour pouvoir le stocker au cas ou. Est-ce complètement débile ?
    – Devons nous nous préparer a devoir remplir des valises entières de billets pour acheter un kilo de patates comme en Allemagne dans l’entre deux guerres ?

    J'aime

    • A-J Holbecq dit :

      Bonjour
      Les réponses n’engagent que moi.
      1 – probable que les taux montent (+ 2 à 3% ?) … à votre place j’essayerai de passer en taux fixes
      2 – Il vaut mieux ouvrir un second compte dans une autre banque au delà de 100000 €😉. Jusque là, pas trop d’inquiétude (garantie des dépôts).
      3 – l’or n’est pas « liquide » et il est taxé: quelques napoléons, pourquoi pas, mais il vaut mieux avoir (en cas de crash) des compétences « utiles ».
      4 – rien n’indique que nous soyons en route vers une hyperinflation.. les causes de l’inflation ne peuvent être réduites à la quantité de monnaie.

      J'aime

      • Boss dit :

        Merci,

        1 – les taux fixes sont une hérésie francaise. Je vis dans un pays anglo-saxons qui ne connait pas de telles inepties🙂
        2 – Bon a savoir quand je serai devenu riche🙂
        3 – c’est bien ennuyeux, jamais bien la couleur moi
        4 – avez vous entendu parler du plafond de la dette de 15.000 Milliards de dollars que le Congres américain doit re-négocier le 2 aout ? A supposer que le plafond est augmenté en aout, pendant combien de temps pensez vous que l’on puisse faire marcher artificiellement la planche a billets a la Fed ? Ron Paul aurait un avis tranché sur la question. Si le dollar se casse la figure, et l’administration Obama aura tout fait pour ce qui me rend tres suspicieux surtout quand on évoque son entourage du premier cercle (Rodhésiens), alors qu’adviendra t’il de nous, pauvres mortels ?

        J'aime

        • A-J Holbecq dit :

          (4)
          Je ne suis pas Madame Soleil.
          Mais je pense qu’il risque d’y avoir une chute de la parité du dollar (mais par rapport à quelle(s) monnaie(s) ?) mais je reste dubitatif concernant les risques d’hyper inflation (il y aura surement une inflation importée.
          Il ne faut jamais oublier qu’un pays peut décréter qu’il renégocie sa dette .. qui va aller attaquer les USA pour leur faire cracher .. quoi d’ailleurs, des dollars ?

          J'aime

    • catherine dit :

      Oh Cher Boss, comme je suis triste de vous occasionner des maux de tête, mais bon, je ne peux pas ne pas faire écho à ce que vous envoyez car j’aime trop ça, ce que vous écrivez.

      Ce que j’aime, c’est que vous écrivez comme vous parlez, on dirait que vous vous laissez écrire, vous laissez juste aller votre doigt sur le clavier et du coup ça respire ce que vous dites, j’ai l’impression d’être à côté de vous, il y a une proximité qui s’installe et puis aussi bien sûr, c’est de parler de votre vécu qui est intéressant parce que ma foi, le vécu c’est vraiment le principal dans l’affaire.

      Pour ce qui est de vos lectures, qui ont été aussi les miennes, je dois dire que j’en suis largement revenue de beaucoup d’entre elles.

      Certes, quand j’ai découvert sity. net, j’ai été rudement secouée, ça me faisait l’effet d’un électro-choc, je l’avais découvert ce site en cherchant des infos sur la cybernétique que j’avais découverte, cette dernière, en lisant Henri Laborit.

      J’en ai perdu le sommeil pendant plusieurs nuits mais une fois la tasse bue, je me suis mise à réfléchir( quoique ça ne me réussit guère de réfléchir, je préfère laisser voguer mon intuition d’habitude) mais bref, je me suis dit que quand même, y’avait moult choses qui se retrouvaient dans cette analyse qui faisait certes, frissonner mon petit « habitacle » mais que, peut-être qu’il fallait que j’accepte de voir ce sombre horizon pour espèrer mettre un peu de sens dans le non-sens environnant qui m’affligeait furieusement, phase identificatoire comme diraient certains, nécessaire à tout début de conscience, je le crois fort.

      Accepter de voir la merdouille ambiante, même si ça nous dérange. Forcément, on préferait se dire que ça va pas si mal, ça va s’arranger, etc, toutes les conneries qui font que ça se construit la merdouille à coup d’acceptations passives, mais que ça se construit quand même, ça, c’est vraiment la phase préliminaire à tout éveil de conscience quelqu’il soit.

      Voir les faiblesses, s’en prendre plein la gamelle, s’ouvrir à cet oeil qui nous renvoie des choses qu’on a pas forcément envie de voir, c’est le b à ba, vraiment, j’en suis convaincue!

      Si on se refuse à voir ça, la merdouille, alors qu’on rêve de ciel bleu et de soleil, c’est même pas la peine de rêver à autre chose, on est mort à peine né, car alors, même les choses les plus criantes, celles qui devraient nous sauter aux yeux, on ne les verra pas. C’est plein pot ce qu’on vit aujourd’hui, les gens gobent l’anormalité de ce qu’ils vivent car cette anormalité a été rendue normale.

      La conscience passe par une descente ( c’est accepter de voir tous les couacs qui sont de guingois et qui font mal) mais, paradoxe, cette descente est en réalité une montée, une montée en conscience, car elle va nous permettre « possiblement » de mettre du lien, du sens quoi, dans ce qu’on voit, ce qu’on vit, ce qu’on sent, ce qu’on touche etc, sans ça, tous les verrous sensoriels sont bloqués, on est une vraie prison sur pied, une bastille à nous tout seul, incapable de percevoir quoique ce soit du monde, parce qu’on occulte alors, en refusant de voir ce qui est de guingois, la moitié du monde, alors forcément déjà que le monde c’est complexe, si en plus on empiète le complexe du monde de sa moitié pas ragoûtante, ça devient encore plus complexe, hypercomplexe même, car on a amputé la réalité de sa moitié et c’est encore plus compliqué du coup, on pourra invoquer DAME compréhension, elle ne descendra JAMAIS du seul fait qu’on l’invoque. Bon, ça, c’était pour le pré-requis!( pas mal à la tête, hein, j’espère!)

      Je continue tantôt comme disent mes voisins belges et aussi pour que vous vous oxygéniez un peu ailleurs histoire que ça pétille bien dans votre tête et que ça vous fasse pas mal!!

      J'aime

      • Boss dit :

        Merci Catherine d’avoir fait l’effort de me ménager un peu.
        Je me souviens d’une époque pas si lointaine ou rien de tout cela ne m’interpellait. Puis, je ne sais pas, le sentiment grandissant d’injustice, de mépris du peuple, de sentiment diffus qu’on nous manipule, d’incohérence médiatiques et la montée d’internet, d’une vision autre que celle diffusée par les grands médias…je ne sais quoi mais quelque chose s’est mit en branle dans ma petite tête.
        Tout petit je me suis passionné pour l’histoire. Je connaissais par cœur les dates des batailles de toute la première guerre mondiale, les collines gagnées les collines perdues, le chemin des dames…je ne sais pas, peut-être que ca me donnait des frissons de penser a la bravoure de ces hommes, a la bêtise des généraux et a l’absurdité de la guerre. C’est idiot mais quand j’entends la Marseillaise j’ai des frissons dans le dos et parfois même les larmes refoulées me montent aux yeux…Bref, la France me colle littéralement à la peau, je n’y suis pas né pourtant, je n’y vis plus mais si je devais exprimer mieux ma pensée je ferais référence a Marc Bloch qui écrivit ces mots si justes en 1940: « La France, la patrie dont je ne saurais déraciner mon cœur. J’y suis né, j’ai bu aux sources de sa culture. J’ai fait mien son passé, je ne respire bien que sous son ciel, et je me suis efforcé, à mon tour, de la défendre de mon mieux ». C’est sans doute pour cela que je ne peux imaginer la France autrement que grande et libre. Que je ne peux supporter ceux de ses propres enfants qui la haïssent tant qu’ils voudraient la voir disparaitre…je ne les comprends pas.
        Alors j’ai commencé à creuser…parfois dans les moments de déprime je regrette de l’avoir fait. Parfois dans des phases d’enthousiasme je me dis que je n’aurais pas accepté de mourir idiot. Ma femme se demande s’il ne serait pas préférable de ne pas savoir puisque ce que l’on croit savoir est terrifiant et surtout, il semble qu’on ne puisse rien y faire…L’absence d’espoir, le sentiment chevillé au corps que ‘tout se déroule comme prévu’ mais pas comme on aimerait qu’il se déroule pour le bien de l’humanité…sans doute est-ce cela qui me bouffe l’oxygène et qui finira bien par m’attaquer les neurones ou les intestins à terme. Autour de moi on s’inquiète de ce ‘radicalisme’. Je ne peux point les en blâmer, il m’inquiète tout d’abord moi.
        Au moins elle me raccroche à la réalité du quotidien, le paiement des factures, l’éducation des enfants, l’organisation des vacances…il faut bien que quelqu’un garde évidement les pieds sur terre ! Elle, elle dort bien la nuit…moi c’est moins sur. Moi je me demande comment il me faudra préparer mes enfants à affronter le monde sordide de demain, elle elle fait en sorte de s’assurer qu’ils auront bien reçu leurs vaccins la semaine prochaine. J’évolue dans la stratosphère et elle assure que le ménage continue de tourner. On se complète, mais je dois avouer que j’y gagne plus qu’elle…je pars dans mes délires pessimistes et elle écoute, parfois même patiemment, sans jamais sombrer dans le dramatique…je la soupçonne de trouver cela bien épuisant mais elle encaisse. Alors, parce qu’il faut bien continuer à vivre et surtout pour éviter que sa patience arrive a terme, j’ai instauré des ‘positive days’. Ces jours la, c’est sacré, on ne parle que de belles et bonnes choses. Je me retiens parfois d’aborder des sujets brulants ‘off the press’, de ceux qui me donnent les signes que j’ai raison qu’il me faut partager tout de suite avec elle, avec la terre entière pour les avertir du danger…mais je me retiens, c’est ‘positive day’ que diable, n’allons donc pas gâcher la journée sur des hypothèses dignes du café du commerce, elle ne mérite pas cela…ca pourra bien attendre demain. Et puis après, que faire de toutes les façons a part tenter exorciser par l’échange histoire de relâcher la pression?

        Alors effectivement, savoir ou ne pas savoir, telle est la question de fond. Etre seul a savoir c’est a mon avis pire que de ne pas savoir. Mais partager avec autrui ce que l’on croit savoir, qui ne peut être qu’une intime conviction faute de preuves irréfutables, c’est d’un égoïsme intolérable. Et s’ils ne veulent après tout ne pas savoir ? Si pour Vivre tout simplement il leur faut occulter une certaine réalité trop moche, trop sordide pour être supportable, de quel droit devrais-je alors les forcer à recouvrer la vue, surtout si le myope au final…c’est moi ?

        Tient c’est drôle, maintenant c’est moi qui ai l’impression de vous avoir donné mal au crane…

        J'aime

        • catherine dit :

          Merci, merci, grand, grand, grand merci à vous Boss!

          J’ai le sentiment que de vous laisser parler PAR ce qui est en vous, ça dit de tout ce que peuvent vivre un tel ou un tel, pourtant étrangères à vous-même ces personnes c’est vrai, mais pourtant pas si étrangères que ça au final.

          Par cet axe, votre axe, vous les faites se retrouver EN et PAR vous, un cadeau, quoi!

          Vous permettez aux multiples personnes qui lisent de ci, de là, sur ce blog, vous leur permettez de se retrouver possiblement dans votre singularité, à travers votre histoire.

          L’histoire de vos ressentis, de vos inquiétudes, de vos errements, de vos mises en oeuvre d’actions bienfaisantes etc et ça c’est formidable, ça sert, ça sert à rendre le monde plus lisible et ça fabrique du lien entre les individus, ça les fait se sentir moins seuls, ça fait circuler la vie quoi, sa respiration, son souffle, et ça, c’est bougrement vitalisant et nécessaire, oh combien!

          Vous faites du lien, vous mettez du sens, bref vous laissez la vie traverser nos espaces respectifs en nous faisant généreusement traverser votre espace personnel, celui de votre vécu qui parle bien mieux que les discours estampillés NF.

          Le vécu ne ment pas, le vécu parle, les discours bredouillent.

          D’être traversé par ce souffle qui interroge, qui cherche et du coup sent toutes ses limites, ses petites limites, quoi faire n’est-ce pas? les petites limites de son « moi », de ses frontières, ce n’est tout compte fait pas si mal, c’est même beaucoup.

          Car si nous n’étions limités par rien, arrêtés par rien, si nous étions pleins et justes tout de go, parfaits quoi, nous serions bons pour le cimetière, car le parfait c’est ce qui nous attend quand nous serons morts. Et aujourdhui, ma foi, même s’il y a des signes patents de mortalité rampante, nous avons encore un peu d’énergie bigre, et de cette énergie nous avons à répondre, vous, moi, les autres, nous sommes responsables de cette belle des belles qui coule en nous, la Vie.

          Il faut en effet des obstacles, des résistances, des couacs, des chutes, des bornes quoi, pour que la compréhension se pose possiblement en nous.

          Et la compréhension passe par la conscience, et la conscience, c’est quoi, c’est quand on dit: c’est ceci ou c’est cela, c’est ce qui nous fait employer l’auxiliaire être.

          Bon, bien sûr, y’a des graduations dans la conscience, mais son balbutiement, son acte de naissance à la naissance de la conscience, c’est quand on dit c’EST.

          Ensuite, ensuite y’a des choses à faire, mais le premier émoi de la conscience, le premier mouvement, la première rencontre, le premier rendez-vous, c’est le: » c’EST », je crois.

          Sil n’y avait pas de butées, si nous ne nous prenions jamais les pieds dans le tapis, nous ne verrions rien, notre esprit se détruirait, se perdrait tout simplement.

          Comment pourrions-nous en effet distinguer CE qui nous manque, Ce dont nous avons soif si rien ne nous manquait, si nous n’avions plus soif????

          Je continue tout à l’heure car ça me démange trop de ricocher aux pierres que vous lancez, mais là, je manque de temps!

          J'aime

  30. catherine dit :

    A l’aide Post-J,

    J’ai envoyé un message mais il n’est pas parti, j’avais oublié de rentrer des infos sur moi. Pouvez-vous le repêcher svp car de mon côté, il est perdu ?

    Merci

    J'aime

    • catherine dit :

      Bon, il semblerait qu’il soit pas repêchable le dit message, alors sur le métier, remettre son ouvrage, n’est-ce-pas!

      Alors, j’y consens et je remets sur le métier même si je suis fatiguée ce soir, car il me semble, de mon petit point de vue, que les questions que vous soulevez Boss, sont bigrement importantes, pour ne pas dire essentielles.

      Je termine d’abord sur cette question des blogs comme sity. net et je m’explique sur le « j’en reviens » de tout ça.

      En fait, pour être tout à fait en phase avec moi-même, il faudrait que je dise, j’en reviens et j’en reviens pas tout à fait.

      Pourquoi?

      D’abord et avant tout, puisque l’occasion m’en est donnée ici,je viens remercier le travail de Sylvain Timsit, initiateur du dit blog, sity, si mes souvenirs sont bons.

      Le remercier car il fait un boulot tout à fait remarquable qui témoigne de la pluralité de ses intérêts. Il est ouvert ce dit Monsieur, alors forcément ça fait des petits et la couvée est généreuse!

      Mais parcourir ce blog, ça peut parfois fermer les portes de toute curiosité, de tout intérêt car c’est de la dynamite, ni plus ni moins.

      Et de la dynamite, ça explose ce qu’il y a au-dedans de nous, les croyances et tous les bidules auxquels on tient depuis des lustres, car y tenir à tous nos bidules intériorisés en nous, c’est un peu comme un acte de filiation, de foi, d’attachement à nos sources, à ceux qu’on aime, et que de renoncer à y croire ce serait comme de dire NON à tous les gens qui ont contribué à cette intégration, nos parents, nos professeurs, etc, etc…et ça, c’est difficile, ça suppose une certaine maturité, un recul, un travail par rapport à tous nos apprentissages et c’est pas monnaie courante quand même que de réaliser ça, ça se saurait si c’était si facile car le monde dès lors ne serait pas ce qu’il est, enfin, je crois.

      L’émancipation de tout ce qu’on a dans la caboche, c’est pas si facile à faire.

      C’est confortable et c’est douillet les croyances, alors y mettre un coup de grisou à ce confort ouaté, même si on sent bien, qu’il y a des choses qui clochent, qui coincent, qui font mal, on préfère se dire ça ira mieux demain, c’est pas facile de contrer cette direction car le mouvement naturel des hommes c’est d’aller vers ce qui est plaisant et non ce qui est déplaisant.

      Et pourtant sans cette dynamite, ce ne serait peut-être pas possible d’y arriver à cette prise de conscience, il faut un choc, un impact important pour que quelque chose se passe sinon ça continuera à ronronner, les murs de notre bastille sont tellement épais qu’il faut vraiment en mettre un coup pour ouvrir une petite, une toute petite brèche.

      Mais le souci c’est que ce type de blog, ça ne fera pas de quartier ou peu.

      Ou on continuera et on cherchera à en savoir plus ou on fermera la porte définitivement, et quand on ferme la porte, c’est comme un peu embêtant.

      Si on la laisse ouverte la porte et qu’on continue à s’in-former, à mettre une forme particulière en nous donc comme son nom l’indique, ça risque fort de fiche une trouille d’enfer qui immobilise, paralyse toute velléité d’aller contre ce courant que l’on sent fort, très fort, et tellement fort qu’il risque fort de nous noyer.

      Et quand on pense être submergé par une force envahissante, on baisse les bras, on se dit qu’il n’y a plus rien à faire, alors on se résigne presque et on est très malheureux, plus malheureux encore que celui qui ne sait pas, car on sait certaines choses mais on est incapable d’avoir prise sur ces choses-là pense-t-on, et c’est là que je viens expliquer la distance par rapport à ces informations.

      Elles sont nécessaires certes, utiles et tout ce qu’on veut, mais au bout du compte elles peuvent aussi démobiliser complétement des engagements qui seraient pourtant la seule planche de salut pour contrebalancer le mouvement du balancier!

      Je coupe pour voir si ça marche la réception!

      J'aime

    • postjorion dit :

      Hélas Catherine, aucune trace …

      J'aime

  31. catherine dit :

    Bon, génial, ça marche, alors je continue!

    Je vais parler de moi comme ça, je suis sûre de raconter moins de bêtises!

    Moi, quand j’ai lu tout ça, c’était très contradictoire comme impression.

    D’un côté, ça venait mettre du sens dans le non-sens que je vivais quotidiennement, et du coup ça avait un côté rassurant dans le sens où ça venait mettre de la logique dans l’illogisme ambiant, mais d’un autre côté, ça me semblait tellement complexe et fort cette orientation, que je perdais toute idée de vouloir la contrer.

    C’était la lutte du nain contre un colosse, mission impossible donc et quand on est dans une impasse, qu’on est arrêté, ça, c’est vraiment pas bon pour la personne.

    Du coup, ça engendre du stress, les surrénales se mettent à fabriquer des substances pour sauver notre peau face au danger, mais si ça ne débouche sur rien, ce concert de cortisol épuise nos forces et plutôt que de nous renforcer nous voilà affaiblis ce qui n’augure rien de bon pour le reste de notre histoire.

    C’est là qu’elle est la justification du « j’en suis revenue ».

    C’est nécessaire dans un premier temps de savoir tout ça, comme il est nécessaire me semble-t-il de s’en déprendre ensuite pour ne pas rester bloqué dans une possible voie de garage.

    Car la vie, c’est le Tout et un peu plus que le tout et c’est dans ce un peu plus que le tout, que réside notre mouvement, notre possibilité d’agir, de mettre en forme et en oeuvre d’autres réalisations.

    Aller CONTRE tout compte fait c’est toujours aller SELON, alors ouvrir d’autres voies, d’autres routes, d’autres chemins! tout est à inventer, il ne faut pas répéter même si la liberté ça fait peur car au bout de la route, on est toujours seul face à soi-même et c’est toujours à soi qu’il faut répondre avec le moins de mauvaise foi, et c’est tellement plus facile de se conformer à un modèle, on prend moins de risque, c’est plus confortable.

    Obturer le monde sur un nouvel ordre du monde, ça a quelque chose d’omnivore qui nous dévore tout cru avant même que l’on bouge le petit doigt, en revanche, se dire, que les petits pas, les toutes petites réalisations construisent possiblement un bel écheveau sur lequel viendront se parer de belles dorures en surplus, c’est plus modestes mais plus réalisables.

    Croire en la vie et lui donner la première place, croire en elle et en nous car nous sommes ses petits c’est ouvrir des espaces de liberté et donner libre cours à nos potentialités qui dès lors ne demanderont qu’à s’actualiser.

    La foi est le revers de la peur, celui qui a foi en la vie, en quelque chose de plus grand que lui, voit s’éteindre ses peurs et brûle les scories de ses épouvantails frileux.

    L homme ne peut pas vivre sans feu, alors il faut qu’il brûle ses peurs et ainsi il sera pleinement vivant!

    Tout est possible à condition de croire en nous, il faut désirer l’impossible pour qu’il advienne possiblement sinon l’impossible restera toujours et à jamais impossible.

    Le nihilisme par dépit repose sur l’impossible qui prend corps, il faut l’exploser ce nihilisme, c’est de la dynamite qu’il nous faut, et la dynamite, couve sous la cendre de nos renoncements. Elle dit oui, elle acquiesce généreusement à la vie et dès lors des portes s’ouvrent, et certaines du coup se ferment, mais le courant vital est alors respecté, tout repart à la source et l’équilibre se pose.

    C’est ce que je nous souhaite.

    J'aime

  32. Boss dit :

    Catherine,
    C’est effectivement un point de vue intéressant et plein d’espoir ce qui est bien la essentiel.
    Peut-être d’ailleurs que pour la même raison qui a fait que nous avons connu les tribus qui ont en grande partie disparues au profit des royaumes et les empires, il serait dans l’ordre des choses que les Etats-nations disparaissent au profit d’autre chose plus global encore. Le paysage est en effet en train de changer dramatiquement, a l’Est notamment. Pourtant c’est l’absence d’évolution qui devrait nous étonner si on se réfère à l’histoire de l’humanité.
    On assistera bientôt je le crois a la chute des états nations dont on aura rogné les souverainetés et donc la substance même, au profit d’un gouvernement de type européen, marchepied pour un gouvernement de type mondial in fine. Les élites de ce monde l’appellent d’ailleurs de leurs vœux a chaque occasion, il suffit d’ouvrir un journal et depuis 5 ans, on ne s’en cache même plus – au contraire, on prépare consciencieusement l’opinion publique a coup de propagande européiste au fait que c’est a la fois le mieux qui puisse nous arriver et que c’est évidement inéluctable. La question n’est donc pas ‘Si’ mais ‘Quand’. Le monde a certes évolué et d’ailleurs un monde globalisé n’est pas forcément synonyme de totalitarisme, le monde globalisé nous a aussi ouvert d’autres perspectives, nous a donné internet par exemple. Le progrès n’est une contrainte pour l’homme que s’il bénéficie a une minorité sans scrupules au dépends de la majorité et c’est bien la tout le défi de notre siècle.
    Or vouloir continuer de croire, par nostalgie souvent, par peur aussi, qu’on pourrait revenir a des frontières hermétiques et a un comportement typique d’états-nations dans le monde tel qu’il se décrit aujourd’hui est tout simplement une ineptie. Pire encore, c’est nourrir de faux espoirs, c’est de la publicité mensongère et c’est courir le risque d’aggraver le moral des français qui n’en a pas besoin. Nous nous raccrochons a notre identité, a ce qui fait que nous sommes français, a ce qui fait la France et on doit se rendre a l’évidence, il nous faut inventer une nouvelle manière de promouvoir cette identité, pas en se renfermant sur nous même mais au contraire, en rayonnant sur le monde si c’est encore possible, en s’ouvrant vers lui et les autres pour qu’ils souhaitent s’imprégner de nos valeurs, de nos lumières, tout ce qui aujourd’hui nous fait défaut. Admettez on, nous sommes dans le défaitisme le plus total, moi le premier – l’état moral des français relève désormais de la psychanalyse, un ennemi de l’extérieur ne s’y prendrait pas autrement pour nous asphyxier, pour nous faire douter de nous et je pense d’ailleurs que cet « ennemi » existe réellement. Mais même si le diagnostic est correct, proposer comme remède de s’enfermer dans le noir et de rester entre nous alors que nous n’avons d’autre choix que de faire jaillir la lumière et de faire rayonner la France, de lui donner de l’importance, de lui permettre d’imposer non pas ses diktats, mais ses valeurs humanistes qui nous caractérisent tant et pour lesquelles nous sommes connus de part le monde c’est un comportement mortel. Le monde tel qu’il s’organisera bientôt aura besoin de gardes fous. Je crois la France capable de jouer un rôle crucial en la matière, mais pas si elle reste repliée sur elle-même. Si je devais bien admettre un instant que demain, ou après demain, le monde sera gouverné par un nouveau mode de gestion de l’humanité, que la croissance et le progrès technique obligent a cette gestion globalisée, qu’enfin que cette globalisation est essentielle étant donnée que la planète elle, est de taille finie et que des défis majeurs attendent l’homme dans les années a venir (surpopulation, ressources et environnement) alors sans doute réaliserais-je que j’en suis encore me contenter de la découverte de la roue quand on marche déjà sur la lune. Je n’ai pas tort voyez, la roue c’est utile. Mais ce n’est pas l’avenir de l’homme.

    La lutte qui doit être menée est à d’autres niveaux. Ce qui va compter au 21e siècle ce n’est pas la perte de notre identité même si je le déplore profondément et sincèrement. Savoir trouver sa place dans cette nouvelle gouvernance sera essentiel pour survivre. Vouloir se mettre la tête dans le sable c’est la mort assurée et en cela votre message est bien plus mature que le mien.
    Peut-être mieux vaut il entrer dans le monde qui nous attend par la grande porte plutôt que d’y etre contraint et forcé via les coulisses quelques temps plus tard. L’erreur serait de considérer que tout ceci est de la pure science fiction. Il n’est est rien, c’est l’avenir de nos enfants ou de nos petits enfants. Leur permettre de l’aborder en jouant pleinement leur rôle plutôt qu’en tant qu’esclaves d’un système ou les banksters régneraient sans partage sur le monde, la est bien le défi majeur qui devrait nous mobiliser.
    Ce que j’ignore c’est si nous y entrerons en douceur, ou si nous y serons forcés par la crise économique ou par la guerre ou par l’une étant la conséquence de l’autre ou si certaines puissances auront œuvré dans l’ombre pour parvenir à leurs fins.
    Ce que j’ignore c’est si l’humanité vaincra ou s’il s’agira d’un excellent remake de 1984.
    Ce qui est évident c’est que faire triompher l’homme ne sera pas sans douleur et sans sacrifices tant les puissances de l’argent semblent vouloir dessiner ce monde pour servir leurs intérêts propres dans le mépris le plus vil du peuple. La vraie responsabilité, elle est de s’assurer qu’on puisse mettre en place des gardes fous à ce type de gouvernance même s’il est évident que cela rencontrera beaucoup de résistance.
    Ainsi toute notre énergie devrait être utilisée pour préparer cette étape pour qu’il en sorte un meilleur cahier des charges que celui qu’on semble nous réserver.
    Aujourd’hui, c’est ‘positive day’.

    J'aime

  33. catherine dit :

    Voyez-vous Boss, peut-être faut-il prendre ce qui nous tombe sur la figure comme une adversité nécessaire en ces temps sombres, adversité qui nous pousse à nous regarder NOUS, d’abord, nous, nous-mêmes, pas le voisin, mais nous-même,d’abord et absolument et avant toute autre chose.

    Nous regarder nous, avec tous nos sales côtés, nos prétentions à ceci et cela, nos postures qui se veulent ci ou ça en ayant l’air d’être humble ou j’sais pas quoi, mais pas vraiment ce qu’on est.

    Toujours des « à côté » de nos tripes, jamais vraiment dans la cible de ce qu’on est, dans le dedans, dans le dedans du dedans si vous voyez ce que je veux dire.

    Je sais bien que je tombe là-dedans moi aussi, pas mieux qu’une autre, bref se voir avec nos imperfections, nos trucs qui vont de travers, notre verbe haut ou notre verbe bas, mais notre verbe et notre verbe par définition est toujours plus ou moins « à côté », car nous avons perdu notre innocence.

    Mais pourtant nous n’avons que nos pauvres mots pour essayer de créer un possible « pont » qui nous fait rejoindre l’autre, possiblement, toujours, jamais sûr.

    Car nous sommes toujours en partance de l’autre, de son regard, de son attention, de son assentiment, de son écoute, de ce retour qui fait que nous nous prostituons toujours un peu pour que le reflet que cet autre nous renvoie soit à l’image de ce que l’on espère voir ou entendre de nous.

    Nous vendons notre âme pour cette image, tout ça pour une image, vous rendez-vous compte?

    Tout ça pour une image.

    Pour être aimé en fin de compte, combien d’hommes essaient d’être riches et puissants et célèbres et tout ce qu’on veut, rien que pour ça, pour que ce qu’on leur renvoie de cette image ça colle avec leur image à eux, qu’ils se disent j’ai une belle image, je suis aimable!

    Le bacille de la peste actuelle, il est là et pas ailleurs, dans ce premier rapport de soi à soi, et si on saute au-dessus de lui en l’ignorant, pour sûr qu’on tombera dans le panneau qui nous fera vouloir être une belle image, une plus belle image que untel ou untel, histoire de se rengorger et de se dire qu’on existe, qu’on vaut quelque chose puisqu’on est mieux que l’autre.

    Et tant qu’on pense que notre valeur est liée à cette image, c’est foutu.

    On se vendra à des degrés divers et variés certes, mais on se vendra et ça se paiera cher, très très cher, l’addition que l’on paie aujourd’hui est sacrément costaude n’est ce pas et c’est le prix de ces images que nous payons si durement!

    Des images qui croisent d’autres images, ça fait interaction, ça produit quelque chose, mais ça produit pas forcément des belles choses.

    Surtout quand le courant court vers toujours plus d’apparences, d’écorce, de bidules qui font semblants.

    Si l’écorce est vide, sans substance, ça reste juste une écorce sans substance, une périphérie sans centre, sans axe, une roue sans moyeu et une roue sans moyeu, ça va pas loin, ça tourne pas, c’est empêché dans son mouvement.

    Il ne s’agit pas de crier haro sur l’écorce non, il s’agit d’avoir les deux, l’écorce et le noyau dans un doux équilibre pour que ça vive harmonieusement.

    L’homme se juge en fonction de son environnement, en fonction du courant, les écorces vides ça suit tous les courants, toutes les sirènes, mais toutes les sirènes n’entonnent pas de beaux chants et les chants que nous entendons aujourd’hui sont ceux de la tristesse profonde d’avoir perdu son âme, de l’avoir vendu au diable, au diable, à celui qui divise, celui qui nous fait divorcer de noyau, du noyau de notre être.

    C’est en ceci que cette adversité est peut-être un mal nécessaire qui nous obligera à nous voir tels que sommes et non tels que nous aimerions être.

    Un acte d’amour quoi, qui passe d’abord par soi.

    S’aimer soi avec tout ce qui nous constitue et se laisser traverser par le souffle chaud de la vie, et dès lors c’est comme un bateau, nous sommes bien amarrés car la vie nous tient. Il peut y avoir de la tempête, notre bateau bougera mais la confiance en notre amarre nous empêchera d’avoir peur et dès lors nous voguerons vers des horizons exigeants car l’exigence est la clé de notre posture et tout est question de posture je crois.

    Nous nous devons d’être exigeants, d’abord envers nous-mêmes et envers ceux que nous aimons. Et puis prendre carte et compas et tracer notre route vers des cieux ensoleillés, c’est la direction du firmament qui doit nous guider. Nous ne l’atteindrons jamais certes, mais nous devons vouloir atteindre les hauts sommets pour espérer toujours relever la tête et ne pas perdre notre ardeur.

    Bref, jamais nous ne serons arrivés à la maison, mais c’est pourtant la maison qui doit nous guider ainsi nous serons toujours poussés à donner le meilleur de nous-mêmes dans le mépris total des autres directions.

    C’est la direction de la maison qui nous permettra de ne pas nous fourvoyer et les épreuves que nous traversons actuellement, nous permettrons peut-être mieux de connaître l’axe, la direction de la Maison des Hommes qui vivent sur terre mais entre terre et ciel quand même comme sur un pont, et sur les ponts, on peut y danser et la danse c’est les épousailles entre les deux dimensions, alors dansons mais dans l’harmonie et l’harmonie ne peut se trouver que sur terrain de dysharmonie, sinon l’harmonie est toujours factice artificielle.

    Question dysharmonie nous sommes servis en ce moment, alors si l’harmonie promise est à la mesure de la dysharmonie actuelle, tous les espoirs sont permis, mais ça nécessite de faire, il y a un faire à faire.

    Nous avons tous les ingrédients pour retrouver le chemin de l’harmonie, de l’équilibre, nous sommes des funambules, et l’équilibre est dans le mouvement, mais ni trop ni trop peu!!!

    Je crois!

    J'aime

    • catherine dit :

      suite…

      aussi, le premier travail à faire, c’est de devenir une per-sonne qui s’entend d’abord elle-même avant de vouloir entendre les autres.

      Cette personne pourra alors consciemment incarner les idéaux communautaires, toute autre voie est sans issue, car elle fait tomber dans le piège des illusions et les risques de projection.

      Et la première étape pour devenir une per-sonne, c’est de se confronter à notre ombre, notre boîte noire qui conduit à une reconnaissance de la part négative à l’intérieur de nous.

      C’est la porte du réel et sans elle pas d’appréciation objective de l’autre et de soi.

      Le refus de toucher à cette partie sombre de nous-mêmes conduit à un refoulement.

      Bref nous avons besoin de nous connaître car le plus grand danger qui existe pour l’homme c’est l’homme lui-même.

      Une façon d’associer l’individu au groupe où aucun d’entre eux groupe et individu ne devraient annuler l’autre terme de la relation, mais au contraire vivre l’un et l’autre en parfaite harmonie tout en respectant les espaces respectifs de chacun.

      L’individu qui ne barre pas le champ du groupe social et le champ social qui ne barre pas l’espace de l’individu, tout un programme, hein, y’a du boulot, mais sans rêve, l’homme meurt alors j’espère que nous ne sommes pas prêts de mourir, rêvons et nous vivrons!

      J'aime

      • Boss dit :

        Catherine,

        Je ne sais pas si vous vous rendez compte que cet individu providentiel qui, souhaitons le, réside en chacun de nous une fois le ‘coté obscur’ dépoussiéré, a le tempérament de Jésus Christ et d’Alexandre le Grand réunis !
        M’est avis qu’on est pas prêt de se sortir de l’ornière et qu’il faudrait que l’humanité soit sur le point de disparaitre de la surface du globe pour qu’on assiste a un abandon du matérialisme et un retour a la spiritualité…Le tout sans que les religions s’en mêlent et nous ramènent a l’âge de pierre.
        Ce n’est pas pour demain…En attendant, peut-être vaut-il mieux de rien faire d’autre que de transmettre des valeurs humanistes solides a nos enfants, qu’ils puissent faire la différence et connaitre l’environnement dans lequel ils auront a évoluer, pour que la ‘mémoire collective’ qui fait de nous ce que nous sommes, a jamais ne s’éteigne malgré la volonté perverse des ‘Maitres du Monde’ de vouloir éliminer toute forme de pensée non autorisée.

        J'aime

        • catherine dit :

          Mais elle est sur le point de disparaître Boss la race humaine… c’est bien pour cela que tous les espoirs sont permis, c’est le Principe du rythme qui est à l’oeuvre, toujours ( je sors les majuscules parce que c’est princier ce principe!) principe qui veut que sur notre terre toute chose a sa durée, tout évolue puis dégénère, le balancement du pendule se manifeste dans tout.

          Aussi, ou nous mourrons, ou nous vivrons l’autre versant de ce versant noir, celui de la lumière, ça ne viendra pas d’un coup, mais je sens bien de ci de là, naître cette belle aurore de l’Hu-main. Voyez, ce type de conversation aurait été impossible il y a dix ans, aucune oreille n’aurait prêté l’or-eille!

          Croyez-y , croyez en la Vie, car c’est votre attitude qui ratiboisera ce monde si laid . Cest votre belle posture qui fera tarir les fleuves de boue, à l’image du soleil!

          J'aime

  34. BA dit :

    Deuxième renflouement : l’aide à la Grèce pourrait dépasser 100 milliards d’euros.

    Le premier renflouement organisé voici un an par l’UE et le FMI représentait 110 milliards d’euros, dont 24,4 milliards apportés par l’Allemagne. Un deuxième renflouement est évalué à 65 milliards d’euros, mais il pourrait dépasser 100 milliards d’euros parce qu’il faudra aux emprunts d’Etat grec un suivi financier en 2014, explique Der Spiegel dans son édition du lundi 6 juin 2011.

    110 + 100 = 210 milliards d’euros foutus en l’air (la Grèce ne remboursera jamais ses dettes).

    La photo de l’année 2011.
    Le 30 mai 2011, des dizaines de milliers de Grecs sont dans la rue.
    A Athènes, les manifestants grecs comparent l’Union Européenne à l’Allemagne nazie :

    http://www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/0,1518,766645,00.html

    Cette photo des manifestants grecs est très révélatrice.
    Cette photo montre que l’idée européenne est morte.
    En Europe, les années qui viennent seront explosives.

    J'aime

  35. BA dit :

    Mercredi 8 juin 2011 :

    Le déficit du budget de l’Etat français s’est creusé fin avril, à 61,4 milliards d’euros, contre 56,2 milliards un an plus tôt, mais cette dégradation est liée à des raisons « exceptionnelles » et les recettes fiscales sont en nette amélioration, a annoncé mercredi Bercy.

    Fin mars, le déficit budgétaire s’était établi à 33,6 milliards.

    « Les premiers mois de l’année, la comparaison avec l’exercice précédent reste encore peu significative et marquée par des événements exceptionnels », affirme, comme les mois précédents, le ministère du Budget dans un communiqué.

    Bercy explique l’évolution par une dégradation du solde des comptes spéciaux (avances et opérations financières) de 14,6 milliards, liée aux décaissements du prêt à la Grèce en janvier et en mars, et à des avances anticipées aux collectivités locales dans le cadre de la réforme de la taxe professionnelle, une mesure qui n’aura pas d’impact budgétaire sur l’ensemble de l’année.

    http://www.romandie.com/news/n/France_le_deficit_de_l_Etat_se_creuse_en_avril_raisons_exceptionnelles080620110906.asp

    En clair :

    – La France était déjà surendettée.

    – La France s’est surendettée encore plus pour pouvoir prêter de l’argent à la Grèce.

    – La Grèce est insolvable : la Grèce ne pourra pas rembourser ses dettes.

    – Les Etats européens surendettés se surendettent encore plus pour pouvoir prêter de l’argent aux Etats européens en faillite, qui ne les rembourseront jamais.

    – L’Union Européenne est devenue folle : l’Union Européenne est devenue un suicide collectif.

    J'aime

  36. BA dit :

    Mercredi 8 juin 2011 :

    L’Allemagne est POUR une restructuration de la dette grecque.

    Le ministre allemand des Finances a conditionné mercredi une aide financière supplémentaire à la Grèce à une participation accrue des créanciers privés à l’effort, par le biais d’une restructuration de la dette.

    Dans une lettre aux plus hauts responsables s’occupant de la crise de la dette, dont l’Associated Press a obtenu une copie, Wolfgang Schäuble propose d’allonger de sept ans les délais de remboursement de la dette afin de donner plus de temps à la Grèce pour réformer son économie.

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=1dfd8e2e0a616ead15d58310fae3ac7d

    Le même jour, la France se déclare CONTRE une restructuration de la dette grecque.

    La France a réaffirmé mercredi, par la voix du porte-parole de son gouvernement François Baroin, son opposition à toute restructuration de la dette grecque.

    M. Baroin, qui est également ministre du Budget, était interrogé, lors de son compte-rendu hebdomadaire du Conseil des ministres, sur la proposition du ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble d’allonger de sept ans les échéances des obligations grecques en circulation.

    La ligne de la France, c’est « le refus de la restructuration de la dette grecque. Nous ne dévions pas de cette ligne », a affirmé M. Baroin.

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=bf8f32af6fe5d7dbdbbea6de7c912e8e

    Conclusion :

    l’Union Européenne, c’est des Etats qui ne sont d’accord sur rien.

    J'aime

  37. BA dit :

    Jeudi 9 juin 2011 :

    Le PIB grec dévisse au 1er trimestre : – 5,5 % sur un an.

    L’économie grecque s’est contractée beaucoup plus qu’attendu au premier trimestre, ce qui devrait rendre encore plus douloureuses pour le pays les mesures d’austérité supplémentaires réclamées à Athènes par l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI).

    Le produit intérieur brut (PIB) a reculé de – 5,5 % sur un an sur la période janvier-mars, selon des chiffres préliminaires publiés jeudi par l’agence grecque de la statistique Elstat, soit davantage que la contraction de – 4,8 % annoncée en estimation flash.

    D’un trimestre sur l’autre, l’économie grecque affiche une croissance de 0,2 % sur les trois premiers mois de l’année, contre + 0,8 % en estimation flash.

    Pour Emilie Gay, économiste chez Capital Economics, cela augure mal des efforts de la Grèce pour atteindre les objectifs de réduction du déficit prescrits par ses bailleurs de fonds internationaux.

    « Nous prévoyons que l’économie se contractera de 5 % cette année. Pour nous, cela signifie que la Grèce ne parviendra pas à atteindre ses objectifs, comme l’an dernier », juge-t-elle.

    http://www.latribune.fr/depeches/reuters/le-pib-grec-devisse-au-1er-trimestre-la-rigueur-va-peser.html

    J'aime

    • Boss dit :

      Ma petite soeur est en train de se faire bronzer a Corfou pour les vacances…

      Je m’en vais lui dire qu’elle en profite bien parce que l’année prochaine ca risque d’etre devenu propriété privée d’une multinationale…

      J'aime

  38. François JERU dit :

    à Catherine [ ref 9 juin 2011 à 18:11 , supra #comment-6784]

    ou nous mourrons, ou nous vivrons l’autre versant de ce versant noir, celui de la lumière, ça ne viendra pas d’un coup, mais je sens bien de ci de là, naître cette belle aurore de l’Hu-main.

    Dans le prolongement de votre propos
    blog.florevasseur.com/post/6283810776/bilderberg-2011-parce-quils-le-valent-bien#comment-222447256 et plus concret

    bilderberg-2011-parce-quils-le-valent-bien#comment-222448970

    Ordre-du-Jour « ACTION » (en chantier)

    J'aime

  39. BA dit :

    Grèce : la zone euro vers un rééchelonnement de la dette.

    Berlin, qui veut faire participer les créanciers privés au deuxième plan d’aide à Athènes, semble en voie d’avoir gain de cause.

    Bruxelles a annoncé vendredi 10 juin que la zone euro étudiait l’option d’un rééchelonnement de la dette grecque, sur une base volontaire de la part des créanciers, en précisant bien qu’il ne s’agissait pas d’une restructuration.

    « Nous avons discuté ces derniers jours d’une initiative du style de celle de Vienne », a reconnu Amadeu Altafaj, le porte-parole du commissaire aux Affaires économiques Olli Rehn. En 2009 dans la capitale autrichienne, les banques créancières de la Roumanie, alors en grave crise, s’étaient engagées en 2009 à maintenir leurs prêts arrivant à échéance.

    « Dans ce contexte, nous avons aussi examiné la faisabilité d’une rééchelonnement volontaire de la dette ou reprofilage » de la dette, a-t-il poursuivi.

    Il a toutefois insisté sur le fait que cela s’entendait « bien sûr à la condition, extrêmement importante, que ceci ne crée pas un événement de crédit », à savoir « une restructuration de dette » susceptible de créer la panique sur les marchés.

    D’après l’hebdomadaire allemand « Der Spiegel », la zone euro veut faire participer les créanciers privés de la Grèce à hauteur de 20 à 35 milliards d’euros, suivant ainsi la volonté allemande.

    Selon le magazine, les ministres des Finances européens seraient prêts à considérer un échange d’obligations contre des titres à maturité plus éloignée.

    C’est la solution prônée par le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, qui veut un allongement de sept ans des maturités pour toutes les obligations en circulation.

    La Banque centrale européenne (BCE) est catégoriquement opposée à toute action sur la dette qui s’apparenterait à un défaut de paiement, mais pourrait consentir à une solution de « rollover » qui verrait les créanciers réinvestir dans de la dette grecque quand leurs titres arrivent à maturité.

    Selon un porte-parole du ministère allemand des Finances vendredi, quelque 80 à 90 milliards d’euros de dette grecque arrivent à maturité d’ici à 2014.

    http://www.challenges.fr/actualites/monde/20110610.CHA6614/grece__la_zone_euro_vers_un_reechelonnement_de_la_dette.html

    J'aime

  40. BA dit :

    Comment parler du défaut de paiement de la Grèce sans prononcer le mot tabou « défaut de paiement » ?

    Réponse : il faut dire à la place « restructuration douce » !

    Samedi 11 juin 2011 :

    Grèce : Juncker pour « une restructuration douce » de la dette.

    Le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a prôné samedi sur une radio allemande « une restructuration douce » de la dette grecque, avec une participation volontaire des créanciers privés, comme le demande l’Allemagne.

    « Il n’y aura pas de restructuration totale, là-dessus les gouvernements sont d’accord, l’appui de la BCE à une telle option ne pourrait être obtenu », a dit M. Juncker.

    « Il va falloir qu’il y ait une restructuration douce et volontaire », a-t-il ajouté.

    http://actu.orange.fr/une/grece-juncker-pour-une-restructuration-douce-de-la-dette_146484.html

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s