115 – la Hongrie remballe le FMI

Article original de « Solidarité et Progrès »
______________________________

Brèves – 23 juillet 2010 – 20:38

23 juillet 2010 (Nouvelle Solidarité)

Nous sommes en 18 après Maastricht ; Toute l’Europe est soumise à l’Empire financier… Toute ? Non ! Car un pays peuplé d’irréductibles hongrois résiste toujours et encore à l’envahisseur.

Gyorgy Matolcsy, ministre des Finances, a rejeté dimanche les exigences de l’UE et du FMI pour de nouvelles coupes budgétaires. Rappelons que l’institution dirigée par M. Strauss-Khan exige de nouvelles mesures d’austérité pour que la Hongrie, dont le déficit devrait atteindre 3.8 % du PIB cette année, passe aux 3% prévus par le Traité de Maastricht, et ce, alors que parmi les grands pays membres il n’y plus que l’Allemagne dont le déficit avoisine les critères du Traité. Gyorgy Matolcsy a réitéré que le nouveau gouvernement du Premier ministre Orban, avait été élu par près des deux tiers de l’électorat, justement parce qu’il avait promis de cesser la politique d’austérité du gouvernement précédent. Il n’obtempérera donc pas aux injonctions supranationales. Le lendemain, Matolcsy réaffirmait sa position dans une interview télévisée et a déclarait que le gouvernement, par une taxe sur les banques, lèverait 650 millions d’euros supplémentaires par an.

Mais au delà de cette taxe, ce qui panique les marchés financiers est la volonté affichée d’interdire les prêts immobiliers et à la consommation accordés en devises aux citoyens hongrois qui paient donc en Forint. Ce serait la fin annoncée du « carry trade » auquel se livrent notamment les banques autrichiennes et suisses, empruntant à bon marché chez eux et prêtant plus cher aux citoyens de pays aux monnaies se dévaluant. Le plan d’action annonce aussi la volonté d’interdire les évictions et les saisies de logements. Les intérêts financiers, ainsi que Paris et Berlin, qui insistent lâchement pour sanctionner plus fortement les Etats ne respectant pas les critères de Maastricht, craignent que l’exemple hongrois fasse tâche d’huile.

Face au refus de Budapest, le FMI a interrompu les négociations et a bloqué la dernière tranche de 5,5 milliards de dollars d’un crédit total de 20 milliards négocié deux ans plus tôt par le gouvernement de l’époque. Le Premier ministre Viktor Orban a réagi en déclarant que la Hongrie s’en sortirait même sans ce crédit. Et du fait que le Gouvernement contrôle deux-tiers des sièges au Parlement, il est sûr que sa mesure de taxation des banques sera approuvée.

Révélateur de l’état d’esprit qui règne dans le pays, le discours d’investiture du Premier ministre du 9 juin dernier, dans lequel il a souligné la différence entre une économie-casino et la construction d’une nation. Extraits :

« Tout d’abord, je propose que nous considérions la sinistre et même alarmante tempête qui s’abat sur l’économie mondiale. Nous recevons tous les jours des nouvelles alarmantes du monde entier. La crise, épiphénomène d’un chamboulement bien plus profond, n’est pas terminée. Mais l’heure n’est pas aux lamentations. Ce dont nous avons besoin c’est de penser à la hongroise, de faire preuve d’ingéniosité. Nous devons exploiter ces processus externes dans notre propre intérêt, c’est-à-dire pour le bien des Hongrois et de l’économie hongroise. Les possibilités pour le faire existent.

« Le processus le plus important que nous devons prendre en compte est que l’économie mondiale se dirige dans une nouvelle direction. Il semble que le capitalisme productif a un nouvel avenir et que l’époque du capitalisme spéculatif touche à sa fin. Nous savons tous que la raison principale de la crise économique qui étrangle le monde consiste en la chose suivante : une surévaluation régit le marché mondial. L’argent disponible dans le commerce mondial outrepasse de plusieurs ordres de grandeur le montant de valeurs réelles. Il s’en suit que toutes les valeurs réelles dans les livres de compte et les bilans sont surévaluées. Des bulles se forment, entraînant l’économie dans des crises successives. Hélas, ces crises ne s’arrêtent pas à la frontière hongroise.

« Mesdames et Messieurs, la Hongrie ne peut réussir dans ce monde moderne en transformation rapide, qu’à condition de nous tourner vers le capitalisme productif et d’utiliser à notre avantage le processus global. Je veux dire par là que nous devons de manière croissante, et avec grande détermination, refouler la spéculation et nous orienter vers le capitalisme productif. Pour bien me faire comprendre, je n’ai pas besoin d’aller dans les détails : le capitalisme productif est lié au travail et alors que le capitalisme spéculatif à lié à la spéculation.

« Mesdames et Messieurs, le point clé est que nous pouvons opérer une telle différentiation. Je propose que lors de la mise en place de ce nouveau système économique, nous désignions comme spéculatives toutes les activités par lesquelles quelqu’un gagne de l’argent en faisant du mal à autrui. Et lorsque quelqu’un gagne de l’argent en créant une réelle valeur qui profite aux autres et à la société toute entière, alors cela peut être défini comme du travail.

« Mesdames et Messieurs, je suis convaincu que ce n’est qu’avec ce type de capitalisme productif que nous pourrons créer dans les dix prochaines années 1 million de nouveaux emplois en Hongrie. La capitalisme spéculatif est dégradant car il nuit aux entreprises et aux emplois en Hongrie et dans le monde entier. C’est pourquoi le nouveau système économique en Hongrie doit se fonder sur la production, c’est-à-dire le travail, en lieu et place de la spéculation. Et toutes les mesures et dispositions légales que nous déciderons doivent suivre ces principes »

Cet article, publié dans Croissance, Débat monétaire, Propositions, Société, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 115 – la Hongrie remballe le FMI

  1. Renaud dit :

    Mille mercis et mille bravos Monsieur Matolcsy!
    Ça fait quand même plaisir d’entendre (ou lire) ça de la part d’un responsable qui, en principe, a quelques moyens d’application de début d’une politique économique et financière saine (j’ose espérer qu’il est bien protégé). Ce devrait être intéréssant d’observer ce qui s’en suivra.
    Peut-être reste-t-il en Hongrie des dispositions d’ordre historique, sociales, culturelles plus lucides. On ne subit pas 45 ans de dictature (1) sans qu’il y ait des traces, surtout dans une nation ancienne comme la Hongrie. Et vu les catastrophes du XXème siècle dans la partie Est de l’Europe (maintenant une Europe presque entièrement
    « aseptisée »), on s’aperçoit que la disparition programmée de l’Empire d’Autriche-Hongrie fut une erreur tragique. Il n’y a qu’à voire le nombre de savants, artistes, chercheurs et créateurs divers issus de cet Empire qui, s’il devait être un peu « rigide », n’avait vraiment rien d’une dictature.

    Le mieux serait que l’attitude du ministre hongrois des finances fasse boule de neige parmis les nations. Les média ont installé l’inertie et cultivé l’opacité de telle façon que les opinions ont à présent les plus faibles chances de prendre conscience du déterminisme soporifique invraisemblable que le sytème financier inique actuel aura instillé dans les esprits, la banalisation économique et sociale de ce qui est contre nature. Allons, courage, la route est longue!

    (1) et d’abandon par l’Occident de l’Ouest, il fallu plusieurs décennies, et des milliers de victimes pour rien (après les années 40, 1953, 1956, 1968) pour que les Européens de l’Est comprennent enfin que l’Ouest ne bougerait pas le plus petit doigt pour les aider à se libérer de la dictature soviéto-communiste au delà de gesticulations et d’effets d’annonce sans le moindre effet, cela dura environ jusqu’en 1989. 45 ans, c’est vraiment long à l’échelle humaine!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s