9 – Clôture de « La monnaie : projet de réforme »

Publié par Paul Jorion

10 avril 2008

La vie de La monnaie : projet de réforme est nécessairement limitée dans le temps. Ce soir à minuit (heure de Paris), le débat quant au texte proprement dit d’une recommandation sera clos et le texte affiché, définitif.

Le débat lui–même sur une réforme de la monnaie n’est bien entendu pas clos, et dans un premier temps pourra se poursuivre comme commentaire à ce billet-ci. Un certain nombre de questions restent ouvertes et je cite pêle-mêle : Banque Centrale / démocratie / Etat ; le rôle des Banques Centrales dans la prévention des bulles financières ; monnaie et politique de l’emploi ; comment contenir la spéculation ? ; monnaie et inflation ; vous compléterez sans peine.

Merci d’avoir permis à ce blog d’avoir été le lieu d’un débat qui – à mon sens – a fait progresser de manière décisive notre compréhension sur une question qui, nous le savions, est loin d’être simple ! Mais le moment est bien choisi car – nécessité fait loi – les oreilles sont attentives et la formule du blog permet de rassembler les meilleurs esprits sans préoccupation ni de lieu, ni même de temps !

Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite.“

========================

2 réponses à “Clôture de « La monnaie : projet de réforme »”
  1. Stilgar dit :
    15 avril 2008 à 07:50 Bonjour
    Je recopie ci dessous un article d’Harribey, à la suite de notre débat sur la monnaie et la proposition qui a fait suite..

    (cet article est en appui de la pétition européenne “stop-finance.org”)

    Deux petits articles des traités et puis plus rien ?
    vendredi 4 avril 2008, par Jean-Marie Harribey

    Parmi les questions, voire les objections, qui sont posées ou faites aux auteurs de la pétition « Spéculation et crise : ça suffit ! », il y a celles-ci : « Supprimer les deux articles incriminés est-il suffisant au regard de la révision radicale des politiques économiques qu’il convient d’opérer ? » Plus grave encore : « N’est-ce pas se limiter à réclamer une meilleure régulation des marchés financiers ? N’est-ce pas entériner l’idée que ces marchés ne souffriraient que d’un « manque de transparence », d’une défaillance des « procédures de sécurisation des transactions », ou encore d’un défaut de « moralité » ? ».

    Toutes ces questions sont les bienvenues car elles vérifient l’hypothèse qui est à l’origine de cette pétition : la société éprouve un besoin urgent de débattre de son avenir, plus que jamais menacé par la financiarisation de l’économie mondiale. Et même si ceux qui nous interpellent, parce qu’ils craignent de notre part une trop grande timidité, ne signent pas d’emblée (car nous espérons les convaincre) la pétition, le but commence à être atteint : la pétition est un geste politique à partir duquel nous pouvons tirer le fil de la pelote. Alors, allons-y.

    1. Il faut mettre le système bancaire sous contrôle public.
    Parce qu’il est nécessaire de retrouver l’usage public de la monnaie, par le biais de laquelle une politique économique peut être menée, non pas pour accélérer une croissance aveugle comme le préconisent ceux qui n’ont pas encore compris la gravité de la crise écologique, mais pour promouvoir des activités utiles socialement et l’emploi.
    Parce que la Banque centrale européenne maintient une ligne dont la raison est de satisfaire les détenteurs de capitaux et leurs institutions financières : elle fait couler à flots le crédit pour ces derniers, afin de leur permettre de participer à la restructuration permanente du capitalisme mondial (fusions, acquisitions, leverage buy out, etc.) ; en revanche ce laxisme se pare de vertu orthodoxe quand il s’agit d’admonester les gouvernements qui auraient une minuscule velléité de « faire du social » (Mme Merkel, progressiste s’il en est, en sait quelque chose pour avoir osé envisager de créer un salaire minimum en Allemagne).
    Parce qu’il convient de mettre fin à la confusion entre banques de dépôts et banques d’affaires, d’encadrer très étroitement les procédures de titrisation et de supprimer les paradis fiscaux dans lesquels toutes les institutions financières ont pignon sur rue.

    2. Il faut porter la remise en cause du capitalisme néolibéral en son cœur.
    Son cœur, c’est le partage de la richesse produite, la fameuse valeur ajoutée pour la captation de laquelle le système financier est organisé. D’abord en imposant des normes de rentabilité du capital de plus en plus élevées qui ne peuvent être atteintes que par la déconnexion des salaires vis-à-vis de la productivité du travail. Ensuite en détricotant la protection sociale (assurance maladie et retraites) pour drainer une épargne de plus en plus abondante vers les marchés financiers en mal de liquidités. Et il faut être doté d’une belle inculture pour prétendre que la capitalisation engendrera des richesses supplémentaires pour nourrir et soigner le troisième âge, et d’une encore plus belle dose de cynisme pour confier les retraites à la Bourse. Non seulement la finance est contre-productive, mais elle est improductive.
    Le frapper au cœur en instaurant une fiscalité suffisamment progressive pour écrêter radicalement tous les revenus financiers distribués aux actionnaires et aux créanciers au-delà d’un seuil qui pourrait être celui du taux de croissance de l’économie.
    Le dissuader de spéculer en taxant toutes les transactions financières avec des taux variables en fonction de l’ampleur du risque de spéculation.

    3. Tout cela ne serait que technique [1] si l’enjeu n’était pas politique.
    Politique car il s’agit d’enlever le pouvoir à ceux qui, non seulement détiennent l’argent, de l’argent en quantité astronomique, mais qui envisagent de soumettre à son rendement la moindre activité humaine, la moindre ressource, le moindre espace ou signe de vie.
    Politique car le système financier est en train de faire école. Tout devient objet de spéculation : les hypothèques immobilières prises sur les ménages modestes, les matières premières en voie de raréfaction, l’eau dont la distribution tend à être monopolisée par trois multinationales, la terre vouée à produire des agro-carburants à la place de la nourriture, le climat dont le devenir est confié à une Bourse de permis de polluer, etc.
    Politique car est en jeu la pérennité d’équilibres fragiles, tant écologiques que sociaux, à l’heure où des émeutes de la faim éclatent en Afrique et ailleurs parce que les politiques néolibérales ont fini par provoquer ce pour quoi elles étaient faites, à savoir l’enrichissement des riches et l’appauvrissement des pauvres.

    Alors, deux petits riens, les deux articles de traités anti-démocratiques ? En 1931, Paul Valéry écrivait : « Le temps du monde fini commence ». Aujourd’hui, l’heure est venue de sonner la fin de la récréation pour le capital.

  2. Paul Nollen dit :
    28 avril 2008 à 19:21 Bonjour,

    Excusez–moi d’écrire aussi en anglais mais ma langue maternelle est le néérlandais et mon français en écriture est encore plus mauvais que l’anglais.

    The American Monetary Institute released the draft of his legislative proposal (as of April 6, 2008)

    http://www.monetary.org/amacolorpamphlet.pdf

    One of the people who had a hand in the draft was James Robertson who released in co operation with Prof. Joseph Huber his proposal for monetary reform in the EU (elaborated on http://www.socialcurrency.be )

    The American Monetary Institute thanks several persons in developing the drafts of this Act: Ken Bohnsack; Prof. Robert Blain; Ben Gisin; Richard Distlehorst; Robert Poteat; Greg Mihalich; Prof. Nic Tideman; Randy Cook; Charles Walters; David Hershey; Prof. Glen Martin; Byron Dale; Greg Young; Dr. Lewis Coleman; and James Robertson and Alistair McConnachie of the UK. We especially thank the public spirited Civil Servant Richard Cook for applying his decades of experience within the U.S. Treasury in Washington, DC, to help in formulating Chapter 24 of The Lost Science of Money book into developing this Act. Responsibility for the program as a whole rests with the American Monetary Institute Charitable Trust, a 501(c)3 organization founded in 1996 for the independent study of monetary history, theory and reform. Please see http://www.monetary.org where you may email your suggestions on this proposed legislation as well as donations to assist in its continued development at: ami@taconic.net

    They also started several meetings across the US

    In Kansas City: Thursday April 24th Time: 6:00 PM to 9:00 PM

    Place: The Uptown Theater

    3700 Broadway Kansas City, Missouri

    In Springfield Missouri: Saturday April 26th

    From 2 PM to 4 PM at The Library Station at 2535 N. Kansas Expressway.

    Call 224-805-2200 or email ami@taconic.net

    In Seattle: Tuesday May 6th, at the Columbia Library,

    4721 Rainer Ave South, 5:30

    Portland, Oregon, Wednesday May 7th at 2:30 PM

    Main Library 801 S.W. 10th Street

    Olympia, Washington: Thursday May 8th, 5:30 PM, at the

    Tumwater Library, 723 New Market Street

    Albuquerque, New Mexico on Saturday, May 10.

    Please phone 224-805-2200 for details

    A mon avis si nous voulons arriver quelque part avec nos propositions il est nécessaire de combiner nos efforts et d’étudier les propositions des Anglais (James Robertson), des Américains (American Monetary Institute), des Allemands (Prof, Joseph Huber) etc. afin de trouver des positions similaires. J’ai fait un petit site sur le sujet : http://www.socialcurrency.be

    Bien à vous,

    Paul

Advertisements
Cet article a été publié dans Banques, Débat monétaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s