319 – Populations soutenables 2014

Populations soutenables par pays et par zones

Cet article réactualise l’article 121 – A-J Holbecq: populations soutenables

Vous trouverez ce document en pdf sur http://www.isecoeco.org/wp-content/uploads/2014/09/Overshoot-Index-2014-v2.pdf

L’indice Overshoot évalue la mesure dans laquelle un pays peut se soutenir sur ses propres ressources renouvelables, en mesurant la consommation actuelle par habitant vis à vis de la biocapacité par habitant. Les mesures de l’empreinte écologique de la région de la terre biologiquement productive et de l’eau nécessaire pour produire les ressources / services écologiques renouvelables et absorber les déchets d’une population donnée à un niveau moyen donné de la consommation des ressources. La biocapacité est la capacité biologiquement productive d’une région – les terres cultivées, les pâturages, les forêts, l’eau douce, etc. Il ne comprend pas les ressources non renouvelables comme les combustibles fossiles et d’autres minéraux. Le véritable équilibre entre la consommation et la demande de ressources apparaît encore plus défavorable lorsque la réduction progressive vers une utilisation nulle de non-renouvelables est prise en compte dans les chiffres. Une façon satisfaisante pour ce faire n’a pas encore été mis au point. Il suppose également que 100% de la biocapacité est attribuée à l’homme, car il n’y a pas de chiffre convenu pour la part nécessaire nécessaire pour conserver la biodiversité. Empreinte écologique et biocapacité sont mesurés en hectares globaux (hectares avec une productivité biologique moyenne mondiale) par personne.: l‘augmentation de la productivité permettrait de réduire la dépendance; tandis que l’augmentation de la population ou l’ augmentation de la consommation par tête augmenterait l’empreinte écologique .
Le pourcentage de l’empreinte d’une région utilisant ses ressources renouvelables est son pourcentage d’auto-suffisante; le pourcentage restant est son pourcentage de dépendance. De même, le pourcentage de la population d’une région utilisant ses ressources renouvelables est sa population durable aux niveaux actuels de consommation avec la technologie actuelle; le pourcentage restant est sa population de dépassement. Une dépendance de plus de zéro signifie qu’un pays, la région ou le monde se fonde sur d’autres pays ou, des ressources non durables et non renouvelables pour sa consommation . Les pays de dépassement augmentent leur dépendance, et les autres se rapprochent de dépassement, que ce soit leur population ou de leur consommation par habitant croît; et plus rapide si les deux grandissent.
Toutes les données sources sont à partir des tableaux de données 2012, sur la base de chiffres de 2009, produit par le Global Footprint Network (GFN). Les pays ayant une population de moins d’un million ont été omis. Les données de GFN sont en grande partie à partir de sources des Nations Unies; leur méthodologie est encore certes imprécise, mais est sujette à amélioration continue. Pour plus de détails sur les calculs, aller à www.footprintnetwork.org Cette extrapolation à partir des données GFN a été produit par les questions de population, http://www.populationmatters.org/

overshoot-index-2014-v21-1 overshoot-index-2014-v21-2 overshoot-index-2014-v21-3

 

Publié dans Collapse, Effondrement, Holbecq, Population, Statistique | Tagué , , | 2 commentaires

318 – Patrimoine français

Extrait de  http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1578#inter1

 

patrimoine-france-2014-2

patrimoine-france-2014(Image agrandie)

En résumé (2014):

Actifs Non Financiers : 13 407  Mds€

Actifs Financiers : 24 243 Mds€

Total des actifs : 37 650  Mds€

Passifs Financiers 21 526 Mds€

Patrimoine Net : 13 064 Mds€
Dont :
ménages  = 10 334
Sociétés non financières = 1 952
Société financières = 420
APU = 358

 

Publié dans Patrimoine APU | Laisser un commentaire

317 – L’effondrement global est-il imminent?

Une comparaison actualisée des “Limites de la Croissance”
avec les données historiques

Traduction de l’article en anglais par Patrick Soulignac
Turner, G. (2014) ‘Is Global Collapse Imminent?’, MSSI Research Paper No. 4, Melbourne Sustainable Society Institute, The University of Melbourne.- ISBN: 978 0 7340 4940 7

Avec mes remerciements au traducteur  Patrick Soulignac et à Loïc Steffan du blog duquel est copié cet article important
http://loic-steffan.fr/WordPress3/leffondrement-global-est-il-imminent/

Le lecteur pourra aussi se référer sur mon  blog aux articles traitant de Meadows, du collapse, de l’effondrement, de crise, par une simple recherche (en haut à droite)

___________________

Lire la suite

Publié dans Collapse, Effondrement, Meadows | Tagué , | 1 commentaire

316 – Page wikipedia sur risques d’effondrement

Cette page me semble fort bien faite et intéressante à plus d’un titre. Il semble qu’il y ait une volonté de certains utilisateurs de Wikipedia de la supprimer: je la sauvegarde donc ici.

____________________________________

Les théories sur les risques d’effondrement de la civilisation industrielle sont des théories relatives aux risques de déclin imminent du monde industriel contemporain et qui incluent aussi, à terme, l’éventualité d’une extinction de nombreuses espèces vivantes, dont l’espèce humaine1,2. Ces théories de l’effondrement ne relèvent pas de la preuve scientifique, mais se basent en revanche sur de nombreux indices, fondés quant à eux scientifiquement, ainsi que par des études documentées et à la méthodologie assurée3,4,5.

Les avertissements apocalyptiques (ou de fin du monde) ne sont pas nouveaux6. Ce qui caractérise cette nouvelle pensée de l’effondrement est qu’elle repose sur de nombreux rapports et expertises scientifiques et/ou institutionnels tels que ceux du GIEC7,8, d’ autorités militaires internationales 9,10, de la Banque mondiale11 et du Forum de Davos12.

Sommaire

Définitions et causes d’un risque d’effondrement de la civilisation industrielle

Il y a plusieurs définitions de l’effondrement. Selon les archéologues, l’effondrement est une réduction rapide de la population humaine et/ou de la complexité politique/économique/sociale, sur une zone étendue et une durée importante. L’anthropologue américain Joseph Tainter, complète cette définition principalement en trois points :

  1. « plus une société est complexe, plus elle requiert de l’énergie » ;
  2. « Après avoir épuisé l’énergie bon marché et la dette abordable, elle perd sa capacité à résoudre ses problèmes » (économiques et autres) ;
  3. « L’effondrement est la simplification rapide d’une société »13.

Une autre définition, plus sociale, relative à la conjoncture actuelle, est celle du physicien Yves Cochet : une situation dans laquelle « les besoins de base (eau, alimentation, logement, habillement, énergie, mobilité, sécurité) ne sont plus fournis à une majorité de la population par des services encadrés par la loi »14. Selon Dennis L. Meadows, professeur émérite américain de l’Université du New Hampshire, « un effondrement est un processus qui implique ce que l’on appelle une « boucle de rétroaction positive », c’est-à-dire un phénomène qui renforce ce qui le provoque ». Pour expliquer cette boucle de rétroaction, il prend l’exemple de la situation actuelle en Grèce : la population perdant sa confiance dans la monnaie, elle retire ses fonds des banques, ce qui fragilise d’autant les banques; ce qui inquiète les clients qui, donc, retirent encore plus leur argent des banques, et ainsi de suite…« Ce genre de processus mène à l’effondrement »15.

Lire la suite

Publié dans Collapse | Tagué | 8 commentaires

315 – Cinq millions d’emplois

Couverture recto

 

Répondre à la question de créer des emplois n’est pas aussi simple que la subvention ou la formation (trente ans d’essais sous diverses formes). Rendons-nous à l’évidence, cela ne fonctionne pas.

Il faut savoir se réinventer et surtout ne pas s’interdire de totalement transformer l’approche. La solution est l’architecture avec son plan développé dans l’ouvrage « Cinq ans cinq millions d’emplois par le made in France » tout ce qui y est écrit, est scientifique et réaliste.

S’il est évident que cela doit passer par une production locale, tout l’enjeu est de savoir comment augmenter cette dernière. Relocaliser celles qui n’y sont plus et surtout persuader « l’Entreprise » et son entrepreneur de recruter sereinement et durablement. En une question, pourquoi faire ailleurs ce que l’on peut faire ici si la part main-d’œuvre n’est finalement plus l’enjeu principal dans le coût complet du produit ?

D’un point de vue macro, l’approche vertueuse est de passer par un écosystème ou les quatre forces de la société manufacturière sont prise en compte. ­- « L’Entreprise » (qui doit augmenter sa valeur) ;L’État (qui doit réduire le nombre de chômeurs à travers des outils d’analyses et son système de financement) ; La Main d’Œuvre (son rôle indispensable, qualifiée et formée qui à travers une matrice analyse les outils de productions) ; Le Produit (son avantage compétitif avec une origine valorisante). Pour le point de vue micro, c’est créer un système de coopération entre ces 4 forces avec des intérêts communs où chacun y trouve énergie, avenir et avantages économiques.

L’ouvrage « Cinq ans, cinq millions d’emplois par le made in France » est composé de plusieurs outils et rassemble des bases de données qui donnent un nouveau regard à l’environnement dans lequel évolue « l’Entreprise ».

Les principaux outils sont les 15 risques (liés à la mondialisation et au local), l’outil risque pays /risque fournisseur (pour une classification mathématique d’une production ou d’achats délocalisés) ainsi que la méthode à relocalisation appelée « l’Effet Ressort » (pour correctement calculer et appréhender les enjeux de la relocalisation).

Les bases de données ont pour objectif d’obtenir suffisamment d’éléments sur « l’Entreprise », son produit et sur l’outil manufacturier pour restituer les échanges inter- entreprises et augmenter la compétitive du parc industriel existant. C’est aussi classifier les entreprises, mettre en avant les produits manufacturés localement, identifier les besoins de production et pouvoir cibler ou il est nécessaire d’investir. Un des éléments central est la matrice WIPER (Watch, Investment, Productivity, Economic, Rewarding) qui révolutionne l’analyse de la machine-outil. Cette matrice expose et restitue si une machine-outil est correctement conçue, doit être améliorée, doit être développée, ou simplement changée pour plus de performance.

La transformation de l’approche prend la forme du « contrat d’entente ». Ce dernier est le ciment entre « l’Entreprise », l’État, les salariés et partenaires sociaux pour créer en masse des emplois. L’idée expliquée simplement est que l’État finance les machines-outils des entreprises localisées ou pour une relocalisation. Ce financement (issus des aides actuelles sans créer de nouveaux impôts ou augmenter la dette) demande en contrepartie à « l’Entreprise » de recruter durablement selon une règle établie. Si « l’Entreprise » respecte ses engagements, au bout de cinq ans, elle devient propriétaire de l’outil. « L’Entreprise » augmente immédiatement en valeur et l’État à créer des emplois durables, à moins de charges et plus de rentrées fiscales. Pour accompagner la transformation, l’ouvrage présente deux nouvelles structures d’État. La première pour accompagner le rôle du financeur d’outils industriels, le CI3E (Centre d’Investissement de l’État pour l’Économie et l’Entreprise »). La seconde le CATIE (Centre de l’Aménagement du Territoire pour l’Industrialisation et l’Emploi) qui donne un nouveau rôle à l’aménagement du territoire, la politique de réindustrialisation, de relocalisation, de la formation et du développement durable.

Le recrutement de chercheurs d’emplois par « l’Entreprise » doit correspondre à la stratégie de l’État. Cela commence par la création de nouvelles catégories et groupe de catégories de chercheurs d’emploi pour répondre avec efficacité au manque de possibilité d’embauche des jeunes et séniors. Selon ces catégories et groupes, l’État supporte à différents pourcentages sur des durées variables les charges du salarié, pour « l’Entreprise ».

La mise en application développée sans l’ouvrage « Cinq ans cinq millions d’emplois par le made in France » est indispensable pour celle ou celui qui prétend vouloir atteindre le plein emploi ou le renouveau industriel. L’approche et ses outils déjà essayés sur le terrain sont jugés aussi bien par les universitaires que par les chefs d’entreprises innovants, réalistes, fiables et pérennes.

Publié dans Alternatives économiques, Article invité, Croissance, Débat monétaire, Ranchin | Tagué , , , | 19 commentaires

314 – Wikipedia

Bonjour

Voici que certains souhaitent la suppression de « ma » page sur Wikipédia. Personnellement je m’en fiche et je n’interviendrai pas, mais je tenais à vous en informer.

holbecq sur Wikipedia

Publié dans Holbecq | Tagué , | 12 commentaires

313 – Néolibéralisme vs Etat-providence

 

neoliberalisme vs etatprovidence

Édouard Cottin-Euziol, éditions Yves Michel

Étiez-vous à Limages lors de la première controverse ? Non, évidemment, c’était il y a 5 siècles.

Mais y étiez-vous dernièrement lors de la seconde controverse, celle qui vit s’affronter, dans un débat d’une semaine, deux grands économistes, l’un libéral, l’autre keynésien ?

Après les discours inauguraux du lundi, le mardi fut consacré à la détermination des salaires et à l’origine du chômage, le mercredi aux crises de surproduction et aux politiques budgétaires et fiscales, le jeudi à l’inflation et au commerce international, alors que le vendredi les conférenciers proposèrent chacun leur réponse à la question « quelles politiques économiques pour sortir de la crise ? »

Alors, vous n’y étiez pas? Ce débat, relaté par Édouard Cottin-Euziol, a t-il en réalité existé ? Oui, bien sur, il est permanent !

C’est un livre qui apporte sur de nombreuses questions économiques un point de vue extrêmement vulgarisateur, dans le sens où chacun, qu’il ait ou non des connaissances préalables sur ce sujet, pourra, au terme de la lecture de ce « roman de fiction », comprendre les deux thèses en présence et faire son choix, celui qu’il défendra, en toute connaissance des causes.

Moi, j’ai adoré ce livre.

A-J Holbecq, le 29 février 2016

Pour commander ce livre

Le blog d’Édouard Cottin-Euziol

Publié dans Alternatives économiques | Tagué | 15 commentaires